Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Tout le monde dehors

par Staff Writer / Montréal Canadiens

MONTRÉAL – Bien des blocs de glace sont passés sous les ponts depuis la première Classique Hivernale, en 2008. Michel Therrien s’en souvient toutefois comme si c’était hier.

«Il y avait des petits flocons de neige qui tombaient. Si Walt Disney avait écrit un script pour cette journée-là, c’est probablement comme ça que ça se serait passé», explique l’entraîneur-chef des Canadiens qui se trouvait derrière le banc des Penguins de Pittsburgh à l’époque.

Michel Therrien était à la barre des Penguins de Pittsburgh lors de la toute première Classique Hivernale de la LNH en 2008.

La scène avait tout pour cadrer dans ce scénario. 1er janvier 2008 au Ralph Wilson Stadium de Buffalo. Un match Penguins-Sabres. 71 217 partisans réunis en ce bel après-midi pour célébrer le Nouvel An dans un cadre différent. Un tapis de neige et une finale haute en couleurs sont venus couronner une rencontre serrée.

«C’était le scénario idéal. Nous étions allés en tirs de barrage. Il y avait la sensation de l’époque dans la LNH, Sidney Crosby, qui avait réussi à marquer le but gagnant », se souvient Therrien, qui avait vu Colby Armstrong marquer le premier but des siens après seulement 19 secondes de jeu. «C’est certain que c’était le premier, alors on ne savait pas vraiment à quoi s’attendre. Tout le monde était très excité de jouer ce match. C’est un des beaux souvenirs de ma carrière d’entraîneur. C’était magique. »

S’il garde des souvenirs impérissables de son Nouvel An 2008, Michel Therrien espère qu’il pourra en dire tout autant de son Nouvel An 2016, lui qui en sera à une deuxième expérience de la sorte le 1er janvier prochain, alors que les Canadiens affronteront les Bruins au Gillette Stadium, en banlieue de Boston.

«C’est une belle vitrine pour la Ligue nationale tout comme pour les deux organisations. C’est une belle rivalité, deux équipes des Original Six. Tout est en place pour que ce soit un match intéressant», mentionne le pilote des Canadiens qui compte 11 années d’expérience derrière des bancs dans la LNH. «Cette fois-ci, ce sera à l’extérieur, alors ce le sera encore plus. Ça va être spécial. Les grands gagnants dans tout ça, ce sont les partisans. »

Troquant pour l’occasion le veston et la cravate pour le parka et les bottes, Therrien, âgé de 52 ans, avoue que ce genre d’expérience lui permet de revenir un peu dans le passé, surtout lors de l’entraînement précédant la rencontre.

«Ça te ramène à tes souvenirs d’enfance. La plupart d’entre nous ont joué sur des patinoires extérieures », se souvient l’homme qui a grandi en jouant sur les patinoires de St-Léonard. «Moi-même j’y ai joué et je suis convaincu que bien des joueurs ont fait la même chose. Après l’école on sortait nos patins, on allait dehors et on jouait au hockey. »

Le match est spécial pour les joueurs, mais il l’est tout autant pour le personnel d’entraîneurs qui, contrairement à eux, ne bouge pas nécessairement durant toute la rencontre. Justement à ce sujet, est-ce que Michel Therrien compte porter une « tite-laine » ?

«Ça dépendra de la température », rigole Therrien qui est généralement tiré à quatre épingles lorsqu’il est derrière le banc du Tricolore. «Je me souviens que nous avions des chaufferettes, mais si je me souviens bien, il ne faisait pas si froid que ça. Ça prendra peut-être une petite paire de combines de plus qu’au Centre Bell, mais sinon, tout est sous contrôle. »

«C’est un moment spécial, un moment dont ils se souviendront longtemps. Je m’en souviens encore très bien. Et c’est un souvenir qui est encore meilleur si tu gagnes», termine en rigolant celui qui aimerait bien garder sa fiche parfaite dans le cadre de la Classique Hivernale.

À suivre le 1er janvier 2016.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Il n’y a pas d’âge pour jouer dehors
Les alignements du match des anciens de la Classique hivernale sont annoncés 
La couenne dure
Du Wisconsin à Boston
Comme dans le temps... avec David Desharnais!
Comme dans le temps... avec Tomas Plekanec

En voir plus