Skip to main content

Comment une équipe peut passer du meilleur au pire? "Inexplicable", dit Carbo

LNH.com @NHL

MONTREAL - Il y a de ces phénomènes inexplicables, comme le triangle des Bermudes ou le monstre du Loch Ness. Au hockey, on n'a pas trouvé personne encore qui puisse expliquer comment une équipe peut passer du pire au meilleur, et au pire encore, en l'espace de de six jours! Chez le Canadien, en tout cas, le mystère perdure.

"C'est inexplicable, a tranché l'entraîneur Guy Carbonneau, vendredi. Si je le savais, vous comprenez bien que j'aurais fait quelque chose, jeudi. On continue de se gratter la tête", a-t-il renchéri, en parlant des performances en dents de scie de l'équipe.

Le défenseur Josh Gorges est également à court d'explications.

"Je ne sais pas quoi dire. Même qu'après le match de jeudi, je faisais remarquer à Chris (Higgins) que je n'y comprenais rien.

"Je me suis préparé exactement de la même façon contre les Bruins que je l'avais fait deux jours plus tôt face aux Sénateurs d'Ottawa (victoire de 4-0), a-t-il confié. Je n'ai absolument rien modifié à ma routine. Mardi, je me sentais super bien. Jeudi, je n'avais rien dans les jambes. Comment ça peut être possible? ??a arrive à tout le monde d'avoir de moins bonnes journées au travail. Jeudi, toute l'équipe a connu une mauvaise journée.

"Quand on constate que c'est le cas, on devrait simplifier notre style au lieu de s'entêter à jouer de finesse. C'est ce qu'on ne fait pas."

(...)

Le Canadien joue comme une équipe frustrée, selon Guy Carbonneau, une équipe qui n'accepte pas qu'on puisse la défier, comme le font la plupart de leurs rivaux cette saison. L'entraîneur a maintes fois souligné qu'on attend le Tricolore de pied ferme. C'est ce statut d'équipe de premier plan dans la LNH avec lequel on a de la difficulté à composer cette saison.

"Oui, nos meilleurs joueurs doivent être les meilleurs et ce serait facile pour moi de les blâmer, a mentionné Carbonneau. Mais je suis également à blâmer. C'est à moi de faire fonctionner les choses. Ma principale tâche consiste à répéter, continuellement répéter. Je vais continuer de le faire jusqu'à ce qu'on affiche de la constance dans notre jeu."

(...)

Le Canadien ne s'entraînera pas samedi matin. Guy Carbonneau a décidé de donner congé à tout le monde. Peut-être l'entraîneur veut-il soustraire les joueurs de l'attention médiatique. Ou trouve-t-on qu'il y a trop de distractions dans l'entourage de l'équipe. Coïncidence ou non, le jeune Carey Price n'a offert qu'une solide performance depuis qu'il a appris que son nom se retrouve sur les bulletins de vote du scrutin en vue du match des étoiles.

(...)

Dans l'entourage des Flyers, on parle de la mise sous contrat imminente du vétéran ailier Brendan Shanahan. La décision des dirigeants de soumettre au ballotage le nom du défenseur Lasse Kukkonen a ravivé les rumeurs. On veut dégager de l'argent de la masse salariale, dit-on. Kukkonen gagne un salaire de 875 000$ US.

L'entraîneur John Stevens a refusé de commenter, vendredi. L'ailier Scott Hartnell a dit qu'il accueillerait un vétéran de la trempe de Shanahan à bras ouverts.

(...)

Les Flyers, qui ont eu congé d'entraînement sur glace vendredi, montrent un dossier de 1-3-1 dans leurs cinq derniers matchs.

"Ce n'est pas qu'on joue du mauvais hockey. Il ne nous manque pas grand-chose, a affirmé Simon Gagné. Prenez le match de jeudi (défaite de 5-4 aux tirs de barrage à Pittsburgh), on a comblé un retard de 3-0 et on a même pris les devants. Mais les Penguins ont profité d'une erreur pour créer l'égalité. C'est ce qui arrive actuellement. On joue de bons matchs, mais on perd souvent en prolongation ou en fusillade. On traverse une séquence difficile, mais c'est préférable que ça se produise en début de saison qu'après les Fêtes."

(...)

Les Flyers montrent un piètre rendement de 8-20 depuis l'instauration des séances de tirs de barrage.

"On dirait qu'on trouve toujours une façon de perdre les séances, que ce soit par des score de 3-2 ou de 1-0, a commenté le capitaine Mike Richards. On a pourtant de bons marqueurs et un solide gardien en Martin Biron."

Jeudi, Richards a raté une occasion unique face à Danny Sabourin. Il avait sorti de son filet le gardien québécois à l'aide d'une belle feinte, mais Sabourin a eu le dernier mot en étirant le bâton dans un geste désespéré.

"Je m'en veux, j'ai fait un jeu stupide. Je pensais que je n'avais qu'à pousser la rondelle dans l'ouverture béante."

(...)

Le Canadien va rendre hommage aux olympiens québécois et, pour la première fois, aux paralympiens, avant le match de samedi.

Les médaillés Alexandre Despatie et Emilie Heymans (plongeon) ainsi que Karine Sergerie (taekwondo) compteront parmi les invités, comme les athlètes paralympiques Chantal Petitclerc, Diane Roy, Dean Bergeron et Benoît Huot.

En voir plus