Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Le soutien nécessaire

par Staff Writer / Montréal Canadiens

PITTSBURGH – Dans une Ligue nationale où la parité est le mot clé, de pouvoir compter sur un quatrième trio efficace est un luxe.

Un luxe que Michel Therrien peut s’offrir, à voir les résultats récents de l’unité qu’il a formée composée de Devante Smith-Pelly, Torrey Mitchell et Brian Flynn. D’ailleurs l’efficacité de ces trois individus a même forcé la main à l’entraîneur-chef des Canadiens. De son propre aveu il aurait bien aimé permettre au nouveau venu Paul Byron de disputer un premier match avec les Canadiens devant les siens, à Ottawa, mais il a souligné que ce serait injuste pour ces joueurs d’en retirer un de sa formation, en raison de leur jeu récent.

Et il a fait le bon choix, le quatrième trio menottant efficacement les Sénateurs tout au long de la rencontre de dimanche, y allant même d’un effort offensif permettant à Torrey Mitchell de marquer le but d’assurance. Au total les trois joueurs ont décoché neuf tirs au but sur les 34 obtenus par les Canadiens dimanche soir.

«C’est un grande partie du succès qu’on connaît. Non seulement ils ont marqué, mais en plus ils affrontent les meilleurs trios adverses », explique Michel Therrien au sujet de son trio d’énergie. «C’est un énorme avantage pour n’importe quelle équipe d’avoir des gars qui sont en mesure d’affronter les meilleurs et qui passent du temps en zone offensive. C’est une bonne part de la profondeur de notre attaque.»

Dans n’importe quelle formation de la Ligue nationale, les joueurs de quatrième trio, aussi importants soient-ils, se retrouvent souvent dans la position inconfortable d’être sur un siège éjectable.

«Comme joueur de quatrième trio tu dois travailler fort, être solide, être responsable chaque match. Il y a toujours quelqu’un qui est là et qui attend pour prendre ta place », explique Torrey Mitchell qui a marqué dimanche soir son premier but dans l’uniforme des Canadiens en saison régulière. «C’est notre trio qui va changer pendant l’année si ça va mal. On ne peut pas se permettre de prendre une soirée de congé et je pense qu’on a fait un bon travail au moins dans les trois premiers matchs. »

Cette philosophie est partagée par son compagnon de trio, Brian Flynn, lui qui connaissait déjà bien Mitchell pour avoir évolué avec lui à Buffalo, les deux joueurs ayant fait le voyage jusqu’à Montréal en même temps.

« Peu importe s’il y a quelqu’un qui pousse derrière ou non, tu dois performer chaque match. Si tu ne fais pas le travail, ils peuvent faire appel à quelqu’un d’autre », assure Flynn qui a obtenu un impressionnant total de six tirs au but dimanche soir, plus que quiconque, les deux équipes confondues. «Ce n’est pas un problème. Peu importe qui est laissé de côté, nous avons des joueurs en mesure de faire le travail. »

Pour l’instant, ces joueurs en mesure de faire le travail, ce sont eux.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Un départ. Une victoire. 
Le jeu des chiffres - 11 octobre 2015 
Trio de feu 

En voir plus