Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Pour une histoire d'un soir

par Staff Writer / Montréal Canadiens

BROSSARD – John Scott était tout sourire lundi.

Rappelé des IceCaps de St-John’s dimanche soir en compagnie du défenseur Ryan Johnston, John Scott se disait très fébrile à la veille de son premier match dans l’uniforme tricolore.

« Ça ne t’arrive qu’une seule fois dans ta vie de pouvoir jouer pour les Canadiens », a indiqué Scott, entouré d’une horde de journalistes au terme de l’entraînement des Canadiens lundi. « J’étais très excité quand j’ai reçu l’appel de Vincent Riendeau [le directeur-adjoint des IceCaps] hier soir. Ce n’est pas tous les jours que tu as la chance d’enfiler le chandail d’une des six équipes originales. »

Acquis en janvier dernier des Coyotes de l’Arizona dans une transaction impliquant Jarred Tinordi, l’attaquant format géant a fait ses débuts avec les IceCaps de St-John’s en février – après un arrêt hautement médiatisé et couronné de succès à Nashville pour le Match des étoiles – et a disputé 27 rencontres avec la troupe de Sylvain Lefebvre depuis.

« Il agit en vrai professionnel depuis qu’il s’est joint à l’organisation », a indiqué Michel Therrien lors de son point de presse suivant la pratique. « Il a démontré une belle attitude à St-John’s, il a beaucoup aidé les jeunes, donc c’était important pour nous de le remercier et de lui donner l’occasion de jouer un match avec les Canadiens de Montréal. »

« [Marc Bergevin] m’a approché la semaine dernière et m’a demandé si je voulais jouer un match », de raconter Scott. « Je lui ai répondu que j’aimerais certainement venir à Montréal et jouer un match. C’est une faveur qu’il me fait, d’expérimenter un match dans l’uniforme des Canadiens. C’est une affaire d’un match seulement, à moins que j’inscrive un tour du chapeau !»

John Scott sera donc de la formation au Centre Bell, cette fois-ci dans l’uniforme des locaux. Nul ne doute de l’accueil chaleureux que les partisans lui réserveront.

« Les partisans ici ont toujours été les meilleurs. J’ai joué ici quelques fois et c’est l’un des meilleurs amphithéâtres. Je suis heureux d’être du bon côté cette fois-ci », de poursuivre Scott, dont la petite famille restera toutefois à la maison pour vivre ce moment. « La logistique de déplacer quatre enfants en une journée n’est pas simple, donc ils vont regarder le match de la maison. »

Si Scott était heureux de se retrouver pour la première fois dans le vestiaire du Tricolore, l’inverse était aussi vrai. Tous ses nouveaux coéquipiers se réjouissaient de son arrivée dans l’équipe – autant pour sa présence sur la glace que dans le vestiaire.

« C’est toujours plaisant d’avoir un gros joueur comme lui sur la glace, tout le monde joue un peu plus gros lorsqu’il est là. C’est bien de l’avoir de notre côté », de souligner Mike Brown, coéquipier de Scott à San Jose la saison dernière. «C’est aussi un très bon gars dans la chambre, je l’entendais déjà rire avec les gars ce matin dans le vestiaire. C’est une bonne présence dans une équipe. »

La saison 2015-2016 en aura donc été toute une pour Scott ; elle sera même immortalisée au grand écran. Après Glendale, San Antonio, Nashville et St-John’s, Montréal viendra en quelque sorte boucler la boucle d’une folle saison.

« On a commencé dans la LNH et on finit ici. Tout le parcours a été passablement intense. Il y a eu des hauts et des bas, mais au final, ça a été une bonne saison », de conclure Scott, pour qui l’événement marquant de 2015-2016 en aura toutefois été un non-relié au hockey. « De revenir dans la LNH, c’est gros. Il y a le match des étoiles, le match de mardi qui devrait aussi être très plaisant aussi. Mais la naissance de mes jumelles vient assurément au premier rang. »

Vincent Régis écrit pour canadiens.com.

LIRE AUSSI
À surveiller cette semaine 

En voir plus