Skip to main content

Le jeu des Sénateurs a frustré les vedettes des Penguins

Pittsburgh n'a inscrit qu'un seul but dans chacun des trois premiers matchs de la finale de l'Association de l'Est

par Amalie Benjamin @amaliebenjamin / Journaliste NHL.com

OTTAWA -- Il est facile d'imaginer pourquoi les Sénateurs d'Ottawa peuvent frustrer un attaquant typique en raison de leur système 1-3-1 et leur capacité de ralentir leur adversaire en territoire neutre. C'est peut-être un peu inattendu qu'ils aient réussi à le faire contre Sidney Crosby, Evgeni Malkin et Phil Kessel des Penguins de Pittbsurgh.

« Je crois que chaque joueur l'a accepté, il s'agit d'un effort complet par chaque joueur sur la glace, a dit le défenseur des Sénateurs Chris Wideman. Tous les cinq joueurs sont au courant de la situation du match et d'où se trouve la rondelle. Pour nous, il ne s'agit pas des joueurs qui marquent des buts ou qui effectuent de bons jeux. Il s'agit d'un effort d'équipe sur tous les 200 pieds de la patinoire, et nous nous concentrons d'abord sur la défense. »

Chacune des vedettes des Penguins a marqué un seul but dans la série, ce qui représente tous les buts marqués par Pittsburgh en finale de l'Association de l'Est, un but chacun dans les matchs no 1, 2 et 3. C'est une grande raison pour laquelle les Sénateurs mènent la série quatre de sept 2-1.

Malkin a compté dans la défaite de 2-1 en prolongation du match no 1. Kessel a inscrit l'unique but du match no 2. Crosby a inscrit son premier point de la série avec un but dans le match no 3.

Ces trois vedettes ont amassé cinq points (trois buts, deux aides) en trois parties.

Ce n'est pas l'explosivité offensive pour laquelle les Penguins sont reconnus. Pittsburgh en voudra davantage quand il affrontera les Sénateurs lors du match no 4 au Centre Canadian Tire vendredi (20h H.E.; TVA Sports, CBC, NBCSN).

Alors, les vedettes des Penguins sont-elles frustrées?

« Peut-être un peu, a affirmé l'attaquant des Sénateurs Bobby Ryan. C'est parfois un système difficile à percer. Quand nous forçons l'adversaire à lancer la rondelle en fond de territoire et les empêchons de transporter la rondelle à travers la zone neutre, ça devient probablement énervant pour eux. »

Ryan s'est rappelé de telles frustrations au début de sa carrière dans la LNH en tant qu'attaquant explosif en faisant face à la défensive hermétique des Devils du New Jersey.

« Ils t'ont gardé à l'extérieur de la zone pendant toute la soirée, et même si tu as eu la rondelle pendant l'entièreté du match, tu n'auras enregistré que deux tirs au but et un différentiel de moins-1 chaque fois, a dit Ryan. Pendant ma carrière, c'était toujours le plus gros défi, d'affronter le New Jersey. »

C'était irritant, et les Penguins ressentent probablement la même frustration dans cette série-ci contre Ottawa.

« C'est difficile, a dit Ryan. Je pense que ça te fatigue mentalement et physiquement. Nous tentons souvent de piéger l'adversaire et de ne pas lui donner plus de cinq ou six pieds d'espace. Ils ont quelques joueurs de premier plan qui vont trouver cet espace de temps en temps, il faut l'accepter. Mais nous reculons vite et leur privons des deuxièmes et troisièmes chances. »

Lors du match no 3, Crosby a envoyé deux tirs au but, incluant son but en avantage numérique en troisième période, et a affiché un différentiel de moins-3. Malkin a eu un seul tir au but et aucun point. Kessel a récolté une aide en dirigeant trois tirs au filet.

Aucun d'entre eux n'a connu une soirée fructueuse ou agréable.

« Je ne peux pas dire s'ils sont frustrés, mais nous jouons d'un système hermétique, a dit l'attaquant des Sénateurs Zack Smith. Nous limitons les chances de marquer de notre adversaire, encore plus que d'autres équipes le font. Ça pourrait être frustrant, mais je suis sûr que ce n'est rien de nouveau pour les Penguins. »

Bien que les Penguins aient dominé la possession contre Ottawa en fin de deuxième période et pendant trois quarts de la troisième du match no 2, ils n'ont marqué qu'un seul but. Ils n'ont vraiment pas résolu l'énigme de la défensive des Sénateurs. Et ils n'ont sûrement pas suffisamment mis le gardien Craig Anderson à l'épreuve.

Les Penguins sont très loin de la production offensive dont ils ont besoin afin de retourner en Finale de la Coupe Stanley.

« Ça s'explique par notre système, mais aussi par [Anderson], a déclaré Ryan. Il joue incroyablement devant notre filet. Il nous donne une chance de marquer chaque soir. Je crois que nous ne l'avons pas suffisamment soutenu dans le match no 2. Nous pensions que cette défaite a été la faute de nous les patineurs, et nous avons connu un bon départ [lors du match no 3] par conséquent. Mais il est intraitable jusqu'ici. »

Tous les Sénateurs sont intraitables à l'instant en suivant leur système défensif et en frustrant les Penguins, surtout Crosby, Malkin et Kessel. La question, et peut-être la clé de la série, c'est si les Penguins peuvent trouver le moyen de surmonter la frustration, trouver une solution pour le 1-3-1 et retrouver leur touche de marqueur.

En voir plus