Skip to main content

Équipe Canada aura des choix difficiles à faire

Price et Getzlaf parmi les joueurs en danger d'être exclus de la Coupe du monde

par Arpon Basu @ArponBasu / Directeur de la rédaction LNH.com

Le directeur général d'Équipe Canada Doug Armstrong devra faire un acte de foi.

Il devra même en faire plusieurs, en fait.

Lorsque Armstrong et son équipe de direction en seront rendus à arrêter leurs derniers choix pour l'équipe canadienne en vue de la Coupe du monde de hockey 2016, il y a quelques joueurs à qui il faudra donner le bénéfice du doute en se disant que leur saison 2015-16 dans la LNH a été une simple anomalie.

Qu'il s'agisse d'une blessure importante comme celle qui a tenu le gardien des Canadiens de Montréal Carey Price à l'écart du jeu depuis le 25 novembre, ou simplement d'une léthargie inexplicable comme celle qui a affecté le joueur de centre des Ducks d'Anaheim Ryan Getzlaf au cours des trois premiers mois de la saison, Armstrong devra prendre des décisions difficiles concernant des joueurs qui, en principe, auraient dû être des choix indiscutables.

En raison de la profondeur qu'on retrouve chez les joueurs admissibles à s'aligner avec le Canada à l'occasion du tournoi où les meilleurs affronteront les meilleurs, choisir un joueur en fonction de ses performances du passé, et non du présent, n'est pas une approche facile à justifier.

Toutefois, les dirigeants avertis sont souvent capables de déterminer si un athlète a simplement connu des déboires qui sont circonscrits dans le temps, et c'est justement ce que devront déterminer Armstrong et ses adjoints dans le cas de certains joueurs, à moins que ceux-ci connaissent un regain de vie notable à l'occasion du dernier quart de la saison.

LNH.com s'est vu forcé de faire cette évaluation dès maintenant, alors voici l'allure que la formation d'Équipe Canada pourrait prendre en vue du tournoi, qui se déroulera du 17 septembre au 1er octobre 2016 (en ordre alphabétique par position) :


ATTAQUANTS

Jamie Benn, Stars de Dallas, AG - Personne n'a récolté plus de points que lui sur l'ensemble des deux dernières saisons. Avant les matchs de mardi, il était troisième au classement des marqueurs de la LNH, mais le meilleur Canadien avec une récolte de 59 points, tout juste devant son coéquipier chez les Stars Tyler Seguin. Benn a toutes les qualités qu'on recherche chez un joueur de premier plan et, après avoir joué un rôle de soutien aux Jeux olympiques de 2014 à Sotchi, il devrait être un des meneurs de l'équipe canadienne à Toronto.

Patrice Bergeron, Bruins de Boston, C - Il n'y a pas si longtemps, il fallait être très convaincant pour justifier la présence de Bergeron au sein d'Équipe Canada, même si les arguments étaient faciles à trouver. Il est le meilleur joueur dans la LNH parmi ceux qui excellent dans les deux sens de la patinoire, est incroyablement efficace lors des mises en jeu, est un des principaux animateurs de son équipe au chapitre de la possession de rondelle, est excellent pour écouler les pénalités, etc., etc. Cette saison, les arguments en sa faveur sont très évidents, alors qu'il continue d'exceller dans tous ces aspects du jeu, en plus de se retrouver parmi les meilleurs pointeurs canadiens dans la LNH.

Sidney Crosby, Penguins de Pittsburgh, C - Après avoir connu un lent début de saison, Sidney Crosby est redevenu Sidney Crosby. Il est le joueur qui va présentement le mieux dans la Ligue, et il est assuré qu'il sera de retour à titre de capitaine après avoir aidé le Canada à décrocher l'or à Sotchi.

Matt Duchene, Avalanche du Colorado, C/AG - Benn et Seguin, avant les matchs de mardi, étaient les seuls Canadiens qui avaient marqué plus de buts que Duchene. La combinaison de vitesse et de talent qu'il offre font de lui un choix parfait pour cette équipe, et l'expérience qu'il a acquise à Sotchi dans un rôle de soutien milite en sa faveur.

Ryan Getzlaf, Ducks d'Anaheim, C - La baisse de régime affichée par Getzlaf au cours des trois premiers mois de la campagne représente un mystère. À ses 35 premiers matchs, Getzlaf a inscrit trois buts et 23 points, deux de ces buts ayant été réussis en avantage numérique et l'autre dans un filet désert. Depuis ce temps, sa léthargie semble s'être résorbée alors qu'il avait amassé 11 points à ses 12 plus récentes rencontres avant mardi. Ses antécédents de longue date avec Hockey Canada aideront, mais Getzlaf aura des choses à prouver durant le dernier quart de la saison.

Claude Giroux, Flyers de Philadelphie, C - Année après année, Giroux est un des joueurs de la LNH qui produit le plus en avantage numérique, mais il peut aussi écouler les pénalités et il est capable de jouer autant au centre qu'à l'aile. Cette polyvalence pourrait être très utile à l'entraîneur Mike Babcock, qui pourrait insérer Giroux à plusieurs endroits au sein de son alignement. Giroux a été un des joueurs les plus constants au chapitre de la récolte de points au fil des ans, et pourtant on ne l'a pas invité à Sotchi. Il mérite de se retrouver à Toronto.

Taylor Hall, Oilers d'Edmonton, AG - Les blessures ont affecté le déroulement de sa carrière, mais il a fait la preuve de ses capacités à l'attaque en jouant pendant des années au sein d'une équipe de bas de classement. Avant les matchs de mardi, il était le quatrième pointeur chez les joueurs canadiens de la Ligue et il pourrait être le candidat idéal pour jouer aux côtés de Crosby, chose qu'on a eu de la difficulté à résoudre au sein de l'équipe canadienne lors des récents tournois.

Corey Perry, Ducks d'Anaheim, AD - Les Ducks ont eu toutes les difficultés du monde à marquer des buts en première moitié de saison, mais cela a à peine gêné le rythme de production de Perry. Il est un des meilleurs buteurs dans la LNH sur l'ensemble des trois dernières saisons et il offre la garantie d'une chimie instantanée avec Getzlaf. Ce sera intéressant de voir ce qu'Armstrong fera du cas de Perry dans l'éventualité où il choisirait de ne pas sélectionner Getzlaf.

Tyler Seguin, Stars de Dallas, C/AD - Aucun Canadien n'a marqué plus de buts que Seguin depuis qu'il est arrivé à Dallas en 2013-14. La chimie qu'il affiche avec Benn permettrait au Canada de miser sur un formidable duo offensif. Il faut se demander si Seguin jouerait au centre ou à l'aile, mais le fait qu'il puisse jouer à l'un ou l'autre des postes fait de lui un joueur plus utile.

Steven Stamkos, Lightning de Tampa Bay, C/AD - Une fracture à la jambe a coûté à Stamkos une place au sein de l'équipe canadienne à Sotchi. Bien qu'il ne trouve pas le fond du filet à son rythme habituel cette saison, garder Stamkos à l'écart d'un deuxième tournoi de ce niveau de suite ne ferait aucun sens. Stamkos pourrait jouer au centre ou à l'aile, et la perspective de le voir dans l'alignement aux côtés de Crosby est séduisante, c'est le moins qu'on puisse dire.

John Tavares, Islanders de New York, C - Tavares est un autre de ces joueurs qui devra retrouver son niveau de jeu habituel lors du dernier quart de la saison pour s'assurer qu'on lui réserve une place dans l'équipe. Mais même s'il ne le fait pas, c'est difficile d'imaginer que Tavares sera exclu compte tenu des nombreuses qualités qu'il a affichées par le passé.

Joe Thornton, Sharks de San Jose, C - Il aura 37 ans au moment où s'amorcera le tournoi, mais il faudra bien finir par admettre que l'âge ne freine en rien son efficacité. Il est un des meilleurs fabricants de jeu parmi les joueurs de centre de la LNH. Crosby est le seul joueur de centre canadien qui a davantage de mentions d'aide depuis le début de la saison dernière et durant cette séquence, aucun joueur, peu importe le pays, a davantage bonifié les statistiques de son équipe au chapitre de la possession de rondelle en zone offensive.

Jonathan Toews, Blackhawks de Chicago, C - Les statistiques ne servent à rien lorsqu'on parle de Toews. C'est un gagnant, point à la ligne. Pas besoin de discuter du nombre de buts qu'il a marqués, de son pourcentage d'efficacité sur les mises en jeu ou d'autres statistiques avancées qui aident à évaluer les joueurs de nos jours. Pas que Toews offre des statistiques médiocres, au contraire; mais c'est un impondérable ambulant.

DÉFENSEURS

Brent Burns, Sharks de San Jose - Le Canada est plein aux as en terme de défenseurs offensifs du côté droit alors ce choix-ci signifie que Shea Weber, des Predators de Nashville, se retrouverait exclu, ce qui pourrait être une des décisions difficiles qu'Armstrong devra prendre étant donné que Weber a été très bon à Sotchi. Sauf que Burns connaît une autre saison formidable, faisant de lui le défenseur qui affiche la plus belle production depuis le début de la saison dernière dans la LNH. C'est bien difficile de tenir un joueur de cette trempe à l'extérieur de l'équipe.

Drew Doughty, Kings de Los Angeles - Probablement le défenseur le plus complet dans la LNH, Doughty fait penser à Toews en ce sens que ses statistiques importent moins que la façon dont il élève son niveau de jeu quand l'enjeu est plus grand. Il ressemble aussi à Toews parce qu'il n'a pas à avoir honte du tout de sa production.

Mark Giordano, Flames de Calgary - Giordano a connu un lent début de saison tout comme les Flames, mais les choses ont changé du tout au tout depuis ce temps. Il a été le meilleur défenseur dans la LNH en terme de possession de rondelle au fil des deux dernières saisons et il viendrait renforcer ce qui constitue un côté gauche relativement faible au sein de la formation canadienne.

Duncan Keith, Blackhawks de Chicago - On entend souvent parler de joueurs qui peuvent tout faire, mais ce n'est rien d'exagéré dans le cas de Keith, et celui-ci en fait la démonstration match après match. Les chiffres astronomiques qu'il a affichés au chapitre du temps de glace pendant les dernières séries éliminatoires de la Coupe Stanley ont permis de prouver à quel point Keith est un athlète formidable, et il n'a pas ralenti cette saison. Il est l'homme de confiance du côté gauche à la ligue bleue au sein de la formation canadienne.

Kristopher Letang, Penguins de Pittsburgh - Letang est un autre joueur qui pourrait devoir céder sa place à Weber du côté droit mais, à l'instar de Burns, il a tellement produit au cours des deux dernières saisons qu'on ne peut l'ignorer. Le seul défenseur qui affiche une meilleure moyenne de points par match depuis le début de la saison dernière est Erik Karlsson, des Sénateurs d'Ottawa. La chimie qu'on retrouve entre Crosby et lui en avantage numérique représente un beau boni.

Jake Muzzin, Kings de Los Angeles - Il est facile de conclure que Muzzin profite du fait qu'il joue avec Doughty chez les Kings, mais il a montré qu'il est lui aussi un défenseur de premier plan. Les statistiques avancées montrent depuis un bon moment que Muzzin est un joueur efficace à l'attaque, et maintenant il en fait également la preuve dans des aspects du jeu plus traditionnels. L'ajouter à la formation permettrait au Canada de miser sur un duo d'arrières déjà habitué à jouer ensemble.

P.K. Subban, Canadiens de Montréal - Subban n'a pas passé beaucoup de temps sur la patinoire à Sotchi, mais il a beaucoup appris à regarder comment fonctionne Équipe Canada sous les ordres de Babcock. Il devrait être en mesure d'utiliser cette expérience à bon escient à Toronto. Jadis considéré comme un joueur pas toujours fiable en défensive, Subban affronte les meilleurs joueurs adverses match après match avec les Canadiens et il est devenu un défenseur complet qui devrait être utilisé au sein d'un de deux premiers duos.

GARDIENS

Braden Holtby, Capitals de Washington - Même si Price était resté en santé, Holtby aurait peut-être été considéré comme le favori pour décrocher le poste de partant devant le filet en raison de la saison qu'il connaît jusqu'ici. Le statut de Price étant encore incertain, il faut conclure que le poste lui appartient jusqu'à preuve du contraire.

Carey Price, Canadiens de Montréal - Il se pourrait également qu'en raison de la performance de Price à Sotchi, il y a deux ans, le poste lui reviendra s'il est en santé. Price a accordé trois buts en 106 tirs au fil de ses matchs durant le tournoi olympique, y allant notamment d'une prestation parfaite de 55 arrêts sur 55 tirs en demi-finale et en finale. Si Price ne revient pas au jeu cette saison, le directeur général des Canadiens Marc Bergevin, qui fait aussi partie du personnel géré par Armstrong, aura beaucoup de pression sur les épaules en ce qui concerne la pertinence d'inclure son gardien au sein de la formation canadienne ou non.

Roberto Luongo, Panthers de la Floride - Luongo connaît une saison remarquable, et pour cette seule raison il mérite d'être choisi au sein d'Équipe Canada. Mais il y a aussi le fait qu'à titre de gardien no 3, l'expérience de Luongo pourrait s'avérer un atout très utile pour Holtby, si celui-ci devait décrocher le poste de partant à l'occasion de son premier tournoi international senior en carrière. Price en sait quelque chose.

En voir plus