Skip to main content

Experts: Fleury devrait obtenir le départ dimanche

Les analystes de la LNH prédisent que le gardien no 1 des Penguins se retrouvera dans le filet dans le match no 5

par Dan Rosen @drosennhl / Journaliste principal NHL.com

PITTSBURGH - Le débat concernant les gardiens Matt Murray et Marc-Andre Fleury est devenu l'histoire dominante de la finale de l'Association de l'Est alors que les Penguins de Pittsburgh et le Lightning de Tampa Bay se préparent pour le match no 5 au Consol Energy Center dimanche (20 h (HE); TVA Sports, CBC, NBCSN).

L'entraîneur des Penguins Mike Sullivan devra décider s'il reviendra à la recrue Murray, qui aura 22 ans mercredi et qui a entamé les 13 derniers matchs, égalant son expérience en saison régulière dans la LNH, ou s'il se tournera vers le vétéran Fleury, dont les sept arrêts en relève de Murray en troisième période du match no 4 vendredi représentaient son premier contact avec l'action depuis le 31 mars alors qu'il a subi une commotion cérébrale.

« C'est une décision difficile, vraiment », a déclaré l'ancien entraîneur des Flyers de Philadelphie Craig Berube, qui agit à titre d'analyste sur NHL.com pendant la série.

Selon la majorité des opinions offertes par les neuf analystes contactés par NHL.com samedi, incluant Berube, le choix de Sullivan devrait être évident.

Huit des neuf analystes ont indiqué qu'ils nommeraient Fleury comme gardien partant pour le match no 5. Le seul analyste qui soutenait Murray était Keith Jones de NBC.

« Je continuerais avec Murray tant que Sullivan croit que Murray a la bonne mentalité, et je crois qu'il connaît bien son gardien, a expliqué Jones. C'est un argument facile pour Fleury et ce serait le choix le plus facile pour Sullivan, mais la victoire dans les séries n'est pas toujours axée sur des choix faciles. Je n'en ai pas vu assez de Fleury. Sept tirs au but dans un match où son équipe accuse un retard de quatre buts, ce n'est pas, à mon avis, une vraie mesure de déterminer si un gardien est prêt. Et je ne crois pas que les Penguins soient dans une situation désespérée. »

Jones n'était toutefois pas surpris d'entendre qu'il faisait partie de la minorité.

Voici donc huit raisons pour lesquelles les huit autres analystes ont choisi Fleury :

1. Il est le gardien no 1 des Penguins et était peut-être le joueur par excellence de l'équipe en saison régulière.

« Dès le début, je croyais que Marc-André Fleury devrait retourner devant le filet lorsqu'il serait de retour à 100 pour cent », a affirmé l'analyste de TSN et ancien gardien de la LNH Martin Biron. « Ce n'est pas le Marc-André Fleury d'il y a trois ou quatre ans. Il a complètement modifié son jeu. Il est beaucoup plus structuré et détendu. Il est maintenant un meilleur gardien, surtout en ce qui concerne la constance en séries éliminatoires. Il devrait être l'homme de la situation. »

« Murray a fait un excellent travail, mais l'expérience de Fleury est trop utile pour le laisser sur le banc à ce stade », a dit l'analyste de NBC et l'ancien gardien de la LNH Brian Boucher. « Murray va avoir sa chance à nouveau, mais il est temps de revenir avec Fleury. »

2. Les Penguins ont soutenu Fleury en troisième période vendredi.

« Il est entré dans le match et ils ont marqué trois buts », a expliqué l'analyste de NBC et ancien joueur de la LNH Jeremy Roenick. « C'est un grand changement de momentum en vue du match no 5. »

« Ils ont poussé et ils n'ont alloué que sept tirs au but », a noté Scott Stevens, membre du Temple de la renommée du hockey et analyste du NHL Network. « À un certain moment, tu dois penser que Fleury va t'aider à remporter la Coupe. Ce n'était que 20 minutes, mais à ce stade, en raison de la manière dont l'équipe a répondu et parce que Fleury est un vétéran qui a gagné la Coupe, je me tournerais vers lui. »

« Je pensais que la marque aurait été 7-0 ou 8-0 avant la troisième période [vendredi], n'eût été Matt Murray, mais si je suis Mike, je pense, "Fleury nous donne-t-il un peu d'énergie dont nous pourrions profiter?" », a lancé l'analyste de TSN et l'ancien directeur général de la LNH Craig Button. « Je crois que cela n'a rien à voir avec le meilleur gardien, c'est une question d'énergie. »

3. Fleury a bien joué après son entrée vendredi.

« Même si tu joues dans chaque match pendant deux semaines, quand tu entres dans un match en troisième période, le jeu se déroule plus vite que pendant les cinq premières minutes, mais il a résisté à la pression, a dit Biron. Quand c'est 4-2 ou 4-3 et ton équipe revient de l'arrière, tu sais que le prochain tir et le prochain arrêt sont importants. »

« Les Penguins ont dû ouvrir leur jeu un peu en troisième période pour marquer des buts, a dit Stevens. Fleury a fait face à quelques belles chances de marquer et il les a stoppées. »

4. Fleury pourrait donner un coup de fouet aux Penguins et aux partisans.

« L'avantage de la glace est important quand les partisans vous soutiennent, et une des façons d'enthousiasmer la foule rapidement, c'est d'envoyer Marc-André Fleury mener l'équipe sur la glace », a commenté l'analyste de NBC et ancien entraîneur adjoint des Penguins Pierre McGuire. « J'ai vécu l'expérience avec Mario Lemieux pendant mon séjour là-bas. Quand il était blessé, il y avait un certain sens d'anticipation dans la foule. Quand il était prêt à revenir, l'anticipation s'est élevée à un tout autre niveau. Il était si important pour l'organisation et pour les joueurs, et ça donne un coup de fouet à l'équipe. »

« Tu sais bien que les joueurs ne veulent pas laisser tomber Marc-André Fleury, a ajouté Button. Il pourrait élever leur jeu d'un cran. »

5. Sullivan n'a plus à attendre le bon moment pour réinsérer Fleury.

« Mike a dit à Marc-André Fleury dans le match no 2 d'être prêt, alors Mike comprend bien la situation », a dit Button.

« Nous avons tous vu Sullivan dans le match no 2 quand il parlait avec Fleury, a mentionné Stevens. Je crois qu'il attendait l'opportunité, la chance de le remettre devant le filet. »

6. Murray pourrait montrer des signes de fatigue ou même de faiblesse.

« J'aime toujours réfléchir d'abord à ce que je vois, puis déterminer si les chiffres le soutiennent, a dit Biron. Il me semble qu'il n'a pas la même énergie, la même agilité qu'il avait contre les Rangers et au début de la série contre Washington. Son pourcentage d'arrêts est de ,892 au cours de ses six derniers départs, ce n'est pas une statistique que tu veux voir. »

« Je crois que Murray pourrait être un peu fatigué parce qu'il joue un soir sur deux, a suggéré Stevens. La pression est élevée. »

7. Murray est résilient et il devrait répondre à l'appel si les Penguins devaient se tourner vers lui à nouveau.

« Je parle souvent avec leurs dépisteurs, et la seule chose dont ils parlent, c'est de sa maturité et de son professionnalisme, a dit McGuire. Ça ne va pas l'affecter. Il sait qu'il s'est retrouvé devant le filet en raison de la blessure de Marc-André Fleury, et il sait que Fleury est maintenant guéri. C'est la vie dans le sport professionnel. »

8. Fleury a géré son temps à titre d'auxiliaire avec grâce.

« Le vrai test auquel on peut soumettre la personne derrière le joueur, c'est la manière dont il réagit quand les choses ne vont pas en sa faveur », a commenté l'analyste du NHL Network et ancien gardien de la LNH Kevin Weekes. « Tu regardes Fleury sur le banc, tu sais de toute évidence qu'il veut jouer, mais il est si positif. Je vois Murray retourner au banc pendant les arrêts de jeu, Fleury établit le contact visuel avec lui, il le tape sur le bouclier et lui donne des mots d'encouragement. Je sais que ça portera ses fruits dans le groupe, avec les joueurs et le personnel d'entraîneurs. »

En voir plus