Skip to main content

Cinq clés : Penguins vs Sénateurs, match no 6

Ottawa n'aura pas encore Alexandre Burrows et Mark Borowiecki

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

OTTAWA - Les Sénateurs d'Ottawa ont envoyé dans la mêlée le joueur de centre recrue Colin White dans l'espoir de tenter d'étirer au maximum la finale de l'Association de l'Est contre les Penguins de Pittsburgh, mardi (20h HE; TVA Sports, CBC, NBCSN).

White, âgé de 20 ans, n'a disputé que deux rencontres dans la LNH en saison régulière. Il a été le premier choix des Sénateurs (21e au total) en 2015.

White a joint les rangs des Sénateurs au début d'avril après avoir complété deux saisons dans les rangs universitaires américains (Boston College). Il a fait ses débuts dans la LNH le 3 avril.

Il a pivoté un trio en compagnie de Ryan Dzingel et de Viktor Stalberg.

L'attaquant Alexandre Burrows et le défenseur Mark Borowiecki sont demeurés sur la touche.

Les trois joueurs qui n'ont pas complété la cinquième rencontre - les défenseurs Erik Karlsson et Codi Ceci ainsi que l'attaquant Derick Brassard - ont été de la partie.

 

 

White avait pris part à la période de réchauffement avant le match no 5, mais Boucher avait préféré faire appel à 11 attaquants et à sept défenseurs.

« L'idée nous trotte dans la tête depuis un moment, a expliqué Boucher, mardi matin. Nous avons voulu faire confiance à des joueurs plus expérimentés, qui ont été avec nous pendant toute la saison. Au cours des derniers matchs, en raison de la situation de nos joueurs de centre, nous envisagions davantage la possibilité. Il est très rapide, il possède un bon sens du jeu, il fonce vers le but et il est fiable en défense. S'il n'était pas aussi bon, nous ne considérerions pas de le faire jouer. »

Chez les Penguins, qui tenteront d'obtenir leur laissez-passer pour la Finale de la Coupe Stanley pour la deuxième année de suite, l'entraîneur Mike Sullivan a confirmé qu'aucun des quatre joueurs blessés n'effectuera un retour au jeu. Patric Hornqvist, Chad Ruhwedel et Tom Kuhnhackl sont mêmes demeurés à Pittsburgh. Le défenseur Justin Schultz a accompagné l'équipe à Ottawa, mais il ne jouera pas.

Sullivan a misé sur le même groupe de joueurs qui a bafoué les Sénateurs 7-0, dimanche.

Les Sénateurs pourront-ils se relever de la « bouette » dans laquelle ils sont enfoncés, afin d'utiliser l'expression de l'entraîneur Boucher.

 

Voici les 5 clés du match no 6 :

1. Le tout pour le tout

Plus que jamais, les Sénateurs doivent y aller « all in » (le tout pour le tout) en échec-avant. Ils n'ont plus rien à perdre. Ils ont passé beaucoup trop de temps dans leur zone au cours des deux derniers matchs. Ils doivent renverser la tendance en étant nettement plus proactif à l'attaque.

« Nous devrons tricher quelque peu », a même admis le défenseur Erik Karlsson.

2. Les unités spéciales

C'est crucial pour les Sénateurs. Non seulement ils n'ont pas fait mouche en supériorité numérique dans leurs 29 dernières occasions (0-en-15 en finale de l'Est), ils ont cédé cinq buts aux Penguins au cours de leurs 10 dernières missions en infériorité.

Pas besoin d'élaborer davantage.

3. Restreindre l'espace

Guy Boucher trouve que ses troupiers ont accordé beaucoup trop d'espace aux Penguins dans les deux derniers matchs, qu'ils ont perdus.

« Ce n'est pas que nous n'avons pas la rondelle. Nous l'avons souvent, mais nous leur avons remis beaucoup trop souvent. Nous avons péché de beaucoup trop de revirements. Contre une équipe de la trempe des Penguins qui se nourrit des erreurs de ses rivaux, ça ne pardonne pas. Nous devons être meilleurs dans notre gestion de la rondelle. »

4. L'instinct du tueur

Les Penguins ne veulent pas avoir à disputer un septième match dans une deuxième série d'affilée. Ils ont vu les Capitals de Washington effacer un recul de 3-1 dans la série de deuxième tour, avant de remporter le septième match.

Les champions en titre de la Coupe Stanley sont habituellement animés de l'instinct du tueur. Le capitaine Sidney Crosby verra sûrement à ce que ce soit le cas.

« Nous affrontons de bonnes équipes. Nous devons contrôler les aspects que nous pouvons. Le premier est d'être prêt. »

5. Erik Karlsson

Le défenseur étoile des Sénateurs n'est pas « Superman », comme l'a dit Boucher, mais il devra l'être mardi soir. Karlsson n'est pas au sommet de son art comme il l'a été au cours de la série de deuxième tour contre les Rangers de New York. Même s'il jure le contraire, il paraît être davantage affecté par la blessure au talon gauche qui l'incommode depuis le début des séries éliminatoires.

Alignement prévu des Penguins

Chris Kunitz - Sidney Crosby - Jake Guentzel

Scott Wilson - Evgeni Malkin - Phil Kessel

Bryan Rust - Nick Bonino - Carter Rowney

Carl Hagelin - Matt Cullen - Josh Archibald

Brian Dumoulin - Ron Hainsey

Olli Maatta - Trevor Daley

Mark Streit - Ian Cole

Matt Murray

Marc-André Fleury

Blessés: Justin Schultz (haut du corps), Patric Hornqvist (haut du corps), Chad Ruhwedel (commotion), Tom Kuhnhackl (bas du corps).

Retranché: Conor Sheary

Alignement prévu des Sénateurs
Zack Smith -- Jean-Gabriel Pageau -- Mark Stone
Viktor Stalberg -- Kyle Turris -- Mike Hoffman
Clarke MacArthur -- Derick Brassard -- Bobby Ryan
Ryan Dzingel - Colin White -- Tom Pyatt
Marc Methot -- Erik Karlsson
Dion Phaneuf -- Cody Ceci
Fredrik Claesson -- Chris Wideman
Craig Anderson
Mike Condon
Retranchés: Chris Kelly, Chris Neil, Jyrki Jokipakka, Christopher DiDomenico, Ben Harpur, Chris Driedger
Blessés: Mark Borowiecki (bas du corps), Alexandre Burrows (jambe)

 

En voir plus