Skip to main content

Carey Price serait surpris de gagner le trophée Vézina

Le gardien des Canadiens se voit à Las Vegas dans la peau d'un spectateur cette année

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

LAS VEGAS - Carey Price se la coule douce depuis la conclusion de la saison des Canadiens de Montréal, le 22 avril. Le gardien vedette a dit avoir complètement décroché du hockey, n'ayant même pas suivi les péripéties de son ancien coéquipier P.K. Subban en Finale de la Coupe Stanley. Il a interrompu ses vacances afin d'assister à la remise des trophées dans la LNH, mercredi. Il ne fonde pas de grands espoirs de repartir avec le trophée Vézina, pour lequel il est un des trois finalistes.

« Je me vois davantage dans la peau d'un spectateur cette année. Je vais apprécier le spectacle », a affirmé Price, mardi, à l'occasion de la journée des entrevues des finalistes pour chacun des trophées.

La dernière fois qu'il s'était présenté à Las Vegas, il y a deux ans, Price avait volé la vedette en signant un impressionnant tour du chapeau de trophées : Hart (joueur par excellence), Vézina (meilleur gardien) et Ted Lindsay (joueur le plus formidable élu par les joueurs).

Cette année, il fait la lutte à Braden Holtby des Capitals de Washington et à Sergei Bobrovsky des Blue Jackets de Colombus pour le titre de gardien par excellence.

Détendu et de fort bonne humeur en présence des journalistes, Price a abordé plusieurs sujets comme le renouvellement de son contrat, l'arrivée de Jonathan Drouin chez le Tricolore ainsi que le départ du défenseur Nathan Beaulieu.

« Nous faisons plusieurs bons coups jusqu'à maintenant », a-t-il réagi en lien avec l'acquisition du jeune Drouin du Lightning de Tampa Bay qui a été obtenu en retour du défenseur Mikhail Sergachev. « C'est (Drouin) un joueur très talentueux. J'ai hâte de voir comment il va s'imbriquer dans notre groupe sur la glace. Ça me redonne le goût de commencer la prochaine saison tout de suite. »

Pour ce qui est du départ de Beaulieu, que le CH a échangé aux Sabres de Buffalo en retour d'un choix de troisième tour cette année, Price s'est dit attristé de voir partir un ami.

« C'est difficile de voir un coéquipier partir. J'ai échangé quelques messages-textes avec lui. Je lui ai souhaité la meilleure des chances. Il était déçu de quitter, mais emballé à l'idée d'obtenir une chance ailleurs. Il a du talent. C'est une excellente occasion pour lui. »

Price a dit ne pas s'en faire avec les négociations contractuelles à venir entre les Canadiens et son conseiller. Il lui reste une année de contrat à écouler, mais les deux parties peuvent conclure une nouvelle entente à compter du 1er juillet.

« C'est une grosse affaire sur le plan financier. C'est un processus, peut-être que ça ne se réglera pas dès le 1er juillet. »

Quand on lui a demandé s'il serait disposé à diminuer ses exigences salariales afin d'accorder une plus grande marge de manœuvre à l'équipe sur la masse salariale, il a simplement répondu : « Plusieurs équipes trouvent le moyen d'accorder de bons salaires à leurs meilleurs joueurs ». 

Pour revenir à la Finale de la Coupe Stanley, Price a dit avoir visionné tout au plus une dizaine de minutes des six matchs de la série entre les Penguins de Pittsburgh et les Predators de Nashville.

« Je trouve trop dur de voir à l'oeuvre d'autres joueurs faire ce que moi je veux réellement faire », a-t-il expliqué.

« C'est la raison pour laquelle je ne regarde plus le hockey dès que je range les jambières. Je n'ai pas du tout suivi les séries éliminatoires. C'est à peine si j'ai regardé 10 minutes de la Finale. »

Comme tout le monde, Price suit avec intérêt les tractations entourant le repêchage d'expansion des Golden Knights de Vegas. Il a dit s'intéresser particulièrement au statut du gardien Marc-André Fleury des Penguins.

« Il y a plusieurs excellents joueurs de disponibles. Je suis heureux de ne pas être un directeur général. Si j'étais toutefois George McPhee, mon premier choix serait un gardien. Le nom de 'Flower' figurerait au sommet de ma liste. »

Questionné au sujet des rumeurs impliquant le vétéran Tomas Plekanec et le jeune Alex Galchenyuk, Price a répondu que ce n'est rien de nouveau quand on porte les couleurs du CH.

« Ça (les rumeurs) fait partie du métier de hockeyeur à Montréal. Tout le monde s'improvise directeur général. Les gars comprennent ça », a-t-il élaboré en disant ne pas avoir eu de discussions avec les joueurs laissés sans protection par l'équipe.

Price a indiqué ne pas avoir rechaussé les patins depuis l'élimination des Canadiens en six matchs contre les Rangers de New York. Il ne prévoit pas le faire avant le début du mois d'août.

En voir plus