Skip to main content

Lang et les frères Kostitsyn brillent dans un gain du Canadien en fusillade

LNH.com @NHL

MONTREAL - Le Canadien a remporté sa première victoire de l'année 2009. Mais ce fut pénible.

Après avoir laissé filer une avance de deux buts en troisième période, le Tricolore l'a emporté 6-5 aux tirs de barrage face aux Panthers de la Floride, dimanche après-midi, au Centre Bell.

Andrei Markov a tranché en fusillade en glissant la rondelle entre les jambières de Craig Anderson.

"Je n'ai qu'une seule feinte, a blagué Markov. J'étais nerveux et j'ai refait ma feinte. Je pense avoir 50 pour cent des chances de marquer en fusillade", a ajouté le défenseur qui représentera le Canadien au match des étoiles.

L'offensive montréalaise a été menée par le trio des frères Kostitsyn complété par Robert Lang. Andrei Kostitsyn a réussi ses 10e et 11e buts tandis que Sergei a amassé deux aides. Lang a marqué son 12e but, un sommet dans l'équipe, en plus d'ajouter une passe. Le trio a récolté six points et terminé le match fort d'un différentiel de plus-8.

Francis Bouillon (3e) et Tom Kostopoulos (3e) ont réussi les autres buts.

Radek Dvorak, deux fois, Brett McLean, David Booth et Jassen Cullimore ont déjoué Jaroslav Halak, encore une fois chancelant.

La victoire a permis au Canadien de remonter au quatrième rang dans l'Est.

En déficit

Max Pacioretty a cherché à donner le ton au match en appliquant une solide mise en échec à Richard Zednik dès sa première présence sur la glace. Ce coup d'épaule a inspiré ses coéquipiers. Mais le vent a tourné lorsque les Panthers sont parvenus à neutralliser le seul avantage numérique du Canadien en première période. Les visiteurs ont ensuite pris l'initiative du jeu, inscrivant deux buts sans réplique.

MacLean a marqué d'un revers à 12:57. C'est le même McLean qui avait été la victime des coups de Sidney Crosby, la veille, à Pittsburgh. Booth a enchaîné à 18:09 durant une double supériorité numérique. Il a fait dévier un tir du vétéran défenseur Bryan McCabe.

"On a eu un bon départ. Mais notre premier jeu de puissance n'a pas fonctionné, a concédé Guy Carbonneau. La première supériorité numérique est pourtant importante. Il faut être alerte et obtenir de bons lancers. Mais on a été seulement 10 ou 15 secondes dans leur zone. Pour moi, c'est simplement un manque de travail."

Un blitz de quatre buts

Le Tricolore a créé l'égalité en l'espace de 28 secondes tôt au deuxième vingt.

Bouillon a eu raison de Craig Anderson à 1:50 d'un tir de la ligne bleue après une mise en jeu remportée par Lang. Anderson a ensuite commis une erreur qui a mené au but d'Andrei Kostitsyn. Le gardien des Panthers s'est aventuré loin de son but pour être devancé par Sergei Kostitsyn. Celui-ci a refilé le disque à son frère qui s'est retrouvé devant un filet abandonné.

Kostopoulos s'est surtout fait remarquer récemment pour son courage en laissant tomber les gants devant des rivaux beaucoup plus costauds. Cette fois, il a contribué à l'attaque alors qu'il a inscrit le troisième but du Canadien à 13:27 en prenant son propre retour. Lang a doublé l'avance du Tricolore à 15:33 d'un tir qui a effleuré le poteau.

"Il m'arrive de dire les bonnes choses entre les périodes, a dit Carbonneau avec le sourire. Mais il fallait s'imposer dès le début de la deuxième période. C'est ce qu'a fait le trio de Latendresse-Lapierre-Kostopoulos. Ces trois joueurs ont exercé un bon échec-avant dès le départ."

Une grossière erreur d'Alex Kovalev a redonné espoir aux Panthers. Durant une supériorité numérique, le Russe a cherché à déjouer trois adversaires à la ligne bleue de la Floride. Le revirement a permis à Dvorak de s'échapper et déjouer Halak à 2:21 de la troisième période.

Andrei Kostitsyn a répliqué à 3:58 d'un tir dans la lucarne. Cullimore a fait 5-4 à 9:22 d'un lancer de la ligne bleue, puis Dvorak a envoyé les deux équipes en prolongation à 18:22.

Halak a quand même sauvé les meubles à la fin de la prolongation en stoppant Keith Ballard qui s'était échappé. Il a aussi été solide dans les tirs de barrage devant Cory Stillman, Nathan Horton et Michael Frolik. Le gardien slovaque a toutefois refusé de rencontrer les médias après la rencontre.

En voir plus