Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

L’histoire sans fin

par Staff Writer / Montréal Canadiens

BROSSARD – Jeff Petry a tellement aimé son premier point obtenu avec les Canadiens qu’il a décidé qu’il en obtiendrait un… à chaque match.

Depuis qu’il s’est inscrit dans le grand livre des pointeurs des Canadiens en obtenant une mention d’aide sur le but de Lars Eller contre les Panthers, le 28 mars, Jeff Petry n’a pas ralenti une seule seconde. Au cours des cinq matchs suivants, il s’est assuré de célébrer chaque soir. Que ce soit pour un de ses buts ou pour célébrer celui d’un coéquipier, il a noirci la feuille de pointage.

Jeff Petry, célébrant un but en compagnie de P.K. Subban.

On peut dire que le défenseur de 27 ans en a fait du chemin depuis qu’il a fait le trajet d’Edmonton à Montréal lors de la date limite des échanges. Au sens propre comme au figuré.

« Je joue avec confiance. J’ai un peu plus conscience du style de jeu d’ici et de ce qui est attendu de moi », a lancé Petry qui aura dû attendre 12 matchs avant d’inscrire son premier point dans l’uniforme bleu-blanc-rouge. « Au début, j’essayais de trouver ma place. Ils m’ont encouragé à participer aux jeux et à sauter dans l’offensive. Pas seulement moi, mais toute la défensive. Ça bénéficie beaucoup à l’équipe. »

Formant un duo efficace avec Alexei Emelin depuis le 21 mars, Petry connaît la meilleure séquence de matchs avec au moins un point de sa carrière. Chez les défenseurs des Canadiens, il est à égalité avec Andrei Markov pour la plus longue séquence avec six matchs. Seul Max Pacioretty a connu une séquence supérieure, avec sept rencontres. Pour le défenseur originaire d’Ann Arbor au Michigan, il s’agit d’une espèce de renaissance offensive.

« Plus tôt dans ma carrière, j’étais plus axé sur l’offensive. Quand j’ai commencé dans la LNH, je devais affronter les meilleurs trios des équipes adverses, alors j’ai dû travailler mon jeu défensif », confie celui qui a été repêché en deuxième ronde par les Oilers lors de l’encan amateur de 2006. « Le côté offensif avait un peu été laissé de côté. Maintenant que j’ai de l’expérience en défensive, je n’hésite jamais à appuyer l’attaque lorsque l’occasion se présente. »

Et ça paye visiblement pour Petry, qui a participé à 35% des 20 buts des Canadiens au cours de cette séquence de six matchs. Ce qui est bon pour le joueur est également bon pour l’entraîneur, Michel Therrien aimant beaucoup la progression du défenseur qu’il utilise à toutes les sauces maintenant qu’il est bien accoutumé aux systèmes de jeu montréalais.

« On voit bien des changements depuis qu’il est arrivé au sein de notre équipe. Il est beaucoup plus à l’aise par rapport à notre façon de jouer. Ça devient une seconde nature pour lui. Il gagne en confiance. C’est un joueur qu’on veut avoir au sein de notre équipe », a mentionné le pilote des Canadiens au sujet de Petry. « On lui donne de bonnes responsabilités. J’aime le duo qu’il forme avec Emelin. Ils ont de bons physiques, patinent bien, ont de bons bâtons et sont capables d’appuyer l’attaque. Il y a beaucoup de qualités que j’apprécie dans son jeu. »

Contrairement à la conception normale pour des défenseurs, bon nombre des points accumulés par Petry au cours de cette séquence ont été obtenus en fond de territoire et autour du filet, le jeune vétéran n’hésitant pas à appuyer ses coéquipiers en zone offensive.

« On n’a aucun joueur qui a un «bungee» d’accroché et qui doit arrêter rendu à la ligne bleue », a blagué Michel Therrien au sujet de l’apport offensif de sa défensive, qui compte pour 31% des points cumulés par son équipe en 2014-2015 et qui a en son sein deux défenseurs parmi les 12 meilleurs de la LNH, soit P.K. Subban et Andrei Markov. « Ce n’est pas comme ça que ça fonctionne ici. »

Pour Petry, les séries 2015 marqueront pour lui une première en carrière, lui qui n’a jamais eu l’occasion en quatre saisons avec les Oilers, de participer à la grande danse du printemps.

« Tout le monde dans cette Ligue travaille fort pour faire les séries. C’est ma première expérience et j’ai vraiment hâte d’y arriver. C’est une belle opportunité », souligne Petry qui a un peu goûté à la frénésie de Montréal au printemps avec le dernier match à domicile des Canadiens, qui marquait aussi le record établi par Carey Price pour le nombre de gains en une seule saison. « D’avoir cette occasion, surtout avec une équipe tellement historique et l’atmosphère qui règne au Centre Bell, c’est spécial. »

Si Jeff Petry a visiblement atteint son erre d’aller, il ne reste plus qu’à ses coéquipiers de faire de même, pour amorcer les séries de fin de saison en force et faire durer le printemps… jusqu’à l’été.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Échos de vestiaire en vrac
Faits saillants: Jeff Petry
Marquer l’histoire 
Carey Price récipiendaire de la coupe Molson pour la saison 2014-2015
À sa juste place
Un honneur mérité
Dollard St-Laurent s'éteint à l'âge de 85 ans
Travailler pour son rêve

En voir plus