Skip to main content

Elias aura sa place parmi les légendes des Devils

Le meilleur marqueur de l'histoire du New Jersey verra son numéro 26 être retiré devant ses anciens coéquipiers et compagnons de trio

par Tom Gulitti @tomgulittinhl / Journaliste NHL.com

Plusieurs personnes influentes dans la vie de Patrik Elias seront au Prudential Center, samedi, pour voir les Devils du New Jersey retirer le chandail numéro 26 de l'ancien joueur de centre avant le match face aux Islanders de New York (18 h 15 HE, MSG+ 2, NHL.TV).

Il y aura des membres de sa famille et des amis, dont un contingent de 30 d'entre eux venus de République tchèque, et plusieurs de ses anciens coéquipiers, dont les quatre premiers à avoir vu leur numéro être retiré par les Devils : les défenseurs Scott Stevens (numéro 4), Ken Daneyko (numéro 3) et Scott Niedermayer (numéro 27) ainsi que le gardien Martin Brodeur (numéro 30).

Les anciens attaquants du New Jersey Jason Arnott et Petr Sykora seront également de la partie.

À une certaine époque, ils ont uni leurs efforts à ceux d'Elias au sein de l'une des meilleures unités offensives de la LNH et peut-être la meilleure de l'histoire des Devils. Avant de se réunir pour un événement spécial questions-réponses au Prudential Center mercredi, les trois ne se rappelaient pas de la dernière fois où ils ont été réunis depuis que Arnott a été échangé aux Stars de Dallas le 19 mars 2002.

Le temps d'Elias avec Arnott et Sykora ne représente qu'une petite partie de la carrière de 20 saisons d'Elias dans la LNH, toutes avec les Devils, mais il s'agit tout de même d'une des périodes les plus agréables.

« Notre plaisir et nos chiffres étaient irréels, a affirmé Elias. C'est dommage que nous n'ayons pas pu jouer ensemble pendant cinq ou dix ans. Qui sait ce que nous aurions pu accomplir? »

Avec Elias à l'aile gauche, Arnott au centre et Sykora à l'aile droite, la ligne a fait ses débuts contre les Maple Leafs de Toronto le 6 février 1999 et, jusqu'à la fin de la saison, ils ont récolté un total combiné de 95 points (38 buts, 57 assistances) en 32 matchs. Elias a amassé 27 points (neuf buts, 18 aides) ; Arnott, 32 (16 buts, 16 mentions d'aide) et Sykora, 36 (13 filets, 23 passes).

Lors de la saison 1999-2000, Elias a récolté 72 points (35 buts, 37 assistances), Arnott a amassé 56 points (22 filets, 34 passes) et Sykora a totalisé 68 points (25 buts, 43 aides) pour un total de 196 points. Les Devils, qui étaient reconnus pour leur jeu défensif, ont terminé au deuxième rang de la LNH avec 251 buts cette saison-là. Les Red Wings de Detroit en avaient marqué 278.

New Jersey a remporté la Coupe Stanley cette saison-là et c'est Elias qui a préparé le but vainqueur de la Coupe Stanley d'Arnott lors de la deuxième période de prolongation du match numéro six contre les Stars de Dallas.

En 2000-01, les Devils ont mené la LNH avec 295 buts et la « A-Line » a totalisé 232 points (96 buts, 136 assistances), incluant les 96 d'Elias (40 buts, 56 passes), un record chez les Devils. Cette année-là, Arnott avait récolté 55 points (21 buts, 34 aides) et Sykora en avait eu 81 (35 filets, 46 mentions d'aide).

Pour eux, ces chiffres étaient secondaires comparativement au plaisir qu'ils avaient à les accumuler ensemble.

« C'est comme si les statistiques personnelles étaient mises de côté, a raconté Sykora. Nous parlions toujours de comment nous pouvions marquer ensemble ou comment nous pouvions mieux jouer ensemble. Quand nous jouions comme nous le voulions, nous récoltions de bonnes statistiques. »

Les Devils ont atteint la Finale de la Coupe Stanley à nouveau en 2000-01, mais se sont inclinés face à l'Avalanche du Colorado en sept rencontres. Après avoir connu un lent début lors de la saison suivante, Elias, Arnott et Sykora ont été séparés pour mieux balancer l'attaque.

Les trois ont été réunis à quelques occasions par la suite avant que la séparation devienne permanente quand Arnott a été échangé aux Stars. Sykora a subi le même sort le 6 juillet 2002, lorsqu'il a été échangé aux Mighty Ducks d'Anaheim.

« Quand tu es un joueur, tu sais qu'il s'agit du côté business du sport et que les choses ne restent pas les mêmes pour toujours, a expliqué Arnott. J'aurais aimé rester et je suis certain que Petr également et je suis convaincu que Patty aurait adoré que nous restions. Mais à ce moment, c'est Lou qui dirigeait. Il faisait toujours des changements sans vraiment donner d'explications. »

Lou, bien sûr, c'est Lou Lamoriello, le directeur général des Devils à ce moment et l'actuel directeur général des Maple Leafs.

« Il y a toujours une raison pour laquelle certaines choses surviennent », a mentionné Lamoriello lorsqu'on lui a demandé pourquoi il avait séparé la « A-Line ». « Ce n'était rien de négatif. Ça fait partie du hockey. Ils ont connu du succès ensemble. »

Quelque chose d'intéressant s'est produit lorsque Arnott et Sykora ont plié bagage : Elias a continué à produire. Il a aidé les Devils à soulever la Coupe Stanley à nouveau en 2002-03 et a atteint la Finale en 2011-12.

Il a passé la majeure partie de son temps à l'aile gauche, mais il a également joué au centre et à l'aile droite à quelques reprises.

« Son sens du hockey était de niveau élite, a indiqué Lamoriello. Il connaissait le hockey et il pouvait créer des occasions que d'autres joueurs ne pouvaient pas. Il était un joueur complet. »

En 2003-04, Elias a été muté avec Scott Gomez et Brian Gionta sur la « EGG Line » et a amassé 81 points, 38 buts et 43 assistances. Après avoir contracté l'hépatite A en jouant en Russie durant le lock-out de 2004-05 et après avoir subi une opération pour une hernie sportive, Elias est revenu pour la deuxième moitié de la saison 2005-06 et c'est là qu'il a peut-être joué le meilleur hockey de sa carrière.

Il a cumulé 45 points (16 buts, 29 passes) en 38 matchs et 16 points (six filets, 10 aides) en neuf parties de séries éliminatoires.

Gomez et Gionta ont éventuellement dû partir, mais Elias a poursuivi son bon travail. Il a eu l'occasion de quitter les Devils à deux reprises en tant que joueur autonome sans compensation, dont une fois où les rivaux, les Rangers de New York, le convoitaient sérieusement, mais il a décidé de rester au New Jersey les deux fois.

Il a conclu sa carrière en 2015-16 en tant que meneur chez les Devils au chapitre des buts (408), des assistances (617), des points (1025), des buts en avantage numérique (113), des points en avantage numérique (333) et des buts gagnants (80). Il vient également au premier rang de l'histoire de l'équipe en séries éliminatoires au chapitre des buts (45), des passes (80), des points (125), des buts en supériorité numérique (21) et des points en attaque à cinq (52). Il est à égalité avec Stevens, Sykora, Claude Lemieux et Jamie Langenbrunner en vertu de ses six buts gagnants en séries.

Les chiffres d'Elias en saison régulière auraient certainement été plus élevés s'il n'avait pas joué pour une équipe aussi axée sur la défensive, mais il a acheté le système de jeu des Devils autant que n'importe quel autre joueur. Même s'il n'a jamais gagné le trophée Selke ou été finaliste pour celui-ci, son engagement à s'impliquer défensivement était égal à ses habiletés offensives.

Pour Elias, la récompense aura été d'avoir la chance d'être prétendant à la Coupe Stanley pendant presque toute sa carrière.

« Selon moi, il est l'un des meilleurs joueurs dans les deux sens de la patinoire avec qui j'ai eu la chance de jouer, a dit Arnott. Peut-être l'un des meilleurs de l'histoire. Il s'agit peut-être d'une grande déclaration, mais c'est un compliment pour tout ce qu'il a accompli au New Jersey. »

C'est de cette façon que Elias, maintenant âgé de 41 ans, a mérité l'honneur de devenir le premier attaquant à voir son numéro être retiré par les Devils. Ses succès avec la « A-Line » expliquent en partie pourquoi il reçoit cet honneur, mais il a réalisé tellement plus en tant que joueur.

« Il a toujours fait passer la victoire avant ses chiffres personnels », a dit Lamoriello, qui ratera la cérémonie honorant Elias en raison de ses responsabilités à Toronto à l'approche de la date limite des transactions dans la LNH, qui aura lieu lundi à 15 h. « J'ai toujours dit ceci : "Tu ne te souviens pas du nombre de buts ou de passes des joueurs durant les séries, mais tu te souviens de qui faisait partie des équipes gagnantes de la Coupe Stanley pendant des années." Il acceptait le fait qu'il devait délaisser le côté individuel pour connaître du succès, car c'est un sport d'équipe. »

Elias n'a aucun regret. Demandez-lui lequel de ses exploits le rend le plus fier et il vous répondra rapidement : « C'est facile. C'est d'avoir joué pour une seule équipe pendant toute ma carrière. »

« Je suis passé bien près de partir une fois, mais comme on dit, rien n'arrive pour rien. Je suis heureux lorsque j'y repense. C'est ainsi que les choses devaient se passer. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.