Skip to main content

Crosby marque le but gagnant dans la victoire de 4-3 des Penguins

LNH.com @NHL

OTTAWA (PC) - Peu efficace à l'image de ses coéquipiers, mercredi, Sidney Crosby a signé son premier coup d'éclat en séries de la coupe Stanley à son deuxième match, samedi, en obtenant le but gagnant dans la victoire des Penguins de Pittsburgh, 4-3, aux dépens des Sénateurs d'Ottawa.

Malmenés 6-3 dans la première rencontre, les Penguins ont donc atteint leur objectif qui était de revenir chez eux à égalité 1-1 dans la série quart de finale entre les deux équipes. Le troisième affrontement a lieu dès dimanche, à Pittsburgh.

Nettement plus détendus, les jeunes joueurs de l'entraîneur Michel Therrien ont tenu parole en livrant une performance plus énergique.

Le vétéran Gary Roberts a montré la voie, en multipliant les coups d'épaule en plus de marquer et d'amasser une passe.

Crosby, en plus d'une aide, a brillamment relevé le défi. Ryan Whitney et Jordan Staal ont également déjoué Ray Emery, qui a stoppé 17 lancers.

Le jeune gardien Marc-André Fleury s'est illustré dans la victoire, en effectuant 34 arrêts, mais aucun plus important que celui face à Mike Fisher à une quinzaine de secondes de la fin. Le brio de Fleury en séries devrait quelque peu dissiper les doutes à son endroit.

"J'ai réagi d'instinct et la rondelle a frappé ma jambière gauche, a-t-il commenté en parlant de l'arrêt contre Fisher. Il devait sans doute viser l'ouverture entre les jambières. C'est le genre d'arrêt qu'on veut faire en fin de match."

Fleury, qui s'est assuré qu'on récupère pour lui la rondelle de sa première victoire en séries à la fin de la rencontre, a reçu les louanges de Therrien.

"Marc-André a fait la différence, a-t-il dit. Il a réalisé des arrêts importants, c'est bon pour sa confiance. Il avait accordé six buts dans le premier match, mais on voyait qu'il était solide. Il arrive que les gardiens ne peuvent pas tout arrêter."

Jason Spezza et Daniel Alfredsson, en plus d'une passe chacun, ainsi que Chris Kelly ont réussi les buts des Sénateurs, qui ont de nouveau été incapables de signer deux gains d'affilée en lever de rideau d'une série (0-en-7).

Fougueux Penguins

Les Penguins ont été plus fougueux d'entrée de jeu, comme on s'y attendait. Ils ont eu le meilleur 19-11 dans la colonne des mises en échec au premier vingt. Roberts a été fort actif à ce chapitre.

Ils ont ouvert le score, à 3:01, au cours d'un jeu de puissance. La frappe du défenseur Whitney a bifurqué sur le patin droit du défenseur Chris Phillips. Emery n'y pouvait rien.

Les gardiens ont été peu occupés, mais Fleury a fermé la porte à Peter Schaefer, entre autres.

Haute vitesse

Les Sénateurs ont été des cibles plus difficiles à atteindre en deuxième période parce qu'ils ont mieux patiné. Leur rapidité a dérouté les Penguins qui ont écopé de plusieurs pénalités, en plus d'être bafoués 19-5 dans les tirs.

Spezza a créé l'égalité en situation de quatre contre quatre, à 8:28. De l'enclave, Spezza a soulevé le disque du revers dans la partie supérieure, au moment où on croyait que le jeu amorcé par Alfredsson tomberait à plat.

Les Sénateurs ont pris les devants pendant une attaque massive, à 16:03. Une action à haute vitesse que Alfredsson a commencée et terminée, en compagnie de Spezza et de Dany Heatley. Un bijou de but.

Poids plumes

Le troisième tiers s'est mis en branle de façon bizarre, pavant la voie aux moments les plus enlevants du match. Mike Comrie et Colby Armstrong, qui n'ont rien de poids lourds, ont laissé tomber les gants. Ça n'a pas été long, Comrie a renversé Armstrong sur la glace.

Les Penguins ont créé l'égalité deux fois grâce aux buts de Roberts, en avantage numérique à 2:04, et de Staal, à 9:34, avant de prendre les devants pour de bon, à 11:44.

Kelly avait fait 3-2, à 6:18, au terme d'une contre-attaque rapide lancée de sa zone par le défenseur Andrej Meszaros.

Crosby a finalement tranché. Positionné tout près du but à la gauche de Emery, le numéro 87 a concrétisé la superbe passe de Mark Recchi, fouettant la rondelle au vol.

En voir plus