Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Quand les chiffres parlent – Les jeunes vétérans

par Staff Writer / Montréal Canadiens

MONTREAL- Dans une édition précédente de Quand les chiffres parlent, nous avons comparé le développement méthodique de Max Pacioretty avec l’ascension rapide d’Alex Galchenyuk. Cette semaine, prenons un moment pour analyser la progression de deux anciens joueurs de la LCH, qui n’ont pas perdu une seule seconde pour faire leur place dans la LNH.

La filière Subban

P.K. Subban, le champion défendant du trophée Norris, a débuté sa carrière par un cameo de deux matchs tard dans la saison 2009-2010. Puis, une série de blessures aux défenseurs des Canadiens en séries éliminatoires a ouvert une porte au choix de deuxième ronde des Canadiens pour participer aux longues séries qui se sont terminées en finale de l’Est.

Les huit points en 14 matchs de séries de Subban ont démontré que le défenseur était prêt à faire le saut dans la LNH et d’y jouer sur une base régulière, disputant 77 matchs en saison régulière la saison suivante et jouant presque tous les matchs suivants, à quelques exceptions près. Au cours de la même séquence, Subban a vu son temps de glace passer d’environ 20 minutes à sa saison recrue à près de 25 minutes en 2013-2014, un temps de glace qui ressemble à celui de tous les autres défenseurs élite dans la Ligue.

En regardant la contribution offensive de Subban au cours de ses deux premières campagnes, sa moyenne de plus d’un point aux deux matchs (40 points en 79 matchs), le défenseur est devancé par seulement deux de ses confrères depuis la Deuxième Guerre mondiale, Chris Chelios et Tom Kurvers.

Defenseurs, deux premières saisons
Joueur MJ Points Par match
Chris Chelios 86 66 .77
Tom Kurvers 137 75 .55
P.K. Subban 79 40 .51
Mathieu Schneider 48 21 .44
Andrei Markov 119 47 .39

La carrière de Chelios, membre du Temple de la renommée, a débuté d’une façon très bizarre, alors que le jeune homme de 17 ans a été transformé d’attaquant à défenseur et a déménagé de San Diego en Californie à Moose Jaw, en Saskatchewan pour jouer au hockey au niveau Junior A. L’Olympien et récipiendaire à trois reprises du trophée Norris accrochera ses patins 30 ans et trois coupes Stanley plus tard.

Kurvers, natif de Minneapolis au Minnesota, a débuté sa carrière avec les Canadiens en 1984 après une brillante carrière avec les Bulldogs de l’université Minnesota-Duluth. Faisant son bout de chemin dans plusieurs endroits dans la LNH, Kurvers a connu sa meilleure saison en 1988-1989 au New Jersey, accumulant 66 points, avant de se diriger vers Long Island en retour d’un choix de première ronde qui allait s’avérer être Scott Niedermayer.

À l’aile droite

Au cours des 20 dernières années, exactement 92 joueurs recrues ont fait leurs débuts avec les Canadiens de Montréal. Bien qu’aucun a réussi à mettre la main sur le trophée Calder, deux ailiers sont venus bien prêts de devenir les premiers à y voir leur nom gravé, depuis que Ken Dryden a obtenu cet honneur en 1972 : Michael Ryder et Brendan Gallagher.

Neuf ans avant que Gallagher soit parmi les finalistes pour le Calder en 2013, Ryder a fait son entrée dans la LNH à 23 ans, obtenant 25 buts et 63 points au cours d’une saison régulière où il a disputé 81 matchs. Choix de huitième ronde, Ryder a été ignoré par plusieurs équipes, malgré une brillante carrière junior avec les Olympiques de Hull dans la LHJMQ. Les plus grosses lacunes de l’attaquant originaire de Terre-Neuve étaient ses habiletés au patin et son manque de responsabilité en défensive. Après avoir joué dans la ECHL et l’AHL pour trois saisons, Ryder a pris son envol et est demeuré avec l’équipe pour de bon. Armé d’un des meilleurs tirs des poignets du circuit, le tireur d’élite a poursuivi sa performance recrue avec deux saisons suivantes de 30 buts.

Buts, saison recrue (depuis 1993)
Joueur MJ Buts Par match
Michael Ryder 81 25 .31
Saku Koivu 82 20 .24
Guillaume Latendresse 80 16 .20
Brendan Gallagher 44* 15 .34
Alex Galchenyuk 48* 9 .19

Également un espoir passé sous le radar, Gallagher, choix de cinquième ronde des Canadiens en 2010, n’est devenu rien de moins que le meilleur pointeur de l’histoire de Giants de Vancouver dans la WHL. Débutant sa carrière professionnelle à Hamilton, Gallagher a obtenu 20 points en 36 matchs, atteignant la LNH immédiatement après la fin du conflit de travail en 2012-2013. Le jeune homme natif d’Edmonton est devenu le premier le premier joueur recrue dans l’histoire moderne des Canadiens à mener l’équipe pour le nombre de buts, égalisant Max Pacioretty avec 15 buts marqués au cours de la saison écourtée.

Un autre joueur dont le début de carrière pourrait se comparer à celle de Gallagher est Stéphane Richer, qui a fait sa place avec les Canadiens peu après avoir soufflé 18 bougies. Au cours de la saison 1987-1988, le jeune homme de 21 ans sera le premier joueur du Tricolore à marquer 50 buts depuis Guy Lafleur et Pierre Larouche en 1979-1980. Même s’il concède quatre pouces et 35 livres à Richer, Gallagher a trouvé le fond du filet à un rythme équivalent (0,32 but par match) au marqueur de 50 buts à sa première saison avec les Canadiens. Il démontre également le même genre de propension à défier les gardiens adverses en tirant abondamment au filet (2,83 tirs par match vs. 2,92 pour Richer).

Jack Han écrit pour canadiens.com. Traduit par Vincent Cauchy.

À LIRE
Quand les chiffres parlent: L’identité Bourque
Quand les chiffres parlent: Le trajet court, le trajet long.
Quand les chiffres parlent: La précision remarquable d’Andrei Markov 

En voir plus