Skip to main content

CMJ : L'indiscipline ne sera plus un problème, assure Ducharme

Le Canada a offert six avantages numériques aux États-Unis dans la défaite de 4-3 en tirs de barrage, vendredi

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

ORCHARD PARK - À entendre les commentaires de Dominique Ducharme après la défaite de 4-3 du Canada en tirs de barrage face aux États-Unis, vendredi, certains de ses troupiers seront beaucoup plus disciplinés à l'avenir.

Ils feraient mieux de l'être, du moins. Ou ils risquent de passer un mauvais quart d'heure.

Ce fut le cas de l'attaquant Maxime Comtois, qui a amplement eu le temps de s'imprégner de l'atmosphère qui régnait au New Era Field après avoir écopé une pénalité pour avoir donné de la bande en début de troisième période.

Après cette séquence qui s'est conclue par sa mise en échec sur le défenseur américain Ryan Lindgren, le Québécois a pu admirer tous les racoins du stade des Bills de Buffalo parce que ses patins n'ont pas foulé la surface glacée avant la poignée de main finale.

Il a joué 48 secondes en troisième période et 10:14 au total.

« Je ne crois pas que c'était une pénalité pour avoir donné de la bande, a plaidé Comtois. Nous étions en course vers la rondelle et je crois qu'il pensait que c'était un dégagement refusé parce qu'il a arrêté de jouer. Je ne pense pas que je l'ai frappé si fort, il a souri quand il s'est relevé.

« Ça fait partie du match. Je dois apprendre de ça, tourner la page et être prêt pour demain. »

C'est au cours du désavantage numérique subséquent que les États-Unis ont réduit l'écart à 3-2 et qu'ils ont en quelque sorte repris vie malgré les conditions météorologiques qui ne favorisaient visiblement pas une remontée.

C'était aussi leur deuxième but en six occasions en avantage numérique dans cette rencontre. Rien pour aider la cause de Comtois vis-à-vis Ducharme.

« Un peu? Beaucoup », a répliqué l'entraîneur lorsqu'un journaliste lui a demandé s'il pensait que son équipe pouvait apprendre de cette rencontre.

« Nous avions le contrôle du match. Nous leur avons redonné avec des mauvaises punitions. »

Clair, net et précis.

Si le message lancé par l'entraîneur au terme du premier match contre la Finlande n'a pas été entendu, on espère qu'il le sera cette fois. Les Canadiens avaient aussi été pénalisés à six reprises lors de cette rencontre.

Plus le tournoi avancera, moins la marge de manœuvre de l'équipe sera grande. Ducharme le sait et il veut que ses joueurs en prennent conscience.

Les Canadiens sont pour l'instant l'équipe la plus punie du tournoi après trois matchs avec 14 pénalités mineures. Vaut mieux, donc, prendre le taureau par les cornes maintenant avant qu'il ne soit trop tard.

Bonne posture

Malgré son indiscipline flagrante, le Canada est malgré tout en très bonne posture pour terminer au premier rang du groupe A. Une victoire contre le Danemark samedi lui permettrait d'affronter l'équipe qui occupera le quatrième échelon dans le groupe B en quarts de finale.

« Nous gagnons demain, nous terminons premiers et nous serons en bonne position pour participer à la ronde finale, a lancé Ducharme. Nous allons apprendre de ce match, apprendre à gagner à ce niveau, je peux vous le promettre. (Une défaite comme celle-là), c'est un bon moyen d'apprendre. Ça ne coûte pas grand-chose. »

Reste à savoir si l'indiscipline continuera à venir hanter les Canadiens.

« Ce ne sera plus un problème. Ce ne le sera plus. Je peux vous le garantir, c'est certain », a tranché le pilote.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.