Skip to main content

Gretzky a hâte au retour de la Coupe du monde

'La Merveille' se dit curieux de voir à l'oeuvre les équipes d'Amérique du Nord et d'Europe

par Dan Rosen @drosennhl / Journaliste senior NHL.com

Quand Wayne Gretzky pense à la Coupe du monde de hockey, il se remémore la défaite du Canada contre les États-Unis en 1996 et la performance étincelante du gardien Roberto Luongo qui a sauvé le Canada de la catastrophe dans sa quête de la médaille d'or en 2004.

Le mois prochain, quand s'ébranlera le tournoi de la Coupe du monde 2016 à Toronto, Gretzky se demandera si le pays hôte, son pays, pourra ajouter une autre médaille d'or à son palmarès et il sera curieux de voir comment Équipe Amérique du Nord et Équipe Europe vont se tirer d'affaire.

La Coupe du monde, qui renaît de ses cendres depuis que l'équipe canadienne - qu'a gérée Gretzky - a remporté la médaille d'or il y a une douzaine d'années, va s'amorcer le 17 septembre avec le tour préliminaire et le tournoi pourrait ne connaître son dénouement que le 1er octobre.

Gretzky ne sait pas encore s'il va assister à l'événement, mais il l'attend son déroulement avec beaucoup de fébrilité.

 « Je suis très emballé pour la LNH et les gens qui auront la chance de suivre le tournoi », a affirmé Gretzky au cours d'un entretien téléphonique mercredi, à environ un mois du début des camps d'entraînement des équipes.

« J'estime que c'est une coche au-dessus de la compétition à laquelle nous participions à l'époque, quoique les tournois de la Coupe Canada ont été mémorables. »

Gretzky a remporté la Coupe Canada avec l'équipe canadienne en 1984, en 1987 et en 1991 après avoir fait partie de l'équipe qui a été défaite par l'Union soviétique en 1981. La Coupe Canada a été remplacée par la Coupe du monde de hockey en 1996, quand Gretzky et le Canada ont été vaincus par les États-Unis 2-1, à l'issue d'une série finale deux-de-trois.

« Nous avons été battus par une meilleure équipe, a évoqué Gretzky. Les Américains méritaient de l'emporter. »

Huit ans plus tard, au retour du tournoi en 2004, Gretzky a agi comme directeur exécutif du Canada, campant le même rôle que deux ans plus tôt aux Jeux olympiques de Salt Lake City, où le Canada a savouré sa première conquête de la médaille d'or olympique en hockey masculin en 50 ans.

Gretzky a encore frais à la mémoire les prouesses de Luongo, appelé à remplacer Martin Brodeur, blessé, en demi-finale contre la République tchèque. Luongo avait signé une performance de 37 arrêts dans le gain de 4-3 du Canada en prolongation.

Brodeur a effectué un retour devant le filet en finale, stoppant 27 lancers dans la victoire de 3-2 face à la Finlande au Air Canada Centre, où le tournoi se déroulera dans un mois.

« Un de mes meilleurs souvenirs a été le moment de la sélection de l'équipe avec les dirigeants et les entraîneurs, a évoqué Gretzky. Je me rappelle d'avoir posé la question à un moment donné : `Et si Martin Brodeur se blesse, qui voulons-nous comme remplaçant? Tout le monde avait répondu Roberto Luongo. La situation s'est présentée pendant le tournoi. Martin n'a pas pu affronter les Tchèques. Nous n'avions aucun remords. Nous savions que Roberto était très solide. N'eut été de son brio, nous aurions été éliminés parce que nous ne méritions pas de l'emporter. Roberto a été étincelant. Je me rappelle que j'étais tellement content pour lui. Ç'avait été un super tournoi à gagner. »

Douze ans plus tard, Gretzky, redevenu simple amateur, porte un intérêt évident de voir si le Canada peut répéter l'exploit, sous la gouverne du directeur exécutif Doug Armstrong. Plus intrigant peut-être pour lui sera de suivre le parcours des équipes d'Amérique du Nord et de l'Europe.

Équipe Amérique du Nord regroupe les 23 meilleurs joueurs âgés de 23 ans et moins du Canada et des États-Unis. Équipe Europe est un ramassis des 23 meilleurs joueurs natifs de pays d'Europe, autres que les quatre principales nations de hockey (Suède, Finlande, Russie et République tchèque), incluant la Slovaquie, la Slovénie, la Suisse et l'Allemagne, entre autres.

Gretzky a admis entretenir des sentiments mitigés à l'endroit des équipes fusionnées parce qu'il sait que les joueurs adorent représenter leur pays, en portant fièrement les couleurs de leur drapeau.

Il a ajouté du même souffle que d'intégrer les équipes de l'Amérique du Nord et d'Europe, dans un tournoi relevé de huit équipes, offre l'occasion à la LNH de mettre en valeur ses meilleurs joueurs, comme c'est le cas pour le Slovène Anze Kopitar, des Kings de Los Angeles, qui n'aurait autrement pas pu prendre part au tournoi.

Pour ce qui est de l'équipe d'Amérique du Nord, Gretzky est un de ceux qui a hâte de voir ce que les jeunots pourront faire contre l'élite mondiale des hockeyeurs.

Il a dit croire que l'expérience sera bénéfique pour eux, parlant précisément de Connor McDavid des Oilers d'Edmonton. Il a exprimé des réserves au sujet de la position de gardien, même si Matt Murray a aidé les Penguins de Pittsburgh à gagner la Coupe Stanley, en juin.

Gretzky leur accorde tout de même des chances de créer la surprise et de se rendre jusqu'au bout, en affirmant qu'ils ne seront pas une proie facile.

« Ce sera différent pour eux, mais j'espère qu'ils feront très bonne figure, a dit Gretzky. Ce serait assurément quelque chose s'ils remportaient la médaille d'or. »

Peu importe ce qui arrivera pendant le tournoi, 'La Merveille' sera un observateur des plus intéressés.

« Ce sera très spécial », a-t-il conclu.

 

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.