Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Un peu d’« O »

par Staff Writer / Montréal Canadiens
BROSSARD – Un pour tous, tous au but.


Ayant inscrit six buts en trois rencontres depuis le début de la série contre les Penguins, les Canadiens ont compris qu’ils n’étaient pas les seuls à pouvoir compter sur un mur devant leur filet et que tous devront mettre l’épaule à la roue. Tous les buts, même les plus laids, seront les bienvenus.

« Nous avons non seulement besoin de l'appui du premier et deuxième trios, mais de tout le monde », a expliqué Tomas Plekanec, qui revendique quatre buts dans la vraie saison. « L'apport offensif doit venir de tout le monde. Nous devons tous trouver des façons de marquer des buts. »

Même s’il occupe le deuxième rang des pointeurs de l’équipe en séries, Plekanec sait qu’un championnat des compteurs ne veut pas dire que vous soulèverez un certain trophée au mois de juin.

« Ce n'est pas à propos des performances individuelles et d'être satisfait de son propre jeu », a poursuivi Plekanec. « Les séries, c'est seulement à propos de gagner en équipe et c'est exactement ce que nous avons fait jusqu'ici. »

L’entraîneur-chef des Canadiens Jacques Martin lit probablement dans les pensées de son joueur de centre.

« En séries, surtout contre une équipe comme Pittsburgh, l’offensive ne doit pas être seulement l’affaire d’un ou deux joueurs », a indiqué Martin. « Tu as besoin de la contribution de tout le monde. [Maxim] Lapierre, [Dominic] Moore et [Travis] Moen ont tous marqué des buts très importants dans la série contre Washington. Tu as également besoin de ces gars-là. »

Et un seul but peut faire la différence; la rencontre de mardi étant une excellente preuve au dossier.

« Si on marque le premier but hier [mardi], on gagne probablement la rencontre », a confié Martin. « Les deux équipes ont bien joué sans la rondelle, les gardiens ont effectué de gros arrêts. On doit surtout apporter des ajustements sur l’aspect offensif. »

Loin de vouloir révéler ses secrets, le pilote du Tricolore a néanmoins donné une partie de sa recette pour battre Marc-André Fleury.

« C’est comme contre n’importe quel gardien. On doit créer du trafic, se placer devant le filet et diriger la rondelle au filet », a lancé, tout sourire, le pilote du Tricolore.

Tandis que bien des regards sont portés sur l’attaque après cette défaite par blanchissage, certains détails n’ont pas échappé au double champion de la coupe Stanley, Scott Gomez.

« Même si nous avons besoin de marquer de buts, ce n'est pas la seule chose qui compte », a admis Gomez. « Je pense notamment à Moore et Lapierre qui n'ont peut-être pas marqué, mais qui nous ont donné de l'énergie tout au long du match. Chaque contribution compte. On a besoin de tout le monde. C'est la façon dont cette équipe est bâtie.»

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com.

Voir aussi
Cinq choses à savoir: Match 4
Centrale des séries
De taille
En voir plus