Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Tim le survivant

par Staff Writer / Montréal Canadiens

BROSSARD – Tim Bozon revient de loin. De très loin.

En se présentant, en compagnie de 43 autres espoirs au camp des recrues des Canadiens, Tim Bozon accomplissait quelque chose que personne n’aurait cru possible il y a environ six mois.

Le 1er mars 2014, l’attaquant de 20 ans était admis aux soins intensifs de l’hôpital Royal University de Saskatoon où il a reçu un diagnostic de méningite. Au cours des jours, voire des semaines suivantes, Bozon a lutté pour sa vie, étant notamment placé dans un coma artificiel. Heureusement, grâce à l’appui des médecins, de sa famille et de toute la communauté du hockey, il a pu obtenir son congé de l’hôpital le 28 mars. Mais ce n’était que le début d’une longue ascension vers un rêve qui semblait s’être soudainement éloigné.

«Ça a changé ma vie. Je suis une personne différente maintenant. Je suis plus mature. Ça va me rendre plus fort. J’ai vécu l’enfer et maintenant je suis de retour», a lancé Tim Bozon, quelques instants après avoir conclu ses tests physiques, où il a d’ailleurs impressionné tout le monde. «Le test que je viens de faire a été mieux que l’an dernier. Je suis content. J’ai travaillé dur pour en arriver là alors je ne suis pas surpris, mais à partir de là, ce n’est que du bonus. Je ne regarde pas tellement les chiffres. Je me sens en forme et en santé et c’est le plus important pour moi. »

Même si la participation de l’ailier gauche au camp des Canadiens est un aboutissement en soi, ce n’est que le début d’un trajet pour celui qui avoue viser les rangs professionnels dès cette saison.

«Je ressens beaucoup de fierté d’être ici après tout ce qui s’est passé. C’est du bonus pour moi. À ma sortie de l’hôpital, mon objectif était de me retrouver ici et je peux dire que j’ai gagné ma bataille», a souligné celui qui après avoir perdu 40 livres lors de sa maladie, fait de nouveau osciller la balance à 190 livres. «Devenir joueur de hockey professionnel, c’est mon rêve et je ne voulais pas que ce rêve se termine à 20 ans, au mois de mars. J’ai tout fait pour revenir au plus haut niveau. En ce moment, je pense à ma famille et à tous les gens qui m’ont aidé. Ce n’est pas un travail que j’aurais pu faire seul. Beaucoup de gens m’ont aidé à réaliser mon rêve.»

Si l’histoire du jeune attaquant est digne d’un scénario de film hollywoodien, elle est également une source d’inspiration incroyable pour tout un chacun, à commencer par les autres joueurs présents au camp.

«C’est un miracle. On entend rarement des histoires comme ça. Tim est une bonne personne. C’est vraiment grâce à sa force d’esprit qu’il est en mesure de revenir à 100% », a souligné Charles Hudon, qui s’est entraîné avec Bozon au cours de la dernière semaine, en compagnie du compatriote de ce dernier, Antoine Roussel. «Ça a été dur pour lui. Toute l’organisation est derrière lui. Tim et moi avons été repêchés en même temps. On se connaît bien. Je suis content qu’il soit de retour sur pied.»

Évoluant pour les Giants de Vancouver au moment où la maladie a foudroyé Bozon, Dalton Thrower sait très bien à quel point l’appui pour Bozon a été gigantesque.

Tim Bozon à l'entraînement

«C’est vraiment spectaculaire. Quand tous les gars de la WHL ont découvert ce qui lui était arrivé, c’était quand même effrayant, mais de voir où il est maintenant est tout simplement incroyable. De le voir ici au camp est vraiment spécial », a lancé Thrower, qui a eu l’occasion de l’affronter à de multiples reprises sur la glace au cours des dernières années. «J’étais en contact avec lui alors qu’il luttait. On pouvait voir dans des photos à quel point il était malade et de voir comment il a l’air bien maintenant, c’est quelque chose que peu de gens peuvent vivre.»

« Il est une inspiration pour tout le monde », a ajouté Thrower qui pour sa part, ne pourra pas participer aux entraînements sur glace lors du camp en raison d’une blessure. «Tout le monde peut se motiver en pensant à son histoire. Ça va le suivre toute sa vie et il pourra regarder en arrière et voir tout ce qu’il a réussi à surmonter. »

Comme la vie est remplie de défis, Bozon affirme qu’il est déjà prêt à passer à autre chose.

«Demain, je veux être comme n’importe quel autre joueur. Je ne m’attends pas à un traitement de faveur de la part des Canadiens », a conclu le jeune homme, affichant le sourire de quelqu’un qui sait qu’après ce qu’il a dû surmonter, les étapes suivantes risquent de paraître un peu plus faciles. «Je veux seulement avoir du plaisir. Il y a cinq mois j’étais dans un lit d’hôpital à moitié mort. De penser à mon rêve est une motivation pour moi. Je veux m’amuser. »

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Tim Bozon à l'entraînement
Échos du camp
En rafale: Camp des recrues - Jour 1

En voir plus