Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Reprendre le temps perdu

par Staff Writer / Montréal Canadiens
MONTRÉAL – Si Michael Cammalleri n’avait pas le CV en séries le plus étoffé à son arrivée à Montréal, il se reprend de belle façon en 2010.


Lundi soir au Centre Bell, les Canadiens faisaient face à l’élimination pour la quatrième fois depuis le début des présentes séries. Fidèle au rendez-vous lorsque la survie de l’équipe est en jeu, Cammalleri a de nouveau joué les héros.

Auteur de deux autres buts pour se hisser en tête des meilleurs buteurs des séries 2010 avec 11, le numéro 13 se souviendra longtemps de son 11e but, ayant droit à une ovation debout de plus de deux minutes de la part des partisans du Centre Bell.

« Je dois dire que j’apprécie vraiment ce que les partisans m’ont réservé comme accueil », a confié Cammalleri qui a inscrit cinq buts et une passe lors des quatre matchs où le Tricolore était acculé au pied du mur. « Que puis-je dire d’autres que ‘merci beaucoup’»

Le premier joueur des Canadiens à franchir le cap des dix buts en séries depuis Vincent Damphousse et Kirk Muller lors de la conquête de la coupe Stanley en 1993, Cammy a toujours les deux pieds bien sur terre.
 
« Si tu commences à te pincer, tu es dans le trouble », a expliqué l’ailier de 27 ans. « Quand tu commences à rêver et chasser des papillons, tu te rends vite compte que tu manques des opportunités et tu vas vite retourner chez toi. »

Malgré qu’il ait marqué des buts à la tonne avant de parapher une entente de cinq ans avec les Canadiens en juillet dernier, le numéro 13 du Tricolore n’avait pas complètement le nombril sec en séries.

« Les choses ne sont pas très bien déroulées à mes cinq ou six premières années dans la Ligue », a admis Cammalleri, qui n’avait disputé que six matchs dans les éliminatoires avant cette saison. « Lorsque nous sommes rentrés dans le vestiaire après notre victoire contre Washington lors du septième match, Gomer m’a dit ‘Bienvenue en deuxième ronde, Cammy!’ »

Mais il n’est pas demeuré la tête de Turc de Scott Gomez et compagnie très longtemps.

« Toute l’équipe le taquinait avec ça avant les séries », a expliqué Gomez. « On se moquait de son pedigree en séries. Mais il est un « gamer ». C’est pour cela que Montréal est allée le chercher cet été. Tu dois simplement lui passer la rondelle et il va marquer.

« Les séries, c’est peut-être nouveau pour lui, mais il a été excellent jusqu’ici », a poursuivi Gomez, qui mène, quant à lui, le Tricolore avec huit mentions d’aide. « Il fait tout un travail pour nous. Lui et Gio, quand tu leur donnes l’espace pour marquer, ils vont marquer. »
Bien que beaucoup ont fait état de leur petite taille, dont dans le vestiaire des Penguins avant le début de la série où une longue série fatiguerait les petits joueurs du Tricolore. Cammalleri, tout comme Brian Gionta ne montre pas de signe de ralentissement.

« Je ne suis pas du tout fatigué », a lancé Cammalleri, tout sourire. « On verra bien mercredi si je le suis. »

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com

À voir également:
Sommaire
Résumé
Jeu des chiffres - 10 mai
Le public invité à visionner le match décisif en haute définition au Centre Bell
En voir plus