Skip to main content

Drouin a pris un « coup de vieux » en un an

Le jeune attaquant ne souhaiterait être nulle part ailleurs qu'à Tampa

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

MONTRÉAL - Jonathan Drouin soutient que le Lightning de Tampa Bay n'est plus la jeune équipe d'il y a deux ans, que tout le monde trouvait « adorable ».

« Nous sommes plus expérimentés et ça paraît », affirme Drouin du haut de ses 21 ans!

L'attaquant québécois ne manque pas de confiance en ses coéquipiers et en ses moyens. Il faut dire qu'il a lui-même pris un « coup de vieux » au cours de la dernière année. La partie de bras de fer qu'il a livrée à l'organisation, fort documentée, l'a fait grandir.

Tout ce qu'on doit savoir, c'est qu'un an plus tard Drouin ne souhaiterait être nulle part ailleurs qu'à Tampa.

« Je suis content qu'on ne m'ait pas échangé, admet-il. Personne ne veut partir. Le personnel d'encadrement est bon, les joueurs sont bons. L'atmosphère est excellente et nous voulons tous rester ensemble. »

La preuve a été faite par mille au cours des derniers mois que les joueurs du Lightning veulent demeurer ensemble. Les ténors de l'équipe Steven Stamkos, Victor Hedman et Nikita Kucherov ont accepté des ententes contractuelles favorables pour l'organisation.

La table est mise pour la réalisation de grandes choses.

« Nous voulons être meilleurs à chacune des saisons. La saison dernière, nous l'avons été même si nous ne nous sommes pas rendus aussi loin en séries éliminatoires que la saison précédente (NDLR : finale d'association comparativement à la Finale de la Coupe Stanley en 2015).

« Cette saison, c'est bien parti. »

C'est bien parti pour Drouin qui, avant l'affrontement au sommet face aux Canadiens au Centre Bell jeudi (19 h 30 (HE); RDS, SN360, SUN), montrait une fiche de deux buts et de trois passes en six matchs.

L'entraîneur Jon Cooper a relevé que Drouin, qui forme un trio avec Tyler Johnson et Ondrej Palat, se trouve « à un stade fort différent de sa carrière » par rapport à un an plus tôt.

« Un autre jeune, Brayden Point, injecte du sang neuf à la formation, a-t-il ajouté. J'aime beaucoup notre attaque. Il nous manque Ryan Callahan, notre guerrier. Mais chacun des trios apporte une contribution. Ce qui me frappe le plus jusqu'à maintenant, c'est le haut niveau de confiance qui existe entre chacun des joueurs.  

« C'est déjà ma quatrième année avec l'équipe, je sais depuis longtemps que les gars qui arrivent avec l'équipe ne veulent pas la quitter. C'est l'environnement qu'a créé le propriétaire Jeff Vinik. Tout le monde veut être à bord. Les gars se font confiance et ils veulent connaître du succès ensemble. »

Cooper et ses troupiers n'ont pas besoin qu'on leur fasse de dessin. Ils savent qu'on les voit déplacer des montagnes au cours des prochaines saisons.

« C'est une formidable occasion pour nous, reconnaît d'ailleurs Cooper. On me demande si je crois que la fenêtre d'opportunité est ouverte pour nous. J'estime qu'elle l'est à chacune des saisons. Nous avons acquis beaucoup d'expérience au cours des dernières années. Nous avons été confrontés à toutes sortes de situations. C'est maintenant le moment de passer à l'action.

« Nous avons une jeune équipe en âge, mais pas en maturité. Nous avons joué 43 matchs en séries éliminatoires au cours des deux dernières années. Nous devons utiliser ça à bon escient cette saison, ce que nous n'avons peut-être pas bien géré la saison dernière, après avoir atteint la Finale de la Coupe Stanley. »

Le Lightning devra en découdre avec plusieurs équipes de premier plan dans la section Atlantique et au sein de l'Association de l'Est. Cooper voit les Canadiens dans le portrait. Pour lui, la débâcle qu'ils ont connue en 2015-16 n'est qu'une erreur de parcours.

« On a fait du bon travail de remodelage. Je me demande si l'acquisition de Shea Weber fait qu'ils sont une équipe si différente », a-t-il répondu quand on lui a posé la question. « Weber et P.K. Subban exercent chacun une grande prestance, à leur façon. La différence, c'est Carey Price. Sa présence devant le filet est autant redoutée des adversaires que celle de Ben Bishop l'est pour nos rivaux. On peut faire un parallèle semblable entre les attaquants Max Pacioretty (Canadiens) et Steven Stamkos (Lightning). Les deux équipes ont beaucoup de potentiel. C'est pour ça qu'on les retrouve actuellement au sommet de l'association.

« Nous nous sommes manqués en séries éliminatoires la saison dernière, a résumé Cooper. Nous pourrions bien nous retrouver cette saison de la façon que ça se passe jusqu'à maintenant. »

Il existe une belle rivalité entre les équipes depuis que les Canadiens ont balayé le Lightning en séries en 2014. L'année suivante, le Lightning avait éliminé le Tricolore en six matchs.

En saison régulière, le Lightning a balayé les honneurs des quatre duels en 2014-15 tandis que les Canadiens lui ont infligé le même sort la saison dernière.

Alignement prévu du Lightning

Vladislav Namestnikov -- Steven Stamkos -- Nikita Kucherov
Ondrej Palat -- Tyler Johnson -- Jonathan Drouin
Alex Killorn -- Valtteri Filppula -- Brayden Point
Cédric Paquette -- Brian Boyle -- J.T. Brown

Victor Hedman -- Anton Stralman
Jason Garrison -- Andrej Sustr
Nikita Nesterov -- Braydon Coburn

Ben Bishop
Andrei Vasilevskiy

Rayé de l'alignement : Matt Taormina
Blessé : Ryan Callahan (hanche)

Alignement prévu des Canadiens

Max Pacioretty -- Alex Galchenyuk -- Brendan Gallagher
Artturi Lehkonen -- Tomas Plekanec -- Alexander Radulov
Paul Byron -- David Desharnais -- Andrew Shaw
Phillip Danault -- Torrey Mitchell -- Brian Flynn

Alexei Emelin -- Shea Weber
Andrei Markov -- Jeff Petry
Nathan Beaulieu -- Greg Pateryn

Carey Price
Al Montoya

Rayés de l'alignement : Mikhail Sergachev, Daniel Carr
Blessé : Zach Redmond (pied)

 

En voir plus