Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Un vrai guerrier

par Staff Writer / Montréal Canadiens
BROSSARD – Qui a dit qu’il ne fallait être un peu fou pour être défenseur dans la LNH.


Cliquez sur la photo pour l'agrandir.
En tout cas, ce qui est certain c’est qu’il faut être capable de prendre des coups pour ses coéquipiers et surtout être capable de bloquer la douleur lorsque des tirs arrivent à plus de 100 Mph. Parlez-en à Josh Gorges.

«À moins que quelque chose n’arrive d’ici les 24 prochaines heures, je devrais affronter les Flyers», a laissé savoir le principal intéressé.

Les 21 273 spectateurs au Centre Bell et les millions à la télévision ont tous crû au pire lorsque le défenseur de 25 ans est resté étendu sur la patinoire après avoir bloqué un tir de Mike Green des Capitals lors de la rencontre de mercredi. Par une malchance extrême, la rondelle l’a frappé derrière la tête, sur le casque. Alors que la présence de sang sur la patinoire a laissé présager le pire, seulement quelques points de suture ont été nécessaires pour refermer la plaie.

«Sur le coup, j’ai un peu paniqué. Je ne savais pas vraiment à quel endroit la rondelle m’avait touché. Ça a pris un petit moment avant que mon corps puisse suivre » explique le numéro 26 qui en était à son 123e tir bloqué de la saison, au huitième rang dans la LNH et qui ne compte pas ralentir à ce chapitre malgré ce qui lui est arrivé.

Gorges, en véritable guerrier qu’il est, s’est présenté sur la patinoire jeudi matin pour participer à l’entraînement matinal des Canadiens, où la bonne humeur régnait, quelques heures seulement après qu’ils aient triomphé des Capitals 6 à 5 en prolongation, mercredi, au Centre Bell.

«J’ai vu mon casque après l'incident. C’était un peu bizarre. Le casque n’a pas lâché, mais il est bossé avec la forme de la rondelle. Heureusement, il n’a pas craqué, ni brisé », explique Gorges. «Je ne crois pas que ça va m’affecter. J’ai bloqué beaucoup de tirs dans ma carrière et beaucoup d’entre eux faisaient mal. Chaque fois qu’on embarque sur la patinoire, on sait qu’il peut arriver quelque chose comme ça. Je vais peut-être changer ma façon de faire, je ne me jetterai peut-être plus autant sur la glace, mais je vais certainement continuer de faire mon travail. »

Et ça, on peu le croire, parole de Josh Gorges !

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com

À voir également:
Le Tricolore obtient Dominic Moore
P.K. Subban rappelé des Bulldogs 
Prendre sa place
Toute bonne chose a une fin 
Le jeu des chiffres - 10 février 2010 
Rapport des Bulldogs - 10 fév. 2010 
En voir plus