Skip to main content

Le Canadien s'incline 3-2 en prolongation face aux Islanders

LNH.com @NHL

MONTREAL - Ca n'a pas été de la tarte, et les 21 273 spectateurs ont quitté le Centre Bell avec un goût amer dans la bouche, jeudi. Le Canadien a peiné face aux Islanders de New York, la pire équipe de la LNH, avant de s'incliner 3-2 en prolongation.

L'attaquant recrue Kyle Okposo, avec son 16e but, a trompé la vigilance de Carey Price, dont le brio en troisième période a permis au Tricolore d'ajouter un précieux point de classement à son dossier.

"La performance de Carey est le seul aspect positif de la soirée, a affirmé Tom Kostopoulos, auteur du but égalisateur en troisième période. N'eût été de lui, on n'aurait pas eu de point."

Mike Iggulden et Frans Nielsen ont été les autres marqueurs des Islanders. Le défenseur Mark Streit a amassé deux passes.

Outre Kostopoulos, Tomas Plekanec, son 19e, a marqué du côté du CH, qui totalise 80 points.

Yann Danis a signé un premier gain contre son ancienne équipe, après avoir perdu 5-4 en début de saison. Danis a été confronté à 26 tirs. Price a fait face à 39 lancers au total.

Après seulement deux matchs à la barre de l'équipe, Bob Gainey comprend mieux la frustration qui animait Guy Carbonneau. Il constate que la tâche s'annonce plus ardue qu'il s'y attendait peut-être.

"On a de la difficulté à retrouver nos moyens à la suite de séquences plus laborieuses, a-t-il analysé. On perd le rythme. On est embouteillés dans notre zone et les joueurs se fatiguent. Leur temps de réaction s'en trouve affectée. Nos rivaux tirent profit de nos moments d'hésitation.

"On ressemble parfois à des chevreuils effrayés à la vue de phares", a imagé Gainey.

Egalité

Le premier tiers a pris fin sur une égalité de 1-1. Le Canadien a imposé le rythme d'entrée de jeu, avant d'adopter celui de ses rivaux.

Il a ouvert le score à la deuxième occasion consécutive qu'il a eue en supériorité numérique, à 5:04. Plekanec, qui s'était vu refuser un but au cours du premier jeu de puissance, a cette fois vu le tir qu'il a décoché bifurquer sur le défenseur Radek Martinek.

Les Islanders ont créé l'égalité à 11:33. Iggulden a eu la tâche facile pour marquer son premier filet dans la LNH. Il n'a eu qu'à loger le disque dans l'ouverture béante, le défenseur Andrei Markov et Price ne sachant pas où donner de la tête.

Mal en pis

Capable du meilleur et du pire, le Tricolore a été très mauvais en deuxième période, exactement comme il l'avait été mardi et plus souvent qu'autrement cette saison. Dans ses huit derniers matchs, l'équipe n'a totalisé que 47 lancers au deuxième vingt.

En retard sur le jeu, piètre exécution et absence de cohésion, on aurait pu facilement s'y méprendre quand à l'identité de l'équipe qui croupit au dernier rang de la LNH. L'unique aspect positif, c'est que c'était toujours l'égalité 1-1 au son de la sirène.

Déçue, la foule ne s'est pas gêné pour manifester son mécontentement. Et c'est sous les huées que les joueurs ont retraité à leur vestiaire, têtes basses.

Price a sauvé la mise à quelques reprises: devant Josh Bailey, qui s'est échappé, et Okposo, au terme d'une descente en surnombre.

Kostopoulos a tenté de réveiller ses coéquipiers en défiant le colosse Joel Rechlicz (six pieds, quatre pouces et 220 livres). Mal lui en prit, Rechlicz l'a secoué.

Indiscipline

Gregory Stewart a imité Kostopoulos en amorce de troisième, en s'en prenant à Tim Jackman. Ce combat a été plus équilibré. Stewart a écopé une pénalité mineure qui s'est avéré coûteuse. En supériorité, Nielsen a effleuré la frappe de Streit en provenance de la ligne bleue.

Le Canadien n'a par la suite pas profité de l'indiscipline des Islanders, qui ont écopé deux pénalités aux dépens de Maxim Lapierre sur la même séquence.

C'est quelques instants après la conclusion de la double supériorité que Kostopoulos a fait 2-2, à 9:14, en tirant sur réception de la passe transversale de Markov.

Le reste de la période a été l'affaire de Price, qui a multiplié les gros arrêts. Il a réalisé son plus spectaculaire aux dépens de Jeff Tambellini, à 55 secondes de la fin.

En voir plus