Skip to main content

Hawerchuk heureux d'être intronisé au Temple de la renommée des Jets

L'ancien joueur de centre a passé une bonne partie de sa carrière légendaire à Winnipeg et sera honoré lors d'une cérémonie d'avant-match

par Tim Campbell @TimNHL / Journaliste NHL.com

WINNIPEG - L'histoire d'amour entre Winnipeg et Dale Hawerchuk se conclura en beauté cette semaine, 36 ans après que tout a commencé.

Hawerchuk, 54 ans, sera intronisé au Temple de la renommée des Jets de Winnipeg avant le match entre les Jets et les Coyotes, la franchise originale de Winnipeg, au Bell MTS Place, mardi (20h HE; TSN3, FS-A, NHL.TV).

Le premier choix au total du repêchage 1981 de la LNH sera l'invité d'honneur au dîner du Temple de la renommée des Jets à l'hôtel Fairmont, au coin des rues Portages et Main, mercredi. C'est à cette célèbre intersection du centre-ville que le directeur général des Jets de l'époque, John Ferguson, a annoncé la signature de Hawerchuk, le 13 août 1981.

« C'est très spécial, a dit Hawerchuk. J'ai joué 16 ans, dont neuf à Winnipeg, et j'ai toujours vécu au Manitoba durant les étés. Je suis arrivé ici à 18 ans. C'est presque comme si j'avais grandi ici avec les Jets et le Manitoba. Ils ont contribué à faire de moi qui je suis lors des années où tu apprends comment la vie fonctionne. Je me suis toujours senti près des Jets et des gens du Manitoba. »

Les Jets ont créé leur Temple de la renommée en 2016 pour honorer la remarquable contribution des joueurs de leur équipe. Anders Hedberg, Bobby Hull et Ulf Nilsson, la Hot Line, ont été les premiers intronisés il y a un an.

Hawerchuk a fait sensation dès son arrivée dans la LNH avec 103 points, 45 buts et 58 assistances, en 80 matchs durant la saison 1981-1982, une performance qui lui a valu le trophée Calder, remis à la recrue de l'année. Le joueur natif de Toronto a suggéré que la naïveté de la jeunesse l'a probablement aidé, mais il a avoué que, durant son premier camp d'entraînement, il était inquiet de ne pas être en mesure de jouer à ce niveau.

« Je me souviens de m'être dit que je n'étais pas certain d'être capable en raison de la vitesse et de la grosseur des joueurs, a expliqué Hawerchuk. J'avais peur, car je ne voulais pas être le premier choix qui retourne dans les juniors. On a commencé les matchs préparatoires et je me suis senti de plus en plus à l'aise avec la vitesse de jeu en pratiquant tous les jours. »

Le centre a présenté une moyenne d'au moins un point par match dans ses 13 premières saisons dans la LNH, un exploit moins facile qu'on le pense.

« C'était fatigant, a affirmé Hawerchuk. On prenait des vols commerciaux pour jouer à l'étranger à l'époque et j'étais toujours pris dans le siège du milieu parce que j'étais une recrue. »

« Je savais deux choses en embarquant dans l'avion. La première, c'est que j'allais m'endormir en raison de la fatigue de la saison et la deuxième, c'est que ma cravate serait coupée. J'ai passé beaucoup de cravates au cours de cette première année. »

Hawerchuk a amassé 929 points, 379 buts et 550 assistances, en 713 matchs avec les Jets. Il a été échangé aux Sabres de Buffalo le 16 juin 1990 et a joué pour les Blues de St. Louis et les Flyers de Philadelphie. En 16 saisons et 1188 matchs, Hawerchuk a amassé 1409 points, 518 buts et 891 mentions d'aide, et n'a raté les séries éliminatoires de la Coupe Stanley qu'une fois, en 1989. Il se classe au 19e rang des meilleurs pointeurs de la LNH et a été intronisé au Temple de la renommée du hockey en 2001.

« Tout le monde voyait à quel point c'était un bon passeur et un bon marqueur, mais par-dessus tout, c'était un compétiteur qui détestait perdre. Ça remonte à nos années juniors », a expliqué l'entraîneur associé des Rangers de New York Scott Arniel, coéquipier de Hawerchuk à Winnipeg et lors de deux titres consécutifs de la Coupe Memorial avec Cornwall dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec en 1980 et 1981.

Le directeur général des Stars de Dallas Jim Nill, coéquipier de Hawerchuk à Winnipeg de 1985 à 1988, croit qu'il n'était pas apprécié à sa juste valeur durant ses meilleures années dans la LNH.

« On entendait parler de Wayne Gretzky tout le temps à travers la Ligue et, pour cette raison, je ne pense pas qu'il était aussi apprécié à l'extérieur de Winnipeg qu'il aurait dû l'être, a expliqué Nill. C'était un joueur d'élite, un gars humble qui travaillait très fort pour gagner. Il a été une partie importante des Jets pendant tout le temps où j'ai été à Winnipeg. »

Hawerchuk a attiré l'attention de ses adversaires rapidement dans les premières saisons de sa carrière et il est tout de même parvenu à produire beaucoup. Il a dépassé la marque des 100 points dans sept de ses huit premières saisons, notamment en 1984-85 lorsqu'il a récolté 130 points, 53 buts et 77 passes, en 80 matchs, un sommet en carrière.

« Winnipeg n'avait pas beaucoup de profondeur à ses premières années, a mentionné Nill. Lors des premières saisons de Hawerchuk, il était pratiquement seul et ce n'est pas facile pour un jeune joueur. Il est parvenu à transporter l'équipe sur ses épaules. »

Le problème de Hawerchuk et des Jets lors de cette saison était le même que durant toutes les années 80 : il fallait toujours vaincre les Oilers d'Edmonton et les Flames de Calgary pour connaître du succès. Les Jets ont terminé deuxièmes derrière Edmonton dans la division Smythe avec 96 points en 1984-85 avant de battre Calgary 3-1 dans la série trois de cinq demi-finale de division. Ils se sont par la suite inclinés 4-0 face aux Oilers en finale de division.

Ce fut la seule saison où Hawerchuk a atteint le plateau des 50 buts (53) et terminé deuxième derrière Gretzky dans les votes pour le gagnant du trophée Hart.

« Son 50e était énorme pour tout le monde, a dit Arniel à propos du filet en échappée lors d'une infériorité numérique contre Warren Skorodenski, le gardien des Blackhawks de Chicago, le 29 mars 1985. Je me souviens à quel point il était nerveux et excité en même temps. On essayait tous de ne pas en parler et de simplement jouer, mais on était tous très fiers de le voir réussir cet exploit. »

Atteindre les 50 buts n'était pas un exploit comme les autres, selon Nill. Hull et Hedberg l'avaient réussi avant Hawerchuk à Winnipeg.

« Et voilà que Dale Hawerchuk atteignait le plateau des 50 buts, un exploit qu'on n'avait pas vu souvent à Winnipeg. Ce fut plaisant de contribuer à ça. »

Hawerchuk continuera d'avoir un impact dans le hockey à Winnipeg pour un bout de temps. En tant qu'entraîneur des Colts de Barrie dans la Ligue de hockey de l'Ontario depuis le début de la saison 2010-11, il a contribué au développement du centre Mark Scheifele durant trois saisons chez les juniors.

Scheifele a été le premier choix des nouveaux Jets, 7e au total, lors du repêchage 2011 de la LNH.

« À aucun moment il ne m'a dit quelque chose que je ne comprenais pas, a mentionné Scheifele, qui a marqué son 100e but dans la LNH contre les Coyotes le 11 novembre dernier. Tout ce qu'il me disait avait du sens. Il ne disait pas de charabia et c'est ce qui faisait de lui un si bon entraîneur. »

« C'est un jeu simple et un jeu d'équipe. Je pense que c'est la plus grande chose qu'il m'a apprise, que les jeux individuels n'apportent rien. Tout est dans la simplicité et dans les efforts que tu mets à faire les bonnes choses pour ton équipe et tes coéquipiers lors de chaque présence sur la glace. »

En voir plus