Skip to main content

La saison en revue : Canadiens de Montréal

Les blessures ont frappé de plein fouet le Tricolore, qui n'a pas connu la progression espérée

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

Avec la saison 2019-20 de la LNH interrompue depuis le 12 mars en raison des inquiétudes entourant le coronavirus, LNH.com revient sur la campagne de chacune des 31 équipes de la Ligue.

Aujourd'hui, un portrait des Canadiens de Montréal au moment de la pause :

CANADIENS DE MONTRÉAL : Honneurs individuels | Moments mémorables | Analyse pour les poolers

Canadiens de Montréal
Fiche : 31-31-9, 71 points
Position dans la course aux séries : Cinquième rang dans la section Atlantique

On croyait toucher à l'objectif chez les Canadiens avant cette saison. On était passé si proche, la saison dernière.

Tous les espoirs au sujet d'une participation aux séries éliminatoires de la Coupe Stanley étaient effectivement permis. Les dirigeants ont réitéré leur confiance au groupe de joueurs en ne procédant pas à de grands changements pendant l'entre-saison.

Pour passer à l'étape suivante, on tablait essentiellement sur la continuation de la progression de la majorité des attaquants, qui venaient de connaître leur plus fructueuse saison dans la LNH.

On a mésestimé le facteur blessures, et il a frappé de plein fouet.

On a beau répéter que ce n'est pas une excuse, la perte de plusieurs éléments a étalé au grand jour une lacune importante : le manque, voire l'absence, de profondeur. Aucun des joueurs de soutien qui se sont vu fournir une chance n'a su saisir la balle au bond.

Une relève prometteuse pointe à l'horizon, mais elle n'est pas prête, comme on l'a constaté. Seul Nick Suzuki est ressorti du lot à l'attaque. Jesperi Kotkaniemi disait en début de saison n'avoir jamais entendu parler du concept de la « guigne de la deuxième année ». Le jeune joueur de centre finlandais le connaît maintenant et il doit tirer les leçons qui s'imposent. Ryan Poehling a encore plusieurs croûtes à manger au sortir des rangs universitaires américains. Le défenseur recrue Cale Fleury a frappé le mur après avoir connu des débuts intéressants.

L'absence d'un gardien substitut fiable pour Carey Price a de nouveau posé problème. La solution n'est pas (encore) le jeune Cayden Primeau, qui a besoin de se faire les dents dans la Ligue américaine de hockey (LAH).

Le soleil a brillé…

Le plan a fonctionné à merveille… jusqu'au 15 novembre. Cette journée-là, le CH trône aux avant-postes au classement cumulatif de la Ligue avec 23 points. Il allait ajouter deux points en soirée en matant les Capitals de Washington chez eux 5-2.

Video: MTL@WSH : Le tir de Weber mystifie Samsonov

La victoire allait toutefois s'avérer très coûteuse, les attaquants Jonathan Drouin, qui connaissait son meilleur début de saison, et Paul Byron, tombant au combat pour longtemps. Drouin a dû être opéré au poignet gauche et Byron a été blessé à un genou.

Tout juste avant la pause, l'entraîneur Claude Julien avait réaffirmé que l'équipe avait perdu beaucoup de profondeur à l'attaque en encaissant les deux pertes.

« Nous avions le sentiment d'avoir quatre trios équilibrés et que nous pouvions bien jouer, comme nous l'avions montré à Washington, avait-il relevé. À partir de ce moment, nous avons perdu cet équilibre. »

Le ciel s'est assombri…

C'est justement à partir du 16 novembre que le bateau a commencé à prendre l'eau. Suivant le triomphe à Washington, le CH a connu une séquence de huit matchs sans victoire (0-5-3). La quatrième en succession, le 23 novembre à domicile, a fait très mal. Le Tricolore s'était donné l'avance 4-0 face aux Rangers de New York tôt en deuxième période, uniquement pour perdre 6-5 en temps réglementaire!

L'équipe allait connaître une autre séquence de huit matchs sans victoire (0-7-1) au retour de la pause de Noël jusqu'au 9 janvier. Celle-là a sonné le glas de la saison.

La révélation de la saison

Ne tombez pas en bas de votre chaise : Ilya Kovalchuk. L'arrivée du vétéran russe au début de janvier a été comme une bouffée d'air frais pour tout le monde.

Kovalchuk poireautait en Floride après avoir vu les Kings de Los Angeles mettre fin à leur association avec lui, vers la mi-décembre.

Quand les Canadiens lui ont fait signe, les dirigeants s'excusaient presque en martelant qu'on n'avait rien à perdre.

Désireux de relancer sa carrière, Kovalchuk n'a pas loupé sa chance, au plus grand bonheur des partisans du CH qui sont vite tombés sous le charme.

L'histoire d'amour entre le Russe âgé de 36 ans et les partisans a atteint son paroxysme au Centre Bell le 8 février, quand il a inscrit le but gagnant en prolongation contre les Maple Leafs de Toronto - victoire de 2-1.

Video: TOR@MTL : Kovalchuk joue les héros en prolongation

Force est d'admettre que la fièvre « Kovy-17 » était nettement plus enivrante que la COVID-19 ne l'est actuellement.

Voyant ses chances d'accéder aux séries diminuer considérablement, le CH a décidé de monnayer les services de Kovalchuk en l'échangeant aux Capitals de Washington, le 23 février.

Kovalchuk est parti, en promettant presque de revenir, avec à sa fiche six buts et sept passes pour 13 points en 22 matchs, en plus d'un rendement en défense de plus-6.

Performance individuelle de la saison

Le jeune défenseur Victor Mete a dû patienter jusqu'à son 127e match avant de réussir son premier but dans la LNH au Centre Bell, le 17 octobre - victoire de 4-0 face au Wild du Minnesota. Seulement huit matchs plus tard, le 5 novembre, Mete s'est éclaté avec un premier doublé en carrière dans la victoire de 5-4 contre les Bruins de Boston au Centre Bell. Lui qui totalisait déjà cinq points après 15 matchs, il n'a obtenu qu'un but et il n'a amassé que cinq passes dans ses 36 matchs suivants, avant de se fracturer un pied.

Video: BOS@MTL: Mete profite de la circulation devant Rask

Match le plus intéressant de la saison

Canadiens 6, Maple Leafs 5 (TB); 5 octobre : Le deuxième match de la saison présenté à Toronto en a été tout un! Le CH a offert une démonstration de caractère porteuse d'espoir en réalisant une époustouflante remontée. Accusant un retard de trois buts (4-1) tôt au troisième vingt, les troupiers de l'entraîneur Claude Julien sont même parvenus à prendre les devants 5-4 avec quelques minutes à jouer. Les Maple Leafs allaient provoquer la prolongation, mais Byron a mis fin à la folle soirée en étant le seul marqueur de la séance des tirs de barrage.

Video: Le Tricolore complète la remontée en fusillade

En voir plus

La LNH a mis à jour sa Politique de confidentialité en date du 27 février 2020. Nous vous encourageons à la lire attentivement. La LNH utilise des témoins, des pixels espions, et d'autres technologies similaires. En utilisant les sites Web de la LNH ou d'autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et nos Conditions d'utilisation, ce qui inclut notre Politique à l'égard des témoins.