Skip to main content

Le hockey en chiffres : l'ouverture du marché

Bouchard : Plusieurs joueurs seront à surveiller dès vendredi

par Olivier Bouchard / Chroniqueur LNH.com

Vendredi on verra s'amorcer ce qui est à la fois le dernier grand moment de la saison 2015-16 et le signal de départ de la campagne 2016-17 : le marché des joueurs autonomes sans compensation. Entre le plafond salarial qui reste quasiment stable à 73 millions $, le repêchage d'expansion qui pointe à l'horizon l'été prochain et la présence de quelques joueurs de qualité sur ce marché, on en a pour notre argent.

Chez les attaquants

 

Quelques pièges et un point d'interrogation

On connaît les autres gros noms, Andrew Ladd (30) et David Backes (32) ont tous deux passé le cap de la trentaine. Mais ces deux joueurs sont habitués aux tâches défensives ingrates et sortent de campagnes de 46 points dans le cas de Ladd et de 45 points dans le cas de Backes. Il est probable qu'à leur âge, ce soit le signe avant-coureur d'un ralentissement durable. Ça n'en fait pas des joueurs inutiles, loin de là, mais une équipe qui accepte de leur consentir un salaire conséquent devra se méfier de la durée. Inversement, un contrat à plus long terme devra être accordé au rabais, probablement sous la valeur de leurs ententes actuelles.

Je suis curieux de voir ce que David Perron ira chercher et surtout qui l'engagera. Perron est un authentique « middle-6 », un joueur qui produit à l'attaque sans trop céder en défensive sur un deuxième ou un troisième trio. Mais, âgé de 28 ans, il n'a qu'une saison de plus de 50 points et vient de terminer avec 36 points, notamment parce qu'il n'a marqué que huit buts à forces égales, loin de sa quinzaine habituelle. Perron ne tire pas souvent à la base, est-il déjà en train de perdre sa touche de marqueur? Reste que les indicateurs de possession de rondelle sont au beau fixe. Si on réussit à le signer pour un montant inférieur aux 3,8 millions $ qu'il a reçu cette saison sans pour autant lui donner plus de deux ou trois années d'engagement, il pourrait devenir une remarquable aubaine.

Brandon Pirri est un autre joueur qui m'intrigue au plus haut point. Les Ducks d'Anaheim ont choisi de ne pas lui soumettre d'offre qualificative, ce qui signifie qu'il sera joueur autonome sans compensation. Pirri a souvent été blessé et ses indicateurs de possession de rondelle nous montrent un joueur faible défensivement et tout au mieux moyen du point de vue de l'attaque. Mais c'est un buteur : ses 49 buts en 166 matchs en carrière reviennent, sur une saison de 82 matchs, à une moyenne de 25 buts! Et il marque à forces égales; sur 82 matchs, Pirri obtient en moyenne 17 buts dans cette situation. Quelqu'un, quelque part, va ramasser un bon petit marqueur pour pas cher.

 

Chez les défenseurs

Le plus intéressant : Jason Demers

Alex Goligoski et Keith Yandle ayant été sortis du marché avant même son ouverture, Demers est à mon sens le défenseur le plus intéressant toujours disponible. En fait, si on en croit les données de Galamini, il ressemble diablement à un certain Jeff Petry . Les défenseurs sont effroyablement rares. Ne soyez pas surpris de voir les Oilers d'Edmonton, qui n'ont jamais vraiment remplacé Petry, lui offrir un contrat du genre de celui que l'américain a obtenu des Canadiens de Montréal d'une valeur de 5,5 millions $ par saison. Demers n'est pas un défenseur explosif comme Yandle, mais il n'a rien à envier à Goligoski et donnera des minutes de qualité à quiconque l'embauchera.

 

Un vieux qui ne veut pas ralentir : Brian Campbell

Campbell a finalement vu le bout de ce lucratif contrat qui l'a rapidement sorti des Blackhawks de Chicago il y a plusieurs années. À cause de cet échange, on a toujours eu un peu de difficultés à accepter que Campbell reste encore aujourd'hui diablement efficace. S'il ne produit plus comme à sa grande époque, son impact sur le jeu de possession de son équipe se compare encore aujourd'hui avantageusement à celui de Jason Demers, justement. Mais il a aujourd'hui 37 ans et 16 saisons dans le corps. Je me demande s'il ne sera pas tenté d'aller voir du côté des Kings de Los Angeles, qui ont cruellement besoin d'un vétéran gaucher capable de suivre Drew Doughty et de permettre à Jake Muzzin de stabiliser la deuxième paire défensive. À suivre.

 

Une aubaine possible : Patrick Wiercioch

Un autre mal-aimé à qui on n'a pas daigné donner d'offre qualificative. À 25 ans, 6 pieds 5 pouces et avec un profil statistique qui ressemble diablement à celui de Mark Barberio , qui a surpris un peu tout le monde à Montréal l'an dernier après que Marc Bergevin l'eût chipé au Lightning qui, tient donc, ne lui avaient pas soumis d'offre qualificative. Wiercioch n'est pas une vedette, mais c'est un bon défenseur de la LNH, encore très jeune. Quelqu'un, quelque part, va se ramasser un bon défenseur no 5 pour pas cher.

 

Du côté des gardiens

La récolte est bien maigre. Pour tout dire, j'en vois deux qui se démarquent, et encore. Il y a James Reimer, âgé de 27 ans, et Anton Khudobin, 29 ans. J'aime bien, pour évaluer rapidement un gardien, utiliser les taux d'arrêts ajustés en fonction de la difficulté des tirs affrontés. Formule développée pour le site corsica.hockey, elle permet de voir combien de points de pourcentage un gardien a « sauvés » à son équipe. À l'échelle des gardiens ayant obtenu au moins 2000 minutes de jeu depuis trois ans, Reimer et, surtout, Khudobin n'ont pas à rougir de leur performance.

Reimer va probablement chercher un poste de partant. Gardons un œil sur Khudobin, qui semble s'accommoder du rôle de second violon. Ce genre de second efficace permet d'éviter les dérapages inutiles lorsque le no 1 doit s'absenter.

 

En voir plus