Skip to main content

La motivation sera facile à trouver pour Alex Tanguay face aux Flames

LNH.com @NHL

MONTREAL - Prenant soin de ne pas verser dans la controverse, en bon vétéran, Alex Tanguay a néanmoins reconnu, en arborant un large sourire, que la motivation sera facile à trouver, mardi, en vue de l'affrontement contre son ancienne équipe, les Flames de Calgary.

L'ailier gauche du Canadien verra sans doute à s'assurer que ses coéquipiers soient autant "motivés" que lui, en inscrivant un montant d'argent sur le tableau dans vestiaire, comme le fait habituellement un joueur qui se frotte à son ancienne équipe. Le défenseur Roman Hamrlik, qui en sera également à son premier match contre les Flames depuis qu'il a joint les rangs du Tricolore en 2007, gonflera peut-être la récompense monétaire.

Tanguay ne l'a pas dit, lundi, mais rien ne lui ferait plus plaisir que de vaincre Mike Keenan, l'entraîneur qui l'a en quelque sorte chassé de Calgary.

Après avoir connu une première saison de 81 points en autant de matchs en 2006-07, sous les ordres de Jim Playfair, Tanguay n'a pu faire mieux qu'une récolte de 58 points en 78 rencontres, la saison dernière, avec Keenan derrière le banc.

"Il y aura plus de nervosité et l'adrénaline va couler un peu plus fort", a-t-il laissé entendre du bout des lèvres, en admettant qu'il avait pris connaissance du premier rendez-vous contre les Flames, dès la publication du calendrier du Canadien.

"J'ai aussi mémorisé la date de notre visite à Calgary (le 9 février)", a-t-il ajouté.

Le Tricolore ferait mieux d'être prêt à recevoir les Flames, qui ont remporté sept de leurs neuf derniers matchs. Ils ont de plus gagné leurs quatre affrontements cette saison contre des rivaux de l'Association Est.

"C'est une équipe agréable à voir à l'oeuvre parce qu'elle est très combative, du début jusqu'à la fin des matchs, a commenté Tanguay. On ne devra pas se permettre le moindre relâchement. Comme nous, les Flames ont un excellent gardien (en Miikka Kiprusoff)."

Insatisfait

Tanguay a argué qu'il ne croit pas que son rendement de 18 points en 24 matchs jusqu'à maintenant dans l'uniforme du Canadien soit de nature à faire regretter aux Flames la décision qu'ils ont prise de se départir de ses services.

"Vous pensez que je joue bien, moi j'estime connaître un début de saison ordinaire, a-t-il confié à quelques journalistes. Je peux faire beaucoup mieux. ??a s'est bien passé au cours des 10-15 premières rencontres. Mais depuis ce temps, je suis à l'image de l'équipe. J'obtiens des chances de marquer, mais il n'arrive rien."

Tanguay ne montre qu'un but à sa fiche dans les neuf derniers matchs qu'il a joués. Il a raté deux rendez-vous dernièrement après avoir été ébranlé par le défenseur Brad Stuart des Red Wings de Detroit, le 26 novembre. Depuis son retour au jeu, l'entraîneur Guy Carbonneau l'a jumelé à Tomas Plekanec.

Comme pour Alex Kovalev et d'autres, l'inefficacité de l'équipe en supériorité numérique est la principale explication de son manque de contribution à l'attaque. Carbonneau a d'ailleurs mis l'accent sur les unités spécialisées à l'entraînement, lundi.

"Notre jeu de puissance ne nous fait pas gagner, comme ça devrait être le cas. On a remporté la plupart de nos matchs grâce à notre jeu à cinq contre cinq.

"On joue nerveusement en supériorité, a relevé Tanguay. On a surtout travaillé à retrouver le synchronisme et un meilleur niveau d'exécution. On a modifié le positionnement de quelques joueurs. On espère qu'en redoublant d'ardeur, les choses vont finir par débloquer."

En voir plus