Skip to main content

Les calendriers les plus exigeants de la LNH

Quelle formation de la LNH a le calendrier le plus demandant ?

par Siniša Šindik @SinisaSindik / Collaborateur LNH.com

Plusieurs joueurs des Sénateurs d'Ottawa ont parlé dernièrement de leur horaire très chargé cette saison, avec un très long voyage de sept matchs consécutifs sur la route, la Série globale en Suède et la Classique 100, il y a quelques jours.

C'est vrai, ce ne sont pas toutes les équipes qui vont jouer en Europe, mais toutes les formations de la Ligue ont des contraintes exigeantes à un moment ou à un autre durant la saison. Donc, quelle équipe possède le calendrier le plus exigeant dans la LNH ?

Pour tenter de répondre à cette question, nous allons évaluer quelques composantes en particulier, c'est-à-dire la distance parcourue en kilomètres, les plus longues séquences sur la route, les deux matchs en deux soirs et la section dans laquelle les équipes évoluent.

Ce n'est évidemment pas une science exacte, mais cela donne une bonne idée de la complexité du calendrier.

Par ici les Air Miles !

Évidemment, en raison de leur situation géographique, certaines équipes sont appelées à voyager plus loin que d'autres. On pense notamment aux formations de la section Pacifique, donc les Sharks de San Jose, les Canucks de Vancouver, les Kings de Los Angeles et les Ducks d'Anaheim, entre autres.

Or, selon le site On the Forecheck, les trois équipes qui parcourront le plus de distance en kilomètres cette année sont, en ordre, l'Avalanche du Colorado, les Flames de Calgary et les Blackhawks de Chicago, suivies des Coyotes de l'Arizona et des Oilers d'Edmonton.

On espère pour l'Avalanche que les dirigeants responsables de la réservation des billets possèdent la carte Air Miles, car le Colorado, septième l'an dernier à ce chapitre, franchira plus de 78 200 kilomètres durant la campagne 2017-18.

En deuxième position, on retrouve les Flames, troisièmes l'an dernier, qui parcourront plus de 77 138 kilomètres, puis, en troisième place, arrivent les Blackhawks, 21e la saison dernière, avec seulement neuf kilomètres de moins, soit 77 129 kilomètres.

À titre comparatif, les Penguins de Pittsburgh (54 784 km) et les Devils du New Jersey (54 801 km) sont les deux formations qui voyageront le moins en termes de distance cette saison.

Donc, pour ce qui est d'un calendrier compliqué, l'Avalanche, les Flames et les Blackhawks partent avec une longueur d'avance - c'est le cas de le dire !

Préparez vos valises messieurs !

Un calendrier de 82 matchs comporte son lot de difficultés. Être loin de la maison, loin de la famille et des amis pour une longue période, ce n'est pas de tout repos.

Bien entendu, lorsque vient le temps de bâtir le calendrier officiel, la LNH tente d'uniformiser le tout, mais en raison de divers facteurs, dont la disponibilité des amphithéâtres, certaines équipes doivent voyager avec plus de caleçons que d'autres.

En jetant un coup d'œil rapide sur l'horaire de chacune des 31 équipes de la LNH, j'ai remarqué que les Kings, les Canadiens de Montréal, les Sénateurs, les Canucks, les Golden Knights de Vegas - avec sept - et le Lightning de Tampa Bay - avec huit - avaient les séquences les plus longues sur la route.

Tampa Bay remporte donc la palme avec une séquence de huit matchs consécutifs sur les patinoires adverses entre la fin du mois de janvier et le début du mois de février. La troupe de Jon Cooper, qui trône au sommet de l'association Est, pourrait ainsi connaître une baisse de régime.

On pourrait aussi inclure le nom des Ducks, qui auront à composer cette saison avec deux séries de six matchs consécutifs sur la route et deux autres de cinq.

Encore une fois, à titre comparatif, les Jets de Winnipeg, pour qui la plus longue séquence sur la route est de six parties d'affilée, auront une séquence de dix rencontres consécutives à la maison.

Mais bon, pour gagner dans la LNH, une formation se doit de bien performer loin de ses partisans.

Deux matchs en 24 heures

Penchons-nous maintenant sur les fameuses séquences de deux matchs en deux soirs, que bien des équipes redoutent. À ce chapitre, les Sénateurs ont raison d'évoquer la complexité de leur calendrier.

Toujours selon On the Forecheck, Ottawa partage le premier rang de la LNH avec Pittsburgh pour le nombre de séries de deux matchs en 24 heures, avec 19.

Au deuxième rang, on retrouve les Hurricanes de la Caroline (18), puis suivent les Blackhawks et les Blue Jackets de Columbus (17) et les Blues de St. Louis, les Sabres de Buffalo, les Islanders de New York et les Devils (16).

Au bas de cette liste se trouvent les Jets, avec seulement neuf séquences de deux en deux, eux qui en avaient cependant eu 16 l'an dernier.

Ma section est plus forte que la tienne

La fameuse question qui brûle toutes les lèvres : quelle est la meilleure section de la LNH ? Force est d'admettre que la Métropolitaine est la plus compétitive jusqu'ici, alors que seulement huit points séparent la première et la dernière place.

La section Atlantique traîne un peu de la patte, alors que le Lightning est loin devant les Sabres avec 27 points d'avance.

Donc, si la structure des séries était différente et que les huit meilleures équipes participaient aux séries éliminatoires de la Coupe Stanley, la section Métropolitaine aurait six représentants contre seulement deux pour l'Atlantique.

Dans l'Ouest, la Centrale est aussi très serrée, avec neuf points qui séparent la première (Predators de Nashville) et l'avant-dernière position (Colorado), tandis que la section Pacifique compte sur des Golden Knights impressionnants, eux qui ont 14 points d'avance sur l'avant-dernière place (Edmonton).

Pour ce critère, on peut dire que les équipes dominantes de l'Atlantique (Tampa Bay et les Maple Leafs de Toronto) et de la Pacifique (Las Vegas et Los Angeles) sont avantagées par rapport aux équipes de la Métropolitaine, qui doivent s'affronter entre elles quatre fois chacune et ainsi s'enlever de précieux points.

Bref, il est presque impossible de déterminer quelle équipe a le calendrier le plus exigeant, mais avec l'exercice que nous venons de réaliser, disons que certaines formations ont un parcours plus sinueux.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.