Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Savoir passer à autre chose

par Staff Writer / Montréal Canadiens

EDMONTON – Il y a des soirs où parfois les choses ne tournent simplement pas en notre faveur. Tel fut le cas des Canadiens lundi à Edmonton.



Faisant flèche de tout bois depuis le début de la saison, tout semblait aller en la faveur du Tricolore dernièrement. Les remontées étaient fréquentes et les victoires soutirées à l’arrachée étaient devenues coutumes dans l’entourage montréalais. Toutefois, ce fût une histoire différente face aux Oilers lundi.

Affrontant un adversaire qui connaissait lui aussi des bons moments dernièrement, remportant trois victoires consécutives avant le match, la troupe de Michel Therrien a semblé incapable d’imposer son rythme au cours de la partie. Ne bénéficiant que de quelques rares chances, Montréal a subi son premier jeu blanc du calendrier et son premier revers en plus de deux semaines, s’inclinant 3 à 0 au Rexall Place.

« Je ne crois pas que nous jouions de la bonne manière dès le début. Autant nous sommes une bonne équipe et que nous générerons des bonnes opportunités, mais nous ne pratiquions pas notre style ce soir. On dirait que nous avions un style différent. Je ne sais pas à quoi nous nous attendions. Nous devons nous utiliser sur la glace et pratiquer notre système », admet P.K. Subban, qui a été le joueur le plus utilisé chez le Tricolore, avec un temps de jeu de 27:05. « Ce n’est pas le temps de paniquer. Nous devons simplement jouer de la même façon à tous les soirs. »

Faisant appel à Dustin Tokarski contre les Oilers, une première apparition pour lui en 14 jours, le gardien auxiliaire s’est tout de même bien débrouillé malgré cette longue inactivité. Même s’il n’a pas été appuyé offensivement, Tokarski a pu compter sur l’aide de tous ses coéquipiers pour tenter de neutraliser les chances du côté de leur adversaire. En n’allouant que 19 tirs aux Oilers, Montréal a limité l’équipe adverse à son plus bas total depuis le début du calendrier.

Malgré tout, le fait qu’ils n’ont pas réussi à déjouer Ben Scrivens a mis fin au rêve de revenir une fois de plus de l’arrière. La situation est loin d’être catastrophique, mais tous et chacun dans le vestiaire savent ce qu’ils doivent faire s’ils veulent retrouver le sentier de la victoire dès mardi à Calgary.

« Nous n’étions pas là. Nous devons simplement travailler plus fort et mieux faire dans tous les aspects. Nous devons remporter des batailles, nous devons aller au filet, placer la rondelle au filet et marquer de n’importe quelle façon », mentionne Andrei Markov, qui a terminé sa soirée de travail avec un différentiel de moins-2. « Si nous n’avons pas marqué, ça veut dire que nous n’étions pas bons. Ça veut dire que nous devons nous relever les manches et être meilleurs demain. »

Le fait qu’il n’aura pas à attendre trop longtemps pour faire oublier cette performance pourrait s’avérer bénéfique pour le Tricolore. Même si les Flames n’ont enregistré que deux victoires à leur cinq dernières sorties, en plus que d’afficher qu’un gain en quatre parties devant leurs partisans cette saison, les Canadiens savent qu’ils ne doivent en aucun cas sous-estimer leur prochain adversaire. Il sera reposé et prêt à attaquer dès la mise en jeu initiale mardi soir et il devra être prêt dès le départ.

« L’effort et l’intensité étaient là ce soir mais nous n’avons pas été en mesure de générer d’occasions de marquer », conclut l’entraîneur-chef du Tricolore Michel Therrien suite au revers des siens. « Le calendrier est très difficile pour nous. Demain on a encore un gros match qui nous attend. On se doit de prendre un match à la fois. »

Hugo Fontaine écrit pour canadiens.com

VOIR AUSSI
Le jeu des chiffres - 27 octobre 2014
Faire sa marque

Le jeu des chiffres - 25 octobre 2014

Le hockey, ça s’enseigne

En voir plus