Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Loin du scénario rêvé

par Staff Writer / Montréal Canadiens
ST. PAUL - Le scénario était simple: remporter le match à la mémoire de l'une des plus grandes légendes du hockey : Jean Béliveau.


Toutefois, un but rapide du Wild après seulement 19 secondes de jeu et le scénario a pris une tout autre tournure.
Ayant de la difficulté à s'imposer, le Tricolore a été dominé 30 à 10 dans la colonne des tirs après deux périodes de jeu et tirant de l'arrière 2 à 0.

« Le but [en première période] n'est pas la raison pour laquelle nous avons commencé lentement. C'est la faute de tous», d'expliquer Max Pacioretty au terme du revers de 2 à 1 aux mains du Wild. « Nous ne faisions pas de jeu. Nous nous sommes éloignés de notre plan de match. Nous sommes une équipe moyenne lorsque nous faisons cela. Lorsque nous avons du succès, il y a une raison: nous sommes tous sur la même page et nous jouons d'une certaine façon. Lorsque nous nous éloignons de cela, nous sommes qu'une autre équipe. Lorsque nous jouons comme nous pouvons le faire comme en troisième période, c'est là que nous avons du succès et que nous sommes une excellente équipe.»

Malgré avoir eu à écouler cinq minutes à court d'un homme au dernier vingt, le Tricolore a contrôlé la période, réalisant au passage neuf lancers, ne concédant que cinq lancers aux locaux.

«Le seul bon hockey que nous avons joué est en troisième période et il n'y a pas d'excuse après tout ce qui est arrivé dans le dernier jour de ne pas se présenter et donner notre meilleur effort dès la mise au jeu initiale », d'enchainer Pacioretty, qui était visiblement ému plus tôt dans la journée en se rappelant les moments passés en compagnie du légendaire numéro 4. « Il n'y a pas d'excuse. Lorsque nous jouons comme nous l'avons fait en fin de troisième période, c'est comme ça que nous avons une chance de gagner. Nous avons donné les deux premières périodes et en fin de compte, nous avons donné le match.»

Auteur de 33 arrêts au cours de la rencontre, Carey Price aurait également aimé avoir entrepris le match d'une façon différente.

« Ce n'est pas exactement le genre de but que tu veux donner dans la première minute d'un match», d'admettre le gardien des Canadiens. « Nous sommes déçus du déroulement du match. Ce n'est pas la façon dont on voulait commencer les deux premières périodes. Je crois que nous avons bien joué en troisième période, mais c'était trop peu trop tard.

L'entraineur-chef Michel Therrien a difficilement caché son insatisfaction face aux deux premières périodes disputées par son équipe.

« On n'a pas compétionné pendant deux périodes, c'est aussi simple que ça», de dire Therrien. « Le Wild a compétionné. On ne leur donnait même pas un match. La troisième période a été beaucoup mieux. C'est comme ça qu'il faut qu'on joue, c'est comme ça qu'on joue d'habitude. Je n'ai effectivement pas aimé les deux premières périodes.»

Après une journée remplie d'émotions alors que tous ont partagé leurs souvenirs à propos du «Gros Bill»,
Therrien ne croit pas que cela fut une distraction, bien au contraire.

« C'est difficile à répondre.  Il n'y a pas une situation qui est la même », d'admettre le pilote du Tricolore. « Il y avait probablement beaucoup de distractions avant le match, ce qui peut peut-être expliquer que nous n'avons pas commencé le match à temps. Mais, en ce qui me concerne, ce n'est pas une excuse. Ça aurait dû servir beaucoup plus de source de motivation que de distraction.»

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com

VOIR AUSSI
Faits saillants: Canadiens-Wild
Le jeu des chiffres - 3 décembre 2014
Hommage à Jean Béliveau
Des souvenirs indélébiles
Jean Béliveau s'éteint à l'âge de 83 ans
En voir plus