Skip to main content

La fin d'un chapitre pour Dominique Ducharme

L'entraîneur québécois a finalement réussi à mener sa troupe à la médaille d'or pour son père

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

BUFFALO - Quand il a vu les dernières secondes s'écouler au cadran pour confirmer la conquête canadienne de l'or au Championnat mondial junior, Dominique Ducharme savait que c'était la fin.

La fin d'un long chapitre de sa carrière qui s'est amorcé il y a trois ans, alors qu'il avait été nommé adjoint à Dave Lowry en vue du tournoi de 2016.

« Je pense que j'ai dirigé mon dernier match au Championnat mondial junior », a lancé l'entraîneur-chef québécois sans hésiter, quelques minutes après la victoire de 3-1 des siens face aux Suédois.

Même s'il ne sera pas de retour à la barre de la formation junior canadienne, la vie de Ducharme sera à jamais liée à ce tournoi. Le 29 décembre 2015, alors qu'il se trouvait en Finlande avec l'équipe, le pilote de 44 ans a appris la mort subite de son père Jacques après un gain de 3-2 en tirs de barrage contre la Suisse.

Passionné par son travail et convaincu que son père aurait voulu qu'il ramène l'or au pays, Ducharme avait pris la décision de rester en Finlande pour le reste du tournoi. En hommage à son père.

Pas de chance, les Canadiens avaient vu leur parcours prendre fin en quarts de finale.

L'homme de hockey originaire de Joliette savait cependant qu'il aurait une autre chance. Nommé entraîneur-chef de l'équipe pour la première fois en juin 2016, Ducharme aurait l'occasion de triompher en sol canadien, à Montréal.

« D'être à Montréal l'année passée, je pensais que ce serait un bon endroit [pour lui ramener l'or] étant donné qu'il était quand même un grand partisan des Canadiens (de Montréal), a expliqué Ducharme. De le faire chez nous... nous sommes passés si proche. »

Si proche. Une remontée des Américains en troisième période et un but de Troy Terry en tirs de barrage avaient mis fin à ses espoirs et à ceux de son équipe.

Mais vendredi, au KeyBank Center de Buffalo, c'est comme si les astres s'étaient finalement alignés.

Les Canadiens n'ont pas été les meilleurs - ils ont été dominés pendant la majeure partie du match par les Suédois - mais un but de Tyler Steenbergen avec 1:40 à écouler en troisième période a fait toute la différence.

À sa troisième tentative, Ducharme a enfin pu mettre la main sur la médaille qu'il convoitait depuis si longtemps. La médaille qu'il aurait aimé montrer à son père en rentrant au pays dans les prochaines heures.

« D'être capable de fermer le chapitre ce soir... Tu penses à tous les efforts, autant ceux des joueurs que des dirigeants, tu ne peux pas trouver les mots exacts pour décrire ça, a-t-il avancé. C'est tout ça mis ensemble. C'est un gros engagement, mais c'est tellement le fun de vivre ces moments-là. »

Cette médaille d'or, c'est effectivement le fruit d'un long travail de préparation de tout l'état-major de Hockey Canada et du dévouement des joueurs pour la cause.

C'est aussi le fruit de l'acharnement de Ducharme, qui ne voulait pas lâcher prise avant de finalement pouvoir offrir cette médaille à l'homme qui était son plus grand "fan".

Même après la défaite crève-coeur de l'an dernier qui avait mis fin de façon décevante à des mois et des mois de préparation. Même si tout était à recommencer.

« Ce tournoi a occupé mes pensées pendant 365 jours, a dit Ducharme. Pas à cent pour cent parce qu'on a autre chose à faire, mais nous étions toujours en train de travailler sur notre plan, de nous servir des expériences que nous avions vécues.

« On s'en sert et on prépare notre plan. C'est là-dessus qu'on a travaillé pendant longtemps pour en arriver là. »

Ducharme a finalement pu boucler la boucle. Et c'est sûrement en partie grâce à son plus grand "fan".

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.