Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Le spectacle se poursuit

par Staff Writer / Montréal Canadiens

BROSSARD -- « Je ne sais pas si c’est possible d’être plus en feu que ça. »

Onze buts en huit matchs, trois doublés consécutifs et cinq à ses huit dernières rencontres; difficile de contredire Sven Andrighetto lorsqu’il parle de son compagnon de trio Alex Galchenyuk, intraitable par les temps qui courent.

Pour preuves, les derniers à avoir réussi de telles séquences sont Brian Savage en octobre 1995 (trois matchs consécutifs avec plus d’un but) et Jean Béliveau en février et mars 1959 (cinq matchs de plus d’un but sur une période de huit matchs), selon Elias Sports Bureau.

Galchenyuk affiche en outre un pourcentage d’efficacité ahurissant de 44% lors des huit derniers matchs – 11 de ses 25 derniers tirs se sont retrouvés dans le fond du filet!

« Il joue du très bon hockey dernièrement. Je suis très heureux de jouer sur le même trio que lui. Il est à son meilleur en ce moment et nous voulons que ça continue ainsi », de poursuivre Andrighetto, auteur de trois des quinze points que le trio a fournis lors des trois dernières rencontres.

Même son de cloche du côté de l’entraîneur-chef, qui a rencontré la presse après la séance d’entraînement hors-glace de son équipe vendredi matin.

« Il est très responsable avec la rondelle et profite de toutes les occasions qu’il obtient en ce moment », de noter Michel Therrien, qui a utilisé Galchenyuk pendant plus de 20 minutes jeudi soir. « Tout le crédit lui revient dans la façon dont il se développe. Il n’est pas le même joueur qu’il était il y a trois mois. »

Employé au centre en début de saison, Galchenyuk a été muté à l’aile en cours de route, parce que les résultats n’étaient pas à la hauteur des attentes, d’affirmer Therrien.

« Nous avons commencé la saison avec l’intention de le faire jouer au centre sur l’un des deux premiers trios. Nous n’avons pas obtenus les résultats espérés, même lorsque nous l’avons réuni à Max Pacioretty. Ce n’était pas une question de buts ou de passes, ils n’ont simplement pas obtenu d’occasions de marquer ensemble », d’ajouter l’entraîneur-chef. « Dans ce temps-là, on retarde un peu le processus, on continue à travailler et on se dit qu’éventuellement, les choses vont se replacer. On est content de voir la courbe de son développement. »

Une courbe qui a pris une tendance vers le haut de façon assez drastique.

« C’est normal de voir cette courbe pour un jeune. Nous sommes heureux du développement d’Alex lors des dernières années. Ce que nous voyons, c’est le résultat de la patience, de l’enseignement et des efforts d’Alex. C’est un pas dans la bonne direction », de poursuivre Therrien. « C’est pour cette raison que je dis que tout le crédit lui revient. Il a travaillé fort et maintenant, il profite à fond de la chance qui lui est offerte. Je crois qu’il est plus mature dans son jeu. Il fonce avec agressivité au filet et il accorde une attention particulière aux petits détails. »

Questionné après la rencontre de jeudi à savoir s’il s’était déjà senti aussi à l’aise sur la glace, le principal intéressé est resté bien humble dans sa réponse.

« Assurément pas dans la LNH, mais comme je l’ai dit lors du dernier match, je dois donner tout le mérite à mes coéquipiers. Le premier but était une belle mise en scène de Pacioretty et le deuxième était un cadeau de Sven [Andrighetto]. Ils sont en grande partie responsables de nos succès », de mentionner Galchenyuk, qui a par aillers dépassé le capitaine au classement des meilleurs marqueurs du Tricolore grâce à son 25e filet et obtenu son 46e points de la saison jeudi, son plus haut total en carrière. « Il faut continuer. Ça peut vite tomber dans l’oubli, donc il faut rester concentré et garder le rythme. »

Vincent Régis écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Échos de vestiaire
Victoire douce-amère
Le jeu des chiffres - 10 mars 2016

P.K. Subban est le récipiendaire du trophée Jean-Béliveau
 

En voir plus