Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Qui serrera la main de qui?

par Staff Writer / Montréal Canadiens
BROSSARD – Le match numéro 7. L’ultime test dans le monde du hockey. Et les joueurs des Canadiens sont prêts à relever le défi.


Depuis le début des présentes séries, les Canadiens tentent de se défaire de l’étiquette de négligé qui leur avait été accolée avant la première rencontre. Six rencontres plus tard, cette étiquette est encore là, mais la colle commence à tenir de moins en moins.

« Ils sont encore les favoris et ils l’ont toujours été. Nous nous rendons dans leur amphithéâtre pour le match numéro 7 et en se basant sur la façon dont la série s’est déroulée, plusieurs pensent que nous avons encore plus de chance de l’emporter, mais ils sont quand même "supposés" gagner », a laissé savoir Michael Cammalleri, l’auteur de deux buts, dont le but gagnant dans la rencontre numéro 6.

«On peut se pousser soi-même et ses coéquipiers, mais l’exemple parfait est le match numéro 7 » a décrit le tireur d’élite Michael Cammalleri qui revendique dix points à sa fiche, ce qui lui vaut le troisième rang des pointeurs en séries dans la LNH. «Peu importe ce qui se passe demain soir, une équipe devra serrer la main de l’autre en tant que vainqueur et l’autre le fera en tant que vaincu. La compétition est relevée et tu peux toujours en donner un peu plus. J’espère que nous pourrons continuer comme ça jusqu’à la mi-juin. »

Avec six matchs numéro 7 disputés en carrière, Scott Gomez sait très bien comment il faut aborder ce genre de rencontre et il sait aussi mieux que quiconque que parfois, la chance y est pour quelque chose.

«Le perdant rentre à la maison. Ils ont beaucoup d’expérience de leur côté aussi. Tout dépendra de quel côté la chance tournera», a laissé savoir Scott Gomez qui a tenu par contre à rappeler le travail impeccable de son gardien. «Quand on regarde l’histoire de notre sport et les équipes qui se rendent loin en séries, tout débute par le gardien de but. Ça a toujours été ainsi. C’est le dernier match, nous verrons ce qui se passera. Durant toute la série, Jaro a été Jaro – il a été comme ça toute l’année. Jaro était dans sa bulle et nous allons nous rendre aussi loin qu’il pourra nous amener.»

Malgré tout l’engouement pour une telle rencontre, Gomez reste toutefois prudent, ne voulant pas s’emballer trop vite et préférant regarder le résultat avant de tirer des conclusions.

«C’est excitant de pouvoir jouer un match numéro 7 et avoir l’occasion de continuer. C’est la position dans laquelle nous voulions nous retrouver. Nous allons tout donner demain. Pour revenir de l’arrière, nous avons encore du travail à accomplir et il ne faut pas oublier que Washington a déjà joué des matchs numéro 7 aussi », a tenu à rappeler Scott Gomez, qui s’est justement frotté à la troupe de Bruce Boudreau l’an dernier dans un match décisif, alors qu’il s’alignait avec les Rangers de New York.

Gomez n’est pas le seul à avoir l’expérience de ce genre de rencontre. Son compagnon de toujours, Brian Gionta connaît également la chanson.

«J’ai déjà passé par là. Rendu ici, c’est une élimination simple. Tout est en jeu. Les deux équipes vont tenter de sortir en force et de donner le ton à la rencontre. Après tout se place et il faut juste jouer comme dans n’importe quelle rencontre» a expliqué Gionta, qui possède une fiche de deux victoires en trois occasions lors de rencontres ultimes.

«Notre but n’est pas encore atteint. Nous ne voulions pas seulement nous rendre à un match numéro 7. Notre but est toujours de remporter la coupe Stanley et ce but est toujours atteignable», a conclu Gionta.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

Voir aussi
Les mots manquent
Passeports s'il-vous-plaît! 
Subban: De Bulldogs à Canadiens 
En voir plus