Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Nouvelle année, même Halak

par Staff Writer / Montréal Canadiens
MONTRÉAL -- Si la résolution de Jaroslav Halak pour 2010 était de ne plus accorder de buts, les autres équipes de la LNH risquent de trouver l’année longue.


À son premier départ depuis le début de la nouvelle année, Halak n’a même pas donné de quoi grignoter aux Panthers de la Floride. Le gardien slovaque de 23 ans a repoussé les 38 tirs des visiteurs au Centre Bell pour signer son sixième jeu blanc en carrière.

« Je me sentais de plus en plus confortable au fur et à mesure que la rencontre progressait », a indiqué Halak. « Les gars ont travaillé fort devant moi et ils n’ont pas laissé passer beaucoup de choses. Ils ont respecté le plan de match, sont restés loin du banc des punitions et nous avons accompli ce que nous avions à faire. »

Au cours de ses sept derniers départs, Halak, en plus de connaître la victoire à six reprises, a arrêté tout ou presque ce que ses adversaires ont dirigé vers lui. Sa moyenne d’efficacité de 0,954 au cours de cette séquence parle d’elle-même. Il a bloqué 274 des 287 tirs dirigés vers lui.

Un à un, les tirs des Panthers sont venus à lui et Halak a toujours eu la même réponse : non. Toutefois, ils ont sérieusement bourdonné en fin de troisième période lorsqu’avec six attaquants dans la mêlée, Stephen Weiss est passé bien près de forcer la prolongation, mais l’autre Jaroslav veillait au grain.

« Pour être honnête, je ne savais pas où la rondelle se trouvait », a avoué Halak. « Spacek m’a dit qu’elle était sur ma jambière et il l’a balayé. C’est ce qui compte. J’ai été chanceux à quelques reprises et ils ont frappé quelques poteaux, ce qui aide toujours. »

Son coéquipier Michael Cammalleri avait une raison très simple pourquoi son équipe avait gagné et cela avait tout à voir avec le gars qui refusait de prendre le crédit pour son deuxième jeu blanc de la saison.

« Vous savez quoi? », a demandé Cammalleri, tout souriant. « Lorsque tu n’accordes pas de but, tu gagnes le match. »

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com

À voir également:
Sommaire
Saisir sa chance
Le choix des partisans
Le jeu des chiffres - 7 janv. 2010
En voir plus