Skip to main content

Hemsky veut simplement se prouver qu'il peut encore tenir son bout

Le vétéran tchèque ne s'impose pas de pression avec l'essai que le CH lui donne au sein du premier trio

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

BROSSARD - Ales Hemsky se voit offrir la chance de faire partie du trio principal des Canadiens de Montréal en lever de rideau du camp d'entraînement. Le vétéran ailier droit affirme qu'il ne s'imposera pas de pression indue.

« J'ai été éprouvé par les blessures au cours des dernières saisons », a-t-il rappelé à l'issue de la deuxième journée du camp du CH, samedi. « Je me présente ici en estimant n'avoir rien à prouver à personne. Je veux simplement me prouver que je peux encore tenir mon bout pendant quelques saisons. »

Le Tchèque âgé de 34 ans revient de loin après avoir raté presque toute la dernière saison en raison d'une blessure à la hanche droite qui a nécessité une opération. Il avait dû se soumettre à une intervention semblable à la hanche gauche après la conclusion de la saison 2014-15.

Il y a un an, Hemsky s'est blessé au cours du tournoi de la Coupe du monde de Toronto au cours du premier match du tour préliminaire contre les États-Unis. Il a tenté d'effectuer un retour au jeu au début de la saison de la LNH avec les Stars de Dallas. Après un seul match, il a dû se résoudre à passer sous le bistouri. Il a renoué avec l'action vers la fin de la campagne, jouant au total 15 rencontres.

« Les 14 matchs de fin de saison ont été importants pour moi, a-t-il mentionné. J'étais heureux de les avoir joués afin d'effacer le doute dans mon esprit, parce que je craignais que ce soit la fin pour moi ou je me demandais si ma hanche tiendrait le coup. »

Il n'était tout de même pas au bout de ses inquiétudes, parce que le contrat le liant aux Stars arrivait à échéance. Il se demandait s'il demeurerait à Dallas, qui représentait son premier choix, ou si d'autres équipes lui manifesteraient de l'intérêt.

Il y en a eu quelques-unes, mais c'est l'appel du directeur général Marc Bergevin qui l'a le plus interpellé.

« Il savait qu'Alexander Radulov ne serait pas de retour. Il était très intéressé, a-t-il confié. J'ai eu comme une demi-heure pour prendre ma décision. J'ai pensé que l'équipe me conviendrait très bien et que ce serait agréable de revenir dans une ville de hockey. J'avais toujours voulu porter les couleurs des Canadiens. Et puis, vous voulez jouer pour une équipe qui vous désire », a ajouté le patineur natif de Pardubice, en République tchèque, qui a passé ses 11 premières saisons ou presque avec les Oilers d'Edmonton.

Hemsky a accepté un contrat d'une saison au salaire de 1 million $. Il pourrait s'avérer une carte cachée pour le Tricolore s'il retrouve la touche de ses deux premières saisons chez les Stars - 32 et 39 points en 2014-15 et en 2015-16 respectivement.

L'entraîneur Claude Julien veut voir de quel bois il se chauffe, en le mutant de facto aux côtés de Jonathan Drouin et de Max Pacioretty.

« Je me répète, il ne faut pas tirer de conclusions hâtives pour ce qui est des trios, a insisté Julien. Ce que nous voulons voir d'Ales, c'est ce qu'il peut nous apporter. Quand nous aurons une idée, nous pourrons le positionner dans un rôle où il nous sera le plus utile. »

Hemsky a martelé que, peu importe au sein de quel trio on l'utilisera, il veut avant tout jouer de façon responsable.

Julien a réagi en disant que « jouer de façon responsable » a une connotation péjorative en ce sens qu'on associe l'expression à bien jouer en défense.

« On peut voir ça de deux façons, a-t-il élaboré. On pense tout de suite que c'est de s'appliquer en défense, mais nous voulons le voir (Hemsky) être responsable à l'attaque également. Nous voulons le voir marquer des buts et amasser des passes.

« Être responsable, a continué Julien, ça peut se traduire par faire appel aux services d'un joueur afin de protéger une avance en fin de match ou de l'utiliser quand nous tirons de l'arrière. Pour moi, c'est ça un joueur responsable, sur lequel on peut miser dans toutes les situations.

Julien a dit avoir reçu de bons mots de l'ancien entraîneur Lindy Ruff à l'endroit du compatriote de Tomas Plekanec.

« Lindy et moi sommes des amis. Nous avons discuté à quelques reprises au cours des derniers mois et nous avons parlé d'Ales. Il l'a apprécié. Il m'a dit qu'il avait fait de grands progrès au cours des trois saisons qu'il l'a dirigé. Comme Ales vous l'a dit, il a appris en jouant pour lui et il a apprécié. »

Hemsky, qui a évolué dans la LHJMQ chez les Olympiques de Hull - à l'époque - au début des années 2000, a dit qu'il retrouve en Julien un entraîneur issu du même moule que Ruff.

« Ils bourlinguent dans la Ligue nationale depuis plusieurs années. Ils se sont adaptés aux changements. Ils se connaissent bien pour avoir tous les deux fait partie du personnel d'entraîneurs de l'équipe nationale du Canada et ils préconisent un style de jeu semblable. Claude a gagné la Coupe Stanley avec les Bruins (en 2012). Il est un des meilleurs entraîneurs dans la LNH. »   

Match intraéquipe

Les Canadiens vont tenir leur traditionnel match intraéquipe de début du camp au Centre Bell, dimanche (13h).

Ce sera le plus gros bain de foule pour le jeune Jonathan Drouin depuis qu'on a fait son acquisition du Lightning de Tampa Bay en juin. Drouin fait partie de l'équipe du capitaine Max Pacioretty.

« J'ai vraiment hâte. Ça va être cool, une première fois au Centre Bell du côté des Canadiens du Montréal, avec les partisans », a commenté Drouin.

Le défenseur David Schlemko manquera à l'appel dans le camp de l'équipe de Carey Price. Schlemko souffre d'une blessure mineure à une main, a-t-on fait savoir.

En voir plus