Skip to main content

La LNH met à jour son protocole pour les commotions

La ligue met en place un personnel centralisé d'observateurs pour dépister les signes visibles de commotion cérébrale et ordonner le retrait d'un joueur

par Relations publiques de la LNH @PR_NHL / LNH.com

NEW YORK/TORONTO (11 octobre 2016) - La Ligue nationale de hockey (LNH) a annoncé aujourd'hui la mise en place de plusieurs nouvelles politiques et procédures afin d'améliorer le protocole de la LNH et de l'Association des joueurs de la LNH (AJLNH) sur les commotions cérébrales

Bien que c'est encore aux clubs de la Ligue que revient la responsabilité première d'identifier un joueur qui a besoin d'être retiré du jeu et d'évaluer celui-ci pour la possibilité d'une commotion cérébrale, la LNH et l'AJLNH ont accepté de fournir une assistance supplémentaire pour aider à identifier les joueurs qui ont besoin d'être évalués conformément au protocole pour les commotions cérébrales de la LNH/AJLNH. Un nouveau personnel centralisé d'observateurs de la Ligue surveilleront tous les matchs depuis la salle de la sécurité des joueurs à New York et auront le pouvoir d'exiger qu'un joueur soit retiré du jeu afin d'être évalué pour la présence possible d'une commotion cérébrale si le joueur affiche certains signes visibles tels que spécifiés dans le protocole, à la suite d'un coup direct ou indirect à la tête. Des observateurs de la Ligue se trouvant dans l'aréna et les officiels sur glace apporteront leur soutien aux observateurs du personnel centralisé de la Ligue et surveilleront également le jeu afin d'être à l'affût de signes de commotion cérébrale.

Des sanctions précisées d'avance seront imposées aux clubs qui violent le protocole pour les commotions cérébrales. Les clubs qui ne retirent pas du jeu un joueur qui a besoin d'être évalué seront sujets à une amende automatique minimale pour une première offense, et le montant des amendes augmentera de façon substantielle si d'autres violations devaient suivre. De plus, tout joueur qu'on désigne pour subir une évaluation obligatoire ne pourra revenir au jeu dans le match à moins qu'il soit évalué par le personnel médical de son club et se voit accorder la permission de jouer conformément aux normes prévues par le protocole.

Les membres du personnel centralisé d'observateurs de la Ligue dont les services ont été retenus par la Ligue sont tous des entraîneurs sportifs certifiés qui ont une expérience clinique avec le hockey de niveau élite, et ont reçu une formation sur les signes visibles de commotion cérébrale décrits dans le protocole. Les observateurs du personnel centralisé de la Ligue regarderont tous les matchs de la LNH au moyen de la retransmission télé. Les observateurs de la Ligue dans chaque aréna sont également à l'emploi de la Ligue, tout comme les officiels sur glace. Les observateurs dans l'aréna ont également reçu une formation sur les signes visibles des commotions cérébrales et seront affectés aux matchs dans le but de s'assurer qu'ils se consacreront uniquement à des fonctions de repérage durant les matchs où ils ont été affectés en tant qu'observateurs. Les observateurs de la Ligue dans l'aréna regarderont les matchs en direct, dans les arénas. Bien que tous les observateurs (du personnel centralisé et en aréna) pourront communiquer librement entre eux durant les matchs, seulement l'observateur du personnel centralisé communiquera avec le personnel médical du club si un joueur doit être retiré du jeu et évalué conformément aux normes du protocole.

Les officiels sur glace sont également autorisés à exiger le retrait du jeu d'un joueur afin qu'il soit évalué s'ils constatent qu'un joueur affiche des signes visibles de commotion cérébrale conformément aux normes du protocole, à la suite d'un coup direct ou indirect à la tête. De plus, les officiels sur glace sont maintenant autorisés à exiger le retrait du match d'un joueur si le joueur continue de jouer après que l'observateur du personnel centralisé de la Ligue ait communiqué avec le personnel médical du club pour lui indiquer qu'une évaluation obligatoire est requise.

En voir plus