Skip to main content

L'Avalanche, balayé au 2e tour, se retrouve devant une foule de questions

LNH.com @NHL

DENVER - Peter Forsberg et Adam Foote ont rejoint le capitaine de l'Avalanche Joe Sakic à Denver lors de la deuxième moitié de saison, et ont tous deux aidé l'équipe à effectuer un retour en séries après une année d'absence.

Toutefois, après n'avoir fait qu'une bouchée du Wild du Minnesota lors du premier tour grâce à une combinaison parfaite de jeunesse et d'expérience, le club du Colorado a été décimé par les blessures et humilié, s'inclinant en quatre matchs devant les Red Wings de Detroit.

"Peut-être que dans un mois ou deux la situation semblera différente, estime Andrew Brunette.

"Mais en ce moment c'est dégoûtant. Je pensais vraiment que cette équipe pouvait aller loin."

Dans quelques mois, l'alignement de l'Avalanche pourrait lui aussi être très différent.

Est-ce que Forsberg a fait ses adieux ou recouvrera-t-il la santé et sera-t-il de retour la saison prochaine ?

Est-ce que Sakic, qui est âgé de 38 ans, enfilera ses patins pour une 20e saison dans la Ligue nationale après avoir raté 38 matchs cette année ?

José Théodore, si dominant lors du premier tour et si quelconque lors du deuxième, sera-t-il encore à son poste devant le filet ?

A l'issue de la cuisante défaite de 8-2 de l'Avalanche face à Detroit jeudi soir, Forsberg, qui a 34 ans, a laissé entendre que sa brillante carrière, marquée cependant par les blessures, serait terminée s'il ne trouvait pas une façon de recouvrer la santé.

Forsberg a expliqué que ses blessures à l'aine, qui lui ont fait rater neuf matchs sur 18 lors du calendrier régulier, puis trois des quatres rencontres du deuxième tour des séries, étaient reliés à ses problèmes de cheville. Ces problèmes l'ont tenu à l'écart du jeu pendant une grande partie de la saison avant qu'il n'effectue un retour au Colorado.

L'attaquant a consulté tant de docteurs et essayé tellement de patins qu'il en a perdu le compte. Malgré tout, il ne regrette pas d'être retourné avec l'Avalanche.

"Peut-être ai-je été stupide de revenir cette année mais je n'avais rien à perdre, a-t-il précisé.

"Nous avons essayé. Parfois j'étais dans l'alignement, parfois je ne l'étais pas, mais nous avons connu de bons résultats quand j'y étais. Ce fut super de rejouer avec Joe. Je n'étais pas à mon mieux mais c'était génial d'être de retour."

Si Forsberg revient en 2008-09, ce ne pourra être qu'avec l'Avalanche, a-t-il ajouté.

Quant à Sakic, qui avait en poche un contrat d'un an de 6,75 millions $ US la saison dernière, il ne s'est pas encore commis pour la prochaien année.

"Je vais prendre un peu de temps pour y penser, pour en discuter avec ma famille. Je n'ai encore rien décidé."

Pour ce qui est de l'avenir de Théodore au Colorado, difficile de savoir ce qui l'attend à la lumière de son rendement irrégulier pendant les séries, qui résume bien son séjour de deux ans et demi avec l'Avalanche.

Après avoir regagné son poste aux dépens de Peter Budaj à mi-chemin cette saison, Théodore a été salué comme un héros pour avoir aidé l'équipe à balayer le Wild lors du premier tour des séries. Il a toutefois été ennuyé par la grippe et n'a pu terminer trois des matchs contre Detroit.

Théodore, qui a connu un mauvais match jeudi contre les Red Wings, alors que Colorado a été battu 8-2, a peut-être disputé sa dernière rencontre dans l'uniforme de l'Avalanche.

Le gardien québécois a accordé huit buts en moins de quatre périodes lors des deux défaites à Detroit.

Les blessures subies par Forsberg (aine), Paul Stastny (genou), Ryan Smyth (pied), Wojtek Wolski (côtes) et Marek Svatos (genou) n'ont certes pas aidé, mais il faut faire la part des choses.

"C'est facile d'invoquer ces blessures comme excuses, a noté Foote. Mais d'un autre côté, les joueurs se blessent pendant les séries et il n'y a rien qu'on puisse faire."

Dans un autre dossier, l'Avalanche compte 13 joueurs autonomes sans restriction dans ses rangs.

Parmi ceux-ci, Forsberg, Sakic, Théodore, Brunette et Foote, qui commandent tous un salaire dans les sept chiffres, tout comme le défenseur John-Michael Liles.

Le directeur général de l'Avalanche, François Giguère, aura un été occupé, lui qui aura par ailleurs droit à un coussin de 21 millions $ avant d'atteindre le plafond salarial.

Giguère aura aussi à décider si l'entraîneur-chef Joel Quenneville sera de retour.

En voir plus