Skip to main content

Le parcours de Teemu Selanne vers le Temple a été lancé rapidement

Il a établi des records de la LNH pour une recrue aux chapitres des buts et des points en 1992-93 avec les Jets

par Tim Campbell @TimNHL / Journaliste NHL.com

Ce qu'on a oublié depuis que Teemu Selanne a connu cette formidable saison de 76 buts et 132 points - deux records de la LNH pour une recrue -, c'est à quel point les gens avaient des doutes à son sujet et les attentes étaient mitigées avant qu'il fasse ses débuts avec les Jets de Winnipeg en 1992-93.

Le talent et la force de caractère de l'attaquant finlandais ont toutefois mis fin à tout ça.

Face à l'inconnu, le début de saison de Selanne a été bon, et l'importance de ce bon départ ne peut être surestimée ; ç'a calmé le jeu après qu'on eut remis en doute la pertinence de lui accorder un contrat et qu'on se soit publiquement posé de sérieuses questions sur ce qu'il valait réellement comme joueur.

Le premier but de Selanne dans la LNH, qu'il a marqué aux dépens de Jeff Hackett des Sharks de San Jose le 8 octobre 1992, a atténué les inquiétudes de ceux qui se demandaient si l'attente de quatre ans allait en valoir la peine après que les Jets l'eurent réclamé au 10e rang du repêchage 1988 de la LNH.

Durant l'été 1992, Selanne a décidé qu'il était enfin prêt à quitter la Finlande et à tenter sa chance dans la LNH. À 22 ans, alors qu'il avait le statut de joueur autonome avec compensation, il a accepté une offre qualificative des Flames de Calgary que les Jets ont égalée avec réticence, puisqu'il leur a fallu consentir une entente de trois ans au montant de 2,7 millions $ au jeune attaquant.

Cette réticence a vite disparu, tout comme le scepticisme des partisans, alors que ceux-ci ont été conquis par les habiletés et la personnalité de Selanne.

Au sein d'une équipe des Jets qui alignait cinq recrues (Selanne, Alexei Zhamnov, Keith Tkachuk, Sergei Bautin et Evgeny Davydov), Selanne a joué avec panache et confiance dès le départ.

« J'étais affamé, je tenais absolument à faire mes preuves, a-il dit en 2015. C'était comme une boule de neige qui dévalait une pente. J'avais de plus en plus confiance et je voulais juste marquer des buts, savourer chaque journée. »

Après 11 matchs, Selanne avait marqué 11 buts. Après 20 rencontres, il en avait 16.

À la mi-saison, il totalisait 34 filets en 42 affrontements.

Puis, étonnamment, il a accéléré le rythme et les soirées mémorables se sont succédées à un rythme d'enfer. Une séquence de huit matchs avec au moins un but, durant laquelle il a trouvé le fond du filet neuf fois, lui a permis d'entreprendre la deuxième moitié de saison sur une excellente note.

Il y a eu une léthargie de quatre rencontres en janvier, et une autre de trois matchs en février, alors qu'on parlait de plus en plus de la possibilité qu'il égale le record de buts pour une recrue, établi à 53 par Michael Bossy avec les Islanders de New York en 1977-78.

La pression et les discussions à ce sujet ont toutefois stimulé Selanne. Il a inscrit 11 buts en cinq matchs entre le 23 février et le 4 mars, rééditant la marque de Bossy et faisant exploser la foule du Winnipeg Arena alors qu'il a inscrit ses 52e, 53e et 54e filets de la campagne le 2 mars contre les Nordiques de Québec. (Il a aussi éventuellement établi un nouveau record pour une recrue au chapitre des points en une saison, effaçant la marque qui appartenait à Peter Stastny des Nordiques depuis 1980-81.)

Le 9 mars sur la patinoire du Lightning de Tampa Bay, Selanne a réussi son cinquième tour du chapeau de la saison, y allant notamment d'un de ses plus beaux buts en carrière - un tir de punition face à Wendell Young qui a été une merveille de vitesse et de multiples feintes des épaules, et qui s'est terminé par un tir du revers dans le haut du filet.

Ses 20 buts inscrits en mars sont encore un record de la LNH pour le nombre de buts marqués en un mois. Selanne a enregistré au moins un but dans 53 matchs cet hiver-là et il a conclu sa première saison avec une séquence de 17 affrontements avec au moins un point, au cours de laquelle il a récolté 34 points (20 buts, 14 aides).

Le plaisir a été décuplé par les prestations du défenseur Phil Housley, qui a établi un sommet en carrière pour les points (97, soit 18 buts et 79 aides) ; ses qualités de fabricant de jeu et son coup de patin élégant lui ont permis d'établir une chimie instantanée avec Selanne. Par ailleurs, l'élément-clé qui a mené aux prestations bonifiées de Selanne en deuxième moitié de saison est peut-être la transaction du 28 décembre qui a permis aux Jets d'obtenir les durs à cuire Kris King et Tie Domi des Rangers de New York.

Au fil de cette saison hors du commun, Selanne a dû signer de plus en plus d'autographes et se faire prendre en photo de plus en plus souvent avec des admirateurs. Quand les épouses des joueurs des Jets ont organisé une levée de fonds au deuxième étage du Centre des congrès de Winnipeg, un dimanche après-midi de février, la file d'attente s'est étendue jusqu'en bas des escaliers, jusqu'à l'extérieur et jusqu'au coin de la rue ; les gens ont dû attendre jusqu'à trois heures pour obtenir un autographe ou se faire prendre en photo avec l'attaquant qu'ils adulaient.

Et Selanne est resté jusqu'à ce qu'il n'y ait plus personne.

« Toute cette période-là (à Winnipeg), près de quatre ans, a été spéciale », a déclaré Selanne lundi, en faisant allusion au fait qu'il a ensuite été échangé au Mighty Ducks d'Anaheim le 7 février 1996. « Et si ç'a été spécial, c'est en grande partie grâce aux partisans. Toute la ville était spéciale.

« Quand tu traites bien les gens, ils te traitent comme un roi là-bas. Quand tu es un joueur et que tu réalises ça, tu as alors beaucoup de respect pour les partisans. »

Après sa saison magique, Selanne a eu droit à 50 des 50 votes de première place lors du scrutin pour le trophée Calder, remis à la recrue de l'année. Il a ainsi couronné de belle façon une campagne inoubliable.

Réalisée par un joueur qu'on n'oubliera jamais.

Selanne est toujours aussi adulé à Winnipeg. Après toutes ces années, il a enfin commencé à réaliser l'ampleur de ce qu'il a accompli en 1992-93.

« À l'époque, je n'étais pas trop conscient de ce qui était arrivé, a noté Selanne, qui a maintenant 46 ans. Maintenant, c'est un chiffre qui semble si gros. Je n'en étais pas tellement conscient, mais j'ai tellement de beaux souvenirs de cette saison-là.

« Et les gens de Winnipeg, ils ont vécu ça avec moi. C'était quelque chose de spécial dont je me souviendrai toujours. »

En voir plus