Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Le bon côté des choses

par Staff Writer / Montréal Canadiens
MONTRÉAL - C’est un alignement plutôt décimé des Canadiens qui affrontait le Wild du Minnesota, qui en a donné pour leur argent aux jeunes du vestiaire montréalais samedi soir.


Seulement dans l’alignement de départ, les six joueurs du Wild sur la glace comptaient 2 062 rencontres dans la LNH de plus que ceux portant le bleu-blanc-rouge.

« Évidemment, il nous manque plusieurs gars, mais nous ne nous en servons pas comme excuse », d’affirmer Barberio après la rencontre, le défenseur ayant marqué le seul but des siens. « Je ne crois pas que nous avons joué de notre mieux ce soir. Ils ont bien joué et ont joué avec plus de désespoir. »

Les mots qui sortaient de la bouche de la troisième étoile du match étaient peut-être vrais, mais le nombre demeure tout de même difficile à ignorer. Samedi soir, 11 joueurs réguliers manquaient à l’appel dans le vestiaire montréalais, incommodés soit par une blessure ou un virus.

On dit souvent que le malheur des uns fait le bonheur des autres, et c’est un peu ce qui est arrivé à Mark Barberio cette saison. Après un solide camp d’entraînement, le défenseur originaire de Montréal a d’abord débuté la campagne avec les IceCaps. Samedi soir, il se retrouvait sur la première paire défensive avec Andrei Markov, un joueur qui a toujours inspiré le défenseur de 25 ans.

« Quand j’étais jeune et que je regardais les Canadiens, c’était probablement mon joueur préféré. Quand j’ai vu que j’étais à côté de lui dans l’alignement ce matin, c’était très spécial », a raconté Barberio. « Lorsque le match commence, on a un travail à faire et j’ai arrêté d’y penser, mais oui, c’était vraiment spécial. »

Voir la progression de Mark Barberio cette saison ne laisse pas l’entraîneur-chef du Tricolore indifférent, ce dernier donnant une très bonne note à la prestation de son défenseur samedi soir, notant également l’amélioration de ce dernier d’un point de vue défensif.

« Oui, il aurait pu rester ici dès le début de la saison. Lorsque nous l’avons cédé aux IceCaps, nous lui avons dit. Il y a été, a eu la bonne attitude et a travaillé fort », a laissé savoir Michel Therrien après la rencontre. « On ne sait jamais ce qui va arriver pendant une saison. Des joueurs comme lui obtiennent toujours une chance. Il a certainement profité pleinement de la sienne. »

La progression de Barberio au cours de la saison peut certainement servir d’inspiration à plusieurs nouveaux visages dans le vestiaire. Darren Dietz, par exemple, disputait samedi soir un tout premier match dans la LNH et, bien que le résultat n’ait pas été celui qu’il souhaitait, le jeune arrière de 22 ans était assurément heureux de sa soirée.

« J’ai ressenti quelques frissons. Le conseil que j’ai le plus entendu était d’en profiter. J’ai eu ça en tête toute la soirée et c’est ce que j’ai fait », a laissé savoir Dietz dans le vestiaire. « J’ai simplement tenté de me concentrer sur mes forces et de jouer de façon simple, de ne pas laisser d’espace et d’être physique. »

Il s’est dit heureux de sa soirée de travail samedi suite à un premier rappel, ce dernier ayant passé 13:01 sur la glace et ayant distribué quatre mises en échec.

« C’est une progression. Je veux continuer à travailler sur mon jeu. Je veux prouver que je peux réaliser ces étapes et continuer à travailler dans le but de devenir un joueur de la LNH. »

Avec autant de jeunes sur la glace, Michel Therrien en a profité pour jouer un peu avec ses trios dans le but de revigorer ses troupes, regroupant notamment Michael McCarron, Lucas Lessio et Charles Hudon.

« Les changements de trio nous ont amené un peu d’énergie, ce que je recherchais. J’ai formé un trio avec les jeunes. Ce trio-là nous a amené de l’énergie », d’affirmer le pilote des Canadiens à propos de l’expérience McCarron, Lessio et Hudon. « Le quatrième trio a aussi eu des chances de marquer. Le trio de Plekanec aussi. C’était le but visé, de redonner un peu d’énergie à l’équipe, et on en a eu. »

Si le vestiaire montréalais manque peut-être d’expérience à l’heure actuelle, un vétéran de 830 matchs dans la LNH n’avait que de bons mots à dire à propos de ses nouveaux coéquipiers.

« Nous connaissons la situation - il y a plusieurs jeunes - mais il y a beaucoup d’opportunités pour eux d’élever le jeu et de jouer de gros matchs contre de grosses équipes. Ils ont très bien joué. Plusieurs patinaient très bien. Quand j’étais plus jeune, j’ai n’ai pas eu de chances comme celles qu’ils obtiennent à l’heure actuelle », s’est souvenu Tomas Plekanec, qui y est aussi allé de quelques conseils à l’endroit de ses compagnons de vestiaire.

« Ils doivent se concentrer sur leur jeu et sur le travail qu’ils doivent accomplir. Ils sont jeunes et ils apprennent - comme nous tous d’ailleurs - mais ils font du bon travail. »

Élise Robillard écrit pour canadiens.com

VOIR AUSSI
Faits saillants: Canadiens vs. Wild
Échos de vestiaire: Canadiens vs. Wild
Le jeu des chiffres - 12 mars 2016
Le spectacle se poursuit
Victoire douce-amère
En voir plus