Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Rêver en bleu-blanc-rouge

par Staff Writer / Montréal Canadiens

MONTRÉAL – On ne peut empêcher un enfant de rêver. Parlez-en à Pierre-Alexandre Parenteau.

Pierre-Alexandre Parenteau a longtemps rêvé de porter un uniforme des Canadiens bien avant d’être repêché en 9e ronde par les Mighty Ducks d'Anaheim en 2001. Et ce rêve, il le réalise finalement, à 31 ans.

Acquis de l’Avalanche du Colorado en plus d’un choix de cinquième ronde en 2015 en retour de Daniel Brière, Parenteau reviendra, en quelque sorte, à la maison, lui qui a grandi à quelques kilomètres de la métropole, à Boucherville, sur la Rive-Sud.

"J'ai grandi en regardant les Canadiens jouer" - P.-A. Parenteau.

«J’ai grandi en regardant les Canadiens jouer. Je viens de Boucherville alors je n’étais pas bien loin. C’est spécial. Je ne le réalise pas encore », a avoué l’ailier droit de 31 ans qui a bien hâte de revenir dans la grande région montréalaise. «Mon téléphone ne dérougit pas. C’est vraiment spécial. C’est un rêve d’enfance. Certains disent que c’est beaucoup de pression, surtout pour un francophone, mais je pense que j’ai la personnalité pour passer à travers ça et faire de cette aventure là un succès. »

S’il n’aura pas vraiment besoin d’aide pour s’acclimater à son “nouvel” environnement, Parenteau pourra tout de même compter sur des amis de longue date dans le vestiaire des Canadiens, en ayant côtoyé plusieurs au cours des dernières années.

«Je suis vraiment excité. Je crois que je peux bien cadrer avec le genre de joueur de Montréal a. Je suis un bon ami de Brandon Prust, Dale Weise et David Desharnais, alors je n’arrive pas dans un vestiaire où tout le monde m’est inconnu », a mentionné celui qui compte 205 points à sa fiche en 291 matchs dans la LNH. «Ça rend les choses encore plus excitantes pour moi. C’est un beau défi, une belle opportunité. Je vais en tirer profit au maximum.»

Ayant vu sa dernière raison écourtée grandement en raison de blessures aux deux genoux, Parenteau assure qu’il est remis à 100% et qu’il a bien hâte de se remettre au boulot.

«Ce sont des blessures qui n’ont pas nécessité d’opération. Ce n’était que des «MCL». Ça a pris trois à quatre semaines par genou. J’ai manqué 12 à 15 matchs pour chaque blessure. Je suis complètement rétabli », assure celui qui compte encore deux saisons à son contrat. «Je vais déménager à Montréal tout de suite après mon mariage le 12 juillet. Je vais recommencer à patiner et me mettre dans la meilleure forme possible pour connaître une bonne saison et surtout un bon début de saison. »

But de Parenteau

Connaissant déjà quelques joueurs dans l’équipe l’ailier droit de 6-pieds, faisant osciller la balance à 193 livres, connait également la philosophie de l’équipe et de l’entraîneur Michel Therrien, qui priorise d’abord et avant tout le travail et l’intensité. Deux mots qui ont une forte connotation dans la tête de Parenteau.

«Je vais jouer mon style, Je veux amener de l’intensité. Je veux prendre de bonnes décisions avec la rondelle, bien exécuter et marquer des buts », a souligné Parenteau. «J’ai une personnalité plutôt intense alors je vais essayer d’apporter tout ce que je peux dans ce département. »

Alors que beaucoup de joueurs parlent de leur maison de vie et leur maison dans la LNH, Parenteau pourra maintenant dire qu’il n’a qu’une seule et unique maison. Et c’est à Montréal.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.


En voir plus