Skip to main content

La semaine de rêve de Crosby soulève des questions quant à son potentiel de marqueur

LNH.com @NHL

Sidney Crosby s'approche peut-être d'une crise d'identité.

Bien que le capitaine des Penguins de Pittsburgh soit habitué d'être le joueur le plus en vue de la Ligue nationale de hockey, la période fructueuse qu'il vient de connaître sur la glace est pour le moins hors de l'ordinaire. Pour la première fois de sa carrière dans la LNH Crosby a en effet inscrit 10 buts en autant de rencontres. Cet exploit soulève une question intéressante: peut-il connaître une saison de 50 buts ?

Lui-même n'en est pas sûr.

"Je ne me considère pas comme un franc-tireur comme tel, a indiqué Crosby lundi lors d'une conférence téléphonique.

"Quand on soulève cette possibilité on pense à des joueurs comme (Dany) Heatley, (Alex) Ovechkin, des gars comme ça. On ne sait jamais - cela dépend de la saison, et surtout des occasions de marquer et de les saisir au passage.

"Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte mais j'adorerais certainement connaître une telle campagne. Est-ce possible ? Vraiment, je ne saurais dire."

Quiconque aurait observé Crosby attentivement ces derniers temps peut certes affirmer que c'est une possibilité. Ce dernier a enfilé le deuxième tour du chapeau de sa carrière samedi et il aurait facilement pu en ajouter quelques autres n'eut été du gardien des Devils, Scott Clemmensen.

L'attaquant a enfilé 13 buts en 24 matchs. A ce rythme il pourrait surpasser son total de 39 atteint lors de son année recrue en 2005-06. Il pourrait aussi flirter avec le chiffre magique des 50 buts.

L'ancien gagnant du trophée Art Ross est davantage reconnu comme fabricant de jeu. Toutefois, il obtient présentement une moyenne d'un demi-tir au but de plus par partie que durant ses trois premières années dans la LNH.

Son temps de glace est peut-être également un peu supérieur avec Evgeni Malkin. L'entraîneur-chef Michel Therrien jongle souvent avec ses lignes à l'attaque et il a parfois jumelé ses deux meilleurs éléments cette saison.

Ce qui leur convient parfaitement.

"Cela nous plaît beaucoup, a souligné Crosby. Si l'adversaire peut surveiller l'un d'entre nous un peu plus, cela permet à l'autre de se démarquer. Lorsque nous sommes sur la glace ensemble c'est parfois ce qui se produit ."

Avant les matchs de lundi, Malkin et Crosby étaient les deux meilleurs pointeurs du circuit.

Cela représente toute une volte-face pour Crosby, qui a connu un lent début de saison. Il était alors diminué par des blessures tenaces, dont des douleurs à une hanche qui lui ont fait rater presque toute une partie à Phoenix. Il ne comptait alors que trois buts en 14 rencontres.

Depuis, les choses ont bien changé et Michel Therrien est même allé jusqu'à dire que son numéro 87 avait 'du feu dans les yeux.'

"Tout tombe en place, a expliqué Crosby. Je sens que je joue mieux et que j'obtiens des résultats."

Le jeu de Crosby s'est amélioré tout juste après qu'il eut été critiqué par l'attaquant des Capitals de Washington Alexander Semin.

Semin aurait dit en russe à un journalise: "Qu'est-ce que Crosby a de si spécial ? Je ne vois là rien de spécial. Bien sûr il patine bien, il a une bonne tête et il passe bien. Mais c'est tout."

Crosby a refusé de répondre du tac au tac.

"Je ne crois pas devoir me défendre avec des paroles, a-t-il précisé. Je joue comme je le sens et comme je crois que la partie doit être jouée. Si cela ne correspond pas aux normes de certains, ainsi soit-il. Et s'ils veulent à tout prix exprimer leur opinion, alors c'est comme ça.

"Mais ce n'est pas vraiment ma façon de faire."

Même si certains souhaiteraient que la tête d'affiche de la LNH s'affiche davantage, Crosby rétorque que ce n'est pas son style. Il préfère être comme un Michael Jordan ou un Tiger Woods plutôt que comme des vedettes plus loquaces telles Shaquille O'Neal ou encore Terrell Owens.

En voir plus