Skip to main content

La LHJMQ se dote de nouvelles règles pour son repêchage

LNH.com @NHL

BOUCHERVILLE - La Ligue de hockey junior majeur du Québec a annoncé, jeudi, l'adoption de nouvelles mesures pour renforcir les principes de la séance de sélection universelle tout en enrayant les pratiques désobligeantes.

Au cours des dernières années, plusieurs joueurs ont refusé de se présenter au Challenge du CSR, à la présentation des meilleurs espoirs TELUS ou à la séance de sélection annuelle pour ensuite accepter de se rallier à l'équipe qui l'a tout de même sélectionné. Cette situation a été fortement déplorée et dénoncée par un grand nombre d'équipes du circuit.

Pour ces différentes raisons, le bureau des gouverneurs, à l'aide de lignes directrices partagées par un comité indépendant formé de gouverneurs et de membres du département hockey de la LHJMQ, a créé un formulaire qui devra être signé par le propriétaire, le gouverneur et différents membres de l'organisation et pour lequel tous les intervenants s'engagent à n'utiliser aucune manoeuvre visant à fausser le processus de sélection, comme par exemple, à inciter un joueur à ne pas se présenter au Challenge du CSR, à le convaincre de ne pas se présenter à la présentation des meilleurs espoirs TELUS, à ne pas se présenter à la séance de sélection annuelle, à mentir sur ses intentions réelles ou à l'inciter à refuser de discuter avec d'autres équipes.

"Une équipe qui sélectionne un joueur est en droit de s'attendre à ce qu'elle acquiert ses services sans interférence négative de la part d'une autre équipe, et ce, avant ou après la séance de sélection, a mentionné le commissaire, Gilles Courteau. Le recrutement des nouveaux joueurs doit se faire par un système basé sur le principe que chaque équipe devrait pouvoir, à son tour, sélectionner le joueur qu'elle considère le meilleur et que ledit joueur se présente et évolue pour l'équipe."

Advenant le non-respect d'une de ces directives, le commissaire pourra imposer soit une amende pouvant aller jusqu'à 100 000 $, soit la perte de choix de sélection pour les deux années suivant le moment où l'infraction a été portée à l'attention du commissaire, ou les deux.

Le processus sera engendré par le dépôt d'une plainte provenant d'une formation à l'égard d'une autre qui n'aurait pas respecté ces engagements. Celle-ci doit être faite par écrit et portée à l'attention du commissaire.

En voir plus