Skip to main content

Hurricanes: Gauthier se démarque par son physique

L'espoir de la Caroline suit les traces de son père culturiste, qui a déjà été sacré Monsieur Canada

par Kurt Dusterberg / Correspondant LNH.com

RALEIGH, Caroline du Nord - Dans un vestiaire rempli d'espoirs de la LNH, l'attaquant Julien Gauthier ressort du lot. Il est celui avec le physique d'un joueur prêt pour la LNH.

À l'âge de 18 ans, l'attaquant de Val d'Or dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec mesure 6 pieds 4 pouces et pèse 224 livres, des mensurations qui lui permettraient de se mesurer sans trop de gêne aux plus imposants attaquants de la ligue. Il doit son gabarit à son père, un culturiste qui a déjà été sacré Monsieur Canada.

« J'ai commencé à m'entraîner à neuf ans avec mon père, rien de trop lourd, j'apprenais simplement la base de l'entraînement, a expliqué Gauthier. Avant l'âge de 13 ans, c'est assez difficile. Tu veux simplement aller jouer avec tes amis. Mais par la suite, ça devient plus amusant. En voyant les résultats, ça devient encore plus intéressant. »

Gauthier veut toutefois être clair : tout ce temps à soulever des poids n'était qu'un moyen d'atteindre un objectif plus important.

« Tout le monde croit que je m'entraîne afin de devenir culturiste, a-t-il noté. Je ne m'entraîne pas pour bien paraître lorsque je n'ai pas de chandail. Je m'entraîne pour être puissant et fort. »

La carrure de Gauthier n'est pas le seul attribut qui a poussé les Hurricanes de la Caroline à le sélectionner au 21e rang au total du repêchage 2016 de la LNH. Il a marqué 41 buts en 54 matchs, se servant d'une variété de tirs et de feintes qui donnent l'impression qu'il pourrait devenir un jour un attaquant de puissance dans la LNH. Lorsqu'il a la rondelle sur son bâton, il a plusieurs options à sa disposition. Il peut utiliser son puissant tir des poignets ou manœuvrer dans l'enclave. D'une manière ou d'une autre, il va tirer au filet.

« C'est la base de mon jeu. Je veux lancer le plus souvent possible, a-t-il affirmé. Je suis un joueur imposant. Je n'ai pas peur de me diriger au filet avec autorité. Lorsque j'avais 16 ans dans cette ligue, je contournais le filet. Maintenant, je fonce vers le gardien ou je m'arrête devant la cage. »

L'entraîneur des Hurricanes Bill Peters est habituellement prudent lorsque vient le temps de louanger les espoirs. La logique est évidente : les jeunes joueurs qui viennent d'être repêchés ont encore bien des choses à travailler. Il n'a toutefois pu s'empêcher de reconnaître que Gauthier s'était bien préparé.

« Son gabarit, son talent, sa force, a énuméré Peters. Ses résultats aux tests de condition physique sont ahurissants. Il faut simplement qu'il continue à progresser. Il possède un avenir très prometteur, comme plusieurs de ces jeunes. »

L'entraîneur de la Caroline a souligné que Gauthier faisait partie d'un mouvement qui a marqué l'organisation au cours des dernières années. Dans les trois derniers repêchages, les Hurricanes se sont appliqués à sélectionner des joueurs plus imposants, sans pour autant sacrifier le talent.

« Nous commençons à miser sur de la profondeur dans la LNH, et nous possédons des jeunes qui évoluent dans les rangs juniors et universitaires qui deviendront également de très bons joueurs, a-t-il évoqué. Ils mesurent 6 pieds 3 pouces, 6 pieds 5 pouces, et ils peuvent patiner. C'est impressionnant. »

Il y a également du hockey dans les gènes de Gauthier, son oncle, Denis Gauthier, ayant évolué dans la LNH comme défenseur entre 1997 et 2009, disputant la majorité de ses 554 matchs avec les Flames de Calgary.

« Il est un mentor pour moi, a assuré Julien. Il travaillait très fort lorsqu'il était sur la patinoire. Il a passé plus de 11 ans dans la LNH et a pris part à plus de 500 parties, alors il est un très bon modèle à suivre. »

À titre de marqueur, il a mis au point une célébration d'après but, qu'il a empruntée à un autre joueur de la LHJMQ qui a atteint la LNH. Gauthier agrippe la lame de son bâton avant de la faire tourner, comme le faisait Alexander Radulov des Canadiens de Montréal.

« J'ai vu Radulov le faire à Québec (avec les Remparts) quand j'étais plus jeune, puis à Nashville, a-t-il expliqué. Je trouvais ça très bien, alors j'ai décidé de le faire, et je n'ai jamais arrêté. »

Comme bien des choix de première ronde, Gauthier va tenter de déterminer s'il est prêt à faire le saut dans la LNH dès sa première saison. Les chances qu'il se taille un poste avec les Hurricanes sont minces, et Gauthier le sait, peu importe à quel point il s'est préparé jusqu'ici dans sa carrière.

« Je m'entraîne aussi fort que possible afin d'être prêt le plus rapidement possible, mais c'est un processus, a-t-il reconnu. De toute évidence, je travaille fort pour atteindre mon but cette année. Je veux obtenir une chance. C'est également une question de "timing". Le personnel d'entraîneurs est excellent ici, alors je vais simplement les écouter. »

 

En voir plus