Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Une place à prendre

par Staff Writer / Montréal Canadiens

BROSSARD -- Ne rien prendre pour acquis et se concentrer sur le présent : c’est ce qui est ressorti des discours de Jarred Tinordi, Nathan Beaulieu et Greg Pateryn, au terme de la première journée du camp d’entraînement. Ces trois jeunes défenseurs feront partie des nombreux espoirs qui se disputeront une des rares places disponibles sur la formation partante des Canadiens au cours des prochains jours.

Même si les trois n’ont pas la même expérience dans la LNH, aucun ne croit avoir d’avance sur les autres. Même Beaulieu, qui a eu la chance de jouer en séries éliminatoires contre les Rangers l’an dernier. « Je ne vais pas regarder ça comme un avantage », a expliqué le jeune défenseur de 21 ans. «C’est une nouvelle année, il y a des nouveaux joueurs et d’autres sont partis. Je sais que je suis prêt, mais je sais que c’est facile à dire, donc je dois encore le prouver. »

Par rapport à son expérience en séries au printemps dernier, Beaulieu affirme que c’est quelque chose qui ne s’enseigne pas et dont il a appris énormément. « Je suis vraiment heureux de la façon dont les choses se sont déroulées en séries», a poursuivi Beaulieu qui a joué sept matchs en séries avec le Tricolore. «Ça n’a pas été facile de se retrouver dans cette situation, mais j’ai beaucoup appris et j’en ai tiré beaucoup de positif. Je dois bâtir à partir de cela. »

Tinordi, de son côté, entend démontrer à la direction qu’il a travaillé fort au cours de la saison morte et qu’il est prêt à faire le saut dans la grande ligue pour de bon. « Mon approche pour le camp d’entraînement a toujours été la même. Je veux arriver ici dans la meilleure forme possible, montrer à la direction les choses sur lesquelles j’ai travaillées cet été et apprendre le plus possible en même temps. »

En ce qui concerne les attentes envers lui, il dit ne pas vraiment en tenir compte. « Je ne porte pas vraiment attention aux attentes qu’ont les autres envers moi », a pour sa part lancé Tinordi, lors de la première journée du camp d’entraînement officiel. « J’ai des attentes très élevées envers moi-même. Elles sont les mêmes que l’an dernier. Je veux faire l’équipe à la fin du camp d’entraînement. Je veux montrer que je suis prêt à jouer dans cette ligue. C’est mon objectif. »

Quant à Pateryn, même s’il n’a pas eu sa chance l’an dernier dans la LNH, il croit que son expérience à Hamilton fut très profitable malgré tout. « Tu peux voir ça comme une déception, mais aussi comme une expérience d’apprentissage », a expliqué Pateryn qui n’a que trois matchs d’expérience dans la LNH. «Je crois que ce fût une bonne chose pour moi de jouer une année complète à Hamilton. C’était la première fois que je disputais une saison de plus de 40 matchs. La saison que j’ai eue l’an dernier m’a vraiment donné confiance. Tu vois vraiment ce que ça prend pour jouer à un haut niveau tous les jours. »

Les trois jeunes défenseurs sont conscients que la compétition entre eux sera très forte, et que tous ne seront probablement pas satisfaits de leur sort à l’issue du camp d’entraînement. Mais ils entendent se concentrer sur leur propre jeu, plutôt que sur celui de leurs coéquipiers.

«Il y a toujours de la compétition au camp d’entraînement, mais je ne me concentre pas trop là-dessus, a répondu Tinordi lorsque questionné à ce propos. «Je crois que les gars se sont présentés en grande forme, comme d’habitude. La seule chose que je peux vraiment contrôler, c’est qu’est-ce que je fais sur la glace, c’est la seule chose dont je me préoccupe. »

Pour Beaulieu, le camp représente une bataille à gagner, même si cela signifie de laisser de côté l’amitié pendant quelques temps. «Tinner et moi sommes vraiment proches depuis longtemps, a souligné celui qui a affronté Tinordi à la coupe Memorial en 2012. «Il vous dira la même chose. Mais il y a un poste de disponible et nous le voulons tous les deux. Parfois, vous devez mettre l’amitié de côté et aller à la guerre. »

« Nous apportons tous quelque chose de différent, mais nous avons également les mêmes forces », a ajouté celui qui a décidé de passer du numéro 40 au numéro 28 pour la saison 2014-2015. «Nous sommes jeunes. Nous avons faim, mais ce sera au bout du compte à qui le veut le plus. Je ne dis pas que ce sera facile. Je suis proche des deux gars, mais nous nous battons pour un poste. Je veux jouer dans la LNH, et je veux prouver que s’il y a un poste de libre, je le veux. »

Pateryn, lui, compte simplement profiter de la chance qui lui est offerte pour démontrer qu’il est capable de jouer à un niveau supérieur.

« Je veux simplement montrer que je suis confortable avec le fait de jouer avec ces gars-là et que je peux patiner, tirer et me battre avec eux. J’en suis à un point dans ma carrière où je ne m’en fait plus avec ça.»

Vincent Régis écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Échos de vestiaire

En voir plus