Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Les jeunes et les vétérans

par Staff Writer / Montréal Canadiens

BROSSARD – Le camp d’entraînement et les matchs préparatoires constituent un moment idéal pour expérimenter et créer de la chimie entre les joueurs. Et c’est exactement ce qui se produit depuis quelques jours à Brossard.

Si le trio provisoire formé par David Desharnais, Max Pacioretty et Pierre-Alexandre Parenteau semble créer plusieurs étincelles sur la glace, il ne faudrait pas oublier la complicité qui se solidifie entre le vétéran Tomas Plekanec et l’acquisition estivale de Marc Bergevin, le jeune joueur tchèque Jiri Sekac, qui vient lui aussi de Kladno.

Lors du camp d’entraînement, il semblait tout naturel de placer le jeune Sekac sur le même trio que son compatriote et, disons-le, mentor. Si les deux jouent bien ensemble depuis le début du camp d’entraînement, la chimie ne se limite pas à la glace.

« Je suis content de jouer sur le même trio que lui et j’apprécie beaucoup les matchs », affirme le jeune joueur âgé de 22 ans, visiblement heureux de pouvoir compter sur la présence d’un vétéran comme Plekanec. « C’est toujours bon d’avoir quelqu’un un peu plus près de toi et il m’aide énormément, de toutes les manières. Il me montre des endroits à Montréal. Il m’aide dans le vestiaire si je ne sais pas quoi faire, il est tout simplement là pour moi. Ça fait du bien de l’avoir ici. »

Pour Plekanec, récemment nommé capitaine adjoint de l’équipe, aider son plus jeune compatriote est une chose qui lui vient naturellement. Plusieurs avaient spéculé sur le fait que Sekac ait possiblement consulté Plekanec avant de choisir Montréal plutôt qu’une douzaine d’autres équipes le 1er juillet dernier, mais le vétéran a remis les pendules à l’heure.

« [Je lui ai parlé] Après qu’il ait signé », a expliqué Plekanec en riant. « Nous avons discuté de l’équipe et de la manière dont les choses fonctionnent ici. Je sentais qu’il voulait vraiment venir ici et qu’il a aimé ce qu’il a vu durant l’été. Il est excité de jouer pour les Canadiens. »

Les éloges ont été nombreux au sujet du potentiel du jeune attaquant tchèque, mais la question reste : est-il vraiment prêt pour jouer dans la LNH? Plekanec semble dire que oui et n’hésite pas à complimenter les atouts et le jeu de Sekac.

« C’est un bon joueur », a affirmé Plekanec à propos de Sekac, indiquant qu’il appréciait jouer avec lui jusqu’à maintenant. « C’est un bon patineur, il est bon avec la rondelle et a un bon sens du hockey. Je pense qu’il est prêt. Espérons qu’il ait de bons matchs préparatoires et qu’il montre ce qu’il peut faire. Ça dépend des entraîneurs et de la direction et de leur plan mais, en tant que joueur, je pense qu’on peut voir qu’il est plutôt prêt. Il sait ce qu’il fait sur la glace. Il possède des atouts dont nous avons besoin sur l’équipe. Il joue bien maintenant dans les matchs simulés, mais les vraies rencontres commencent bientôt. On verra comment il jouera à ce moment. »

Un autre sujet chaud du camp d’entraînement est sans aucun doute le transfert d’Alex Galchenyuk qui joue désormais à sa position naturelle, soit au centre, entouré de son compagnon Brendan Gallagher et du vétéran Travis Moen. Bien que ce dernier ne s’attendait pas à jouer en compagnie des deux jeunes joueurs, il trouve l’expérience plaisante.

« Il [Galchenyuk] joue bien », a commenté le vétéran, complimentant le premier choix au repêchage des Canadiens en 2012, troisième au total. « Il est explosif et patine bien. Il a une vitesse explosive au centre et il est un joueur créatif et talentueux. Je pense que c’est quelque chose de nécessaire pour un joueur de centre. »

Si plusieurs parlent de congestion ou même de compétition pour les postes au centre, Moen ne voit pas la situation de mauvaise augure pour l’équipe.

« Je pense que n’importe quelle compétition entre coéquipier est bonne », explique ce dernier. « Ça te force à être meilleur et ça aide l’équipe. »

L’histoire ne dit toujours pas si Sekac amorcera la saison à Montréal ou si Galchenyuk jouera au centre au mois d’octobre mais, jusqu’à maintenant, les expériences du camp d’entraînement semblent se dérouler comme elles se doivent.

Élise Robillard écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Résumé - Camp d'entraînement, Jour 3
Échos de vestiaire, 20 septembre 2014
Là où il a laissé
Une place à prendre

En voir plus