Skip to main content

Aperçu de la série Predators-Sharks

Nashville devra remettre le compteur à zéro rapidement contre des joueurs de San Jose bien reposés

par Shawn P. Roarke et Robby Stanley / LNH.com

Jamais auparavant les Predators de Nashville n'avaient-ils disputé un septième match en séries éliminatoires de la Coupe Stanley, mais ils ont pu cocher cette case sur leur liste de choses à faire, mercredi. Ça, et remporter un septième match aussi.

Les Predators ont mérité le droit d'affronter les Sharks de San Jose au deuxième tour éliminatoire dans l'Association de l'Ouest grâce à leur victoire de 2-1 acquise aux dépens des Ducks d'Anaheim, mercredi au Honda Center.

Nashville espère maintenant cocher un autre article sur sa liste d'exploits à accomplir. Les Predators et les Sharks se sont affrontés deux fois jusqu'ici en séries. San Jose l'a emporté 4-1 à chaque fois en quarts de finale de l'Association de l'Ouest, en 2005 et 2006.

L'attaquant Colin Wilson et le défenseur Shea Weber ont été les meilleurs pointeurs de Nashville au premier tour cette année, marquant chacun deux buts et amassant cinq points contre Anaheim, qui détenait l'avance 3-2 dans la série à un certain moment. Le défenseur Roman Josi ainsi que les attaquants Filip Forsberg, James Neal et Ryan Johansen ont récolté trois points chacun. Le gardien Pekka Rinne a disputé tous les matchs de la série et il a accordé deux buts en 64 tirs lors des deux dernières rencontres, alors qu'il a notamment affronté 37 tirs dans le septième affrontement.

Les Sharks ont atteint le deuxième tour en défaisant les Kings de Los Angeles en cinq rencontres, la semaine dernière, dans leur série du premier tour dans l'Association de l'Ouest.

Le défenseur Brent Burns a été le chef de file chez les Sharks avec une récolte de huit points (deux buts, six aides). Le joueur de centre Joe Pavelski a inscrit cinq buts et une aide, tandis que le joueur de centre Logan Couture y est allé d'une production d'un but et cinq aides. Le gardien Martin Jones a pris part à chacune des minutes de jeu de la série, affichant un dossier de 4-1-0 avec une moyenne de buts alloués par match de 2,18 et un pourcentage d'arrêts de ,912.

Les Predators ont remporté deux des trois affrontements contre les Sharks en saison régulière, deux des rencontres se décidant par une marge d'un but. L'attaquant Calle Jarnkrok a marqué trois buts et Weber a enregistré deux filets et une aide.

Rinne a présenté une fiche de 2-0-0, cédant trois buts en deux départs. Le réserviste Carter Hutton a réalisé 38 arrêts, mais il a essuyé la défaite dans un revers de 3-2 en fusillade subi le 2 avril.

Joe Thornton a amassé quatre points (un but, trois aides) et Tomas Hertl a inscrit deux buts. Jones a montré un dossier de 0-2-0, accordant sept buts en deux rencontres pour une moyenne de 3,27 et un pourcentage d'arrêts de ,868.

Les Predators tenteront d'atteindre la finale de l'Association de l'Ouest pour la première fois de leur histoire. La dernière présence des Sharks en finale d'association remonte à 2011 ; ils avaient alors été éliminés en cinq matchs par les Canucks de Vancouver.

ATTAQUANTS

Sharks: Le premier trio de San Jose a été l'élément clé qui a permis aux Sharks d'éliminer les Kings de Los Angeles en première ronde.

L'ailier droit Joe Pavelski a inscrit cinq buts en autant de parties. Le centre Joe Thornton a récolté un but et deux aides et il a constamment mystifié la défense des Kings avec ses passes. L'ailier gauche Tomas Hertl a amassé un but et une aide.

Le premier trio des Sharks a compté sept des 16 buts de l'équipe pendant la série.

La profondeur du groupe d'attaquants de San Jose a été remise en question au début du premier tour, mais c'est ce qui a permis à cette formation de remporter sa victoire décisive.

L'ailier droit recrue Joonas Donskoi a inscrit deux buts, dont le filet gagnant, dans le cinquième match. Le centre Chris Tierney et l'ailier gauche Matt Nieto ont aussi touché la cible lors de cette rencontre.

Le centre du deuxième trio Logan Couture a offert de bonnes performances vers la fin de la série et il a récolté six points. Son ailier droit Joel Ward a amassé quatre aides et il a fait sentir sa présence le long des bandes ainsi que dans le cercle des mises en jeu.

L'attaquant Melker Karlsson s'est aussi fait remarquer à l'échelle nationale avec de belles prestations en première ronde. Il a compté un but et il a été l'un des joueurs des Sharks les plus tenaces en échec avant, ce qui a souvent déstabilisé la défensive des Kings.

L'entraîneur Peter DeBoer a constamment utilisé ses quatre trios, ce qui a permis à ses gros canons de conserver assez d'énergie pour les fins de match.

Les Sharks ont utilisé les mêmes douze attaquants à chacun des affrontements et ils ont tous obtenu au moins 11 minutes de temps de jeu par partie, sauf Tommy Wingels. Ce dernier a pris le deuxième rang chez les attaquants avec 11 tirs et il a joué en moyenne 9:49 par match.

Predators: Wilson s'est avéré une agréable surprise pour Nashville au premier tour. Après avoir déçu en saison régulière - il a alors été limité à six buts et 24 points -, Wilson a accéléré le rythme face aux Ducks en y allant d'une production de deux buts et cinq points.

« Nous avons discuté et évoqué le fait que c'était un nouveau départ pour lui, a indiqué l'entraîneur des Predators Peter Laviolette. À chaque fois que la saison régulière se termine et que tu commences les séries, c'est un nouveau début. Tu dois être capable de t'imposer. Si vous vous souvenez, j'avais dit en fin de saison qu'il jouais bien à ce moment-là. Son trio [Mike Fisher, Wilson et Viktor Arvidsson] a alors commencé à afficher une belle chimie, et c'est devenu une unité sur laquelle nous pouvons compter, qui a commencé à produire des points.

« Mais même si ça ne s'était pas traduit par une telle production en séries, ils obtenaient des occasions de marquer, ils passaient beaucoup de temps en zone adverse et ils trouvaient les ouvertures. Depuis le début des séries, ils ont contribué. [Wilson] a contribué, ce qui est excellent. Il a connu toute une série. »

Laviolette a apporté un changement lors du sixième match alors qu'il a placé Forsberg au sein de son premier trio en compagnie de Johansen et Neal ; il pourrait garder cette unité intacte au début du deuxième tour. Forsberg a toutefois passé la majorité de la deuxième moitié de la saison régulière, ainsi que le début des présentes séries au sein du deuxième trio avec Mike Ribeiro et Craig Smith.

Le joueur de centre du quatrième trio, Paul Gaustad, a apporté un élément de robustesse au premier tour et il tentera de poursuivre dans la même veine contre San Jose. Gaustad a également été efficace par le passé dans le cercle des mises en jeu ; il a remporté 55,4 pour cent de ses mises en jeu face aux Ducks et il a affiché un taux de succès de 54,1 pour cent en zone défensive.

DÉFENSEURS

Sharks: Brent Burns a inscrit deux buts et huit points, dont trois en avantage numérique. Il a obtenu en moyenne 23:58 de temps de glace par partie, un sommet chez les arrières de San Jose. Il a été aussi bon, sinon meilleur, que Drew Doughty, le meilleur défenseur des Kings, lors de la première ronde.

Burns est menaçant de plusieurs façons différentes. Son habileté avec la rondelle en zone offensive stimule l'attaque des Sharks et sa capacité à faire de bonnes sorties de zone en défense lui permet de neutraliser l'échec avant adverse.

Marc-Edouard Vlasic a effectué un retour au jeu lors du premier match contre les Kings après s'être remis d'une blessure. Il a joué en moyenne 23:12 par partie et il a mené les siens avec 18 lancers bloqués.

Paul Martin était au sommet de sa forme aux côtés de Burns lors du premier tour. Son rendement défensif permet à Burns de soutenir l'attaque quand bon lui semble, ce qui rend les Sharks encore plus menaçants à l'attaque.

Predators: À la fin du calendrier régulier, Nashville était à égalité au premier rang dans la LNH au chapitre des points récoltés par ses défenseurs, et cette belle production s'est poursuivie au premier tour éliminatoire.

Weber (cinq points) et Mattias Ekholm ont complété la série contre les Ducks avec deux buts chacun, tandis que Josi a amassé trois aides. L'apport offensif des défenseurs continuera d'être un élément-clé du plan de match face aux Sharks.

Les Predators ont concédé deux buts sur l'ensemble des deux derniers matchs du premier tour, à l'occasion de deux rencontres où ils étaient en danger de se faire éliminer. Barret Jackman et Anthony Bitetto ont composé le troisième duo d'arrières de l'équipe, mais les Sharks doivent surtout s'attendre à voir Weber, Josi, Ekholm et Ryan Ellis sur la glace au deuxième tour.

Josi a eu droit à 27:16 de temps de glace par match en moyenne et à 33,6 présences sur la patinoire par rencontre. La durée moyenne de ses présences s'élevait à 48 secondes, ce qui signifie que les Predators vont se fier à son endurance afin qu'il freine les attaquants les plus dangereux des Sharks.

GARDIENS

Sharks: Il subsistait plusieurs interrogations à propos de Martin Jones à l'aube de la première ronde des séries. Jones, acquis lors d'une transaction en juin 2015, n'avait jamais obtenu de départ en séries éliminatoires de la Coupe Stanley et il a été jeté dans la fosse aux lions contre son ancienne équipe.

Il a répondu en offrant des performances efficaces et il n'a jamais semblé perturbé par le stress inhérent à une série où les quatre premiers duels se sont soldés par la marge d'un but.

Jones a accordé deux buts ou moins à la redoutable attaque des Kings dans trois des cinq rencontres.

Avant le début des séries, plusieurs croyaient que le gardien auxiliaire James Reimer aurait l'occasion de se faire valoir devant la cage des Sharks. Après la première ronde, ce groupe est de moins en moins nombreux.

Predators: Rinne a affiché des statistiques moyennes au cours des cinq premières rencontres du premier tour, mais il est revenu à la charge avec des performances étincelantes à l'occasion des deux derniers matchs de la série. Rinne a réalisé 36 arrêts dans le septième match, ne cédant alors qu'un but, pendant un jeu de puissance des Ducks.

« Au fil des ans, il a réussi pas mal d'arrêts acrobatiques et très importants, a noté Weber. Il a tout simplement été très solide. Il a fait les arrêts qu'il devait faire, il a évité de se mettre dans le pétrin et, évidemment, il est un de ceux qui a le plus contribué à notre victoire. »

Rinne a complété la série avec une moyenne de buts alloués par match de 2,45 et un pourcentage d'arrêts de ,915. Les Predators auront besoin qu'il affiche face aux Sharks le même niveau de jeu qu'il avait lors des matchs no 6 et no 7 de la série contre les Ducks.

San Jose a marqué 16 buts en cinq matchs au premier tour. Rinne devra afficher plus de constance sur l'ensemble de la série contre les Sharks qu'il ne l'a fait au premier tour.

ENTRAÎNEURS

Sharks: DeBoer a constitué une présence rassurante en première ronde derrière le banc d'une équipe qui a éprouvé des difficultés en séries au cours des dernières années. Il n'a jamais permis à ses joueurs de se laisser trop emporter ou de se laisser abattre. Par conséquent, ils ont su mieux gérer la pression des séries éliminatoires.

À mi-chemin de la série, il a reproché à son quatrième trio de prendre trop de punitions et de ne pas contribuer suffisamment à l'effort collectif. Ce trio a réagi en offrant ses meilleures performances lors des deux dernières parties du premier tour.

DeBoer a permis à une équipe aguerrie de trouver son équilibre mental et il a accordé beaucoup de repos à ses joueurs en dehors de la patinoire afin qu'ils soient prêts à se rendre loin en séries.

Predators: Peter Laviolette a été confronté à plusieurs défis au premier tour, surtout quand il a perdu les services d'un attaquant en raison d'une blessure dans deux matchs différents et a ainsi été forcé de remanier ses trios.

Laviolette a une fiche en carrière de 5-1 en situation de septième match. Il sait comment soutirer le maximum de ses troupes quand il en a le plus besoin.

Laviolette a apporté des changements à son alignement tout au long de la série et il a notamment muté Forsberg au sein du premier trio en compagnie de Johansen et Neal. Le calme qu'il a affiché quand son équipe s'est retrouvée en retard 3-2 dans la série a par ailleurs eu un effet bénéfique chez ses joueurs, qui n'avaient pas beaucoup de vécu en matière de matchs éliminatoires.

UNITÉS SPÉCIALES

Sharks: Le jeu de puissance de San Jose a été redoutable en première ronde. Les Sharks ont compté cinq buts en avantage numérique et ils en ont marqué un autre une seconde après la fin d'une punition aux Kings. C'est le facteur qui a fait la différence dans une série âprement disputée à forces égales.

Pavelski, Burns, Couture et Marleau ont tous récolté trois points en supériorité numérique contre Los Angeles.

La cohésion qui règne au sein d'un groupe de joueurs qui évoluent sur le jeu de puissance depuis plusieurs saisons en fait une unité dangereuse. Les Sharks ont pris le troisième rang de la ligue en saison régulière avec un taux d'efficacité de 22,5 pour cent en avantage numérique.

Par contre, ils n'ont pas aussi bien fait en infériorité numérique, où ils n'ont présenté qu'un taux de réussite de 78,6 pour cent contre les Kings.

Predators: Nashville a peiné en avantage numérique au premier tour, marquant seulement un but en 26 occasions.

Le jeu de puissance des Predators devra mieux faire au deuxième tour et Weber, qui a un tir foudroyant, devra jouer un rôle important à cet effet. Il a marqué le seul but en avantage numérique des Predators au premier tour, lors du deuxième match de la série, et son tir frappé constitue une des armes offensives les plus menaçantes dans la LNH.

Les Predators ont été efficaces en désavantage numérique, écoulant avec succès 21 pénalités sur un total de 25. Ils auront un défi important à relever face aux Sharks, qui ont inscrit cinq buts en 21 occasions en avantage numérique durant le premier tour.

JOUEURS D'IMPACT

Sharks

Patrick Marleau - L'attaquant de deuxième trio a été efficace en avantage numérique, mais il n'a obtenu qu'un point à forces égales lors du premier tour. S'il retrouve sa touche offensive, il pourrait relancer le deuxième trio et les Sharks seraient encore plus dangereux puisqu'ils n'auraient plus à se fier uniquement à l'unité de Thornton pour générer de l'attaque. Marleau compte 107 points en 152 parties des séries éliminatoires de la Coupe Stanley en carrière.

Predators

Craig Smith - Nashville a affiché un dossier de 4-0 au premier tour quand Smith disputait le match au complet, et de 0-3 quand l'attaquant n'a pas été en mesure de le faire. Smith a inscrit un but et une aide, mais il a dû composer avec une blessure au bas du corps qu'il a subie durant la troisième rencontre de la série. La vitesse de Smith lui donne un atout que les autres attaquants des Predators n'ont pas et il représente un élément-clé pour l'équipe en ce qui a trait aux sources de production secondaires. Smith se retrouve habituellement au sein du deuxième trio de l'équipe avec Ribeiro, un joueur qui cherche davantage à faire des passes qu'à tirer. Il a décoché deux tirs par match en moyenne au premier tour. Si Smith est capable de se remettre complètement de sa blessure et de retrouver sa vitesse sur la glace, il pourrait s'avérer un élément dangereux au sein de l'attaque de Nashville.

Les Sharks vont l'emporter si: Leur attaque devient plus équilibrée. Tous les adversaires de San Jose cherchent à neutraliser le trio de Thornton. Les Sharks doivent le faire payer aux équipes qui ne se concentreraient que sur ce point. Le cinquième match contre les Kings en a été un bel exemple : les joueurs des troisième et quatrième trios des Sharks ont contribué à l'attaque pour briser l'égalité en troisième période. La profondeur à l'avant de San Jose pourrait être l'élément décisif de cette série.

Les Predators vont l'emporter si: Ils continuent d'être solides à cinq contre cinq et réussissent à marquer plus souvent en avantage numérique. Les Predators étaient à leur meilleur face aux Ducks quand ils jouaient à armes égales et mettaient l'accent sur l'échec-avant. Leur style de jeu s'avère particulièrement efficace quand ils prennent l'avance au score, parce qu'ils peuvent alors fermer le jeu en défensive et forcer l'adversaire à se contenter de tirs venant de la périphérie. Quand les Predators profiteront d'opportunités en avantage numérique, ils devront afficher un taux d'efficacité plus élevé. Le désavantage numérique des Sharks ne montre pas d'aussi belles statistiques que celui présenté par les Ducks au premier tour, ce qui signifie que le jeu de puissance de Nashville pourrait en profiter pour connaître plus de succès.

En voir plus