Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Quand les meneurs mènent

par Staff Writer / Montréal Canadiens

DENVER - Traversant sa première période creuse de la saison, le Tricolore avait besoin que ses meilleurs joueurs soient ses meilleurs joueurs.



Max Pacioretty, P.K. Subban et Andrei Markov ont tous répondu la même chose: présent!

Pacioretty a inscrit le but gagnant en fin de troisième période, Subban a permis de retraiter au vestiaire après 40 minutes de jeu avec un pointage de 3 à 3 grâce à un boulet de canon et Andrei Markov a été Andrei Markov, ajoutant deux points à sa fiche.

« Ce fut une grosse performance [de nos leaders]», d'expliquer Michel Therrien. « Pacioretty a marqué un gros but en troisième période. Même si on a donné de grosses occasions, j'ai aimé la manière dont on a créé beaucoup de revirements par notre intensité et par notre poursuite du porteur de la rondelle. »

Le meneur de la LNH l'an dernier pour les buts gagnants, Pacioretty a mis fin au match de ping pong alors que les deux équipes ont passé la rencontre à s'échanger les devants.

« Max a eu quelques bonnes occasions. Un marqueur comme lui, à force d'avoir des occasions de marquer, tu sais qu'éventuellement la rondelle va finir par rentrer et c'est ce qui est arrivé  en troisième, » de poursuivre Therrien à propos de son as marqueur qui a effectué six tirs au but au cours de la rencontre.

Le portrait ne serait pas complet sans parler des défenseurs.

« P.K. a connu un gros match. Lui et Andrei Markov ont eu beaucoup de responsabilités, Gonchar et Emelin aussi», de souligner le pilote du Tricolore. « Ces quatre gars-là ont eu de la grosse ouvrage et ils ont très bien fait ça.»

Terminant sa soirée de travail avec deux points et un différentiel de plus/moins 2, Subban a sa petite idée sur le fait que la formation montréalaise trône au sommet du classement général depuis le début de la campagne.

«Je crois que ce qui rend notre équipe bonne, seulement en étant  un joueur dans ce vestiaire, est que peu importe si nous sommes en avance d'un but ou en retard d'un but, nous ne paniquons pas», de dire le numéro 76, qui a été le joueur le plus utilisé des siens avec 28:09 de temps de glace. « C'est l'une des clés pour une équipe qui veut atteindre les séries et se rendre loin. Tu ne peux pas aller trop haut ni trop bas. Nous faisons un bon travail de rester unis et les leaders font un bon travail de donner le ton. Patch a élevé son jeu et a marqué un gros but et c'est ce dont nous avions besoin. Ce n'est pas facile: l'équipe adverse tente de le neutraliser à chaque match, mais nous avons besoin de lui pour marquer de gros buts et c'est ce qu'il fait.»

La victoire est d'autant plus savoureuse sachant que Montréal a ainsi pu signer seulement sa deuxième victoire en 11 visites au Colorado depuis le départ des Nordiques vers Denver.

«Ils ont un bon groupe et beaucoup d'armes», de conclure Pacioretty, reconnaissant les mérites du club de Patrick Roy. « Ce n'était pas un festival offensif, mais lorsque nous avons obtenu des chances, nous en avons profité. C'est agréable. C'est une bouffée d'air frais après les deux matchs contre Buffalo.»

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com

VOIR AUSSI
Le jeu des chiffres - 1er décembre 2014
La ruée vers l’or
Annonce de la formation au camp de sélection d'Équipe Canada Junior

Journée productive

En voir plus