Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Le 2e round

par Staff Writer / Montréal Canadiens

MONTRÉAL – Les Canadiens ont peut-être perdu les deux premiers rounds. Mais ils sont loin de jeter la serviette.



L’effort déployé par les Canadiens lundi soir était de loin supérieur à celui de samedi après-midi, mais la troupe de Michel Therrien s’est butée à un gardien en pleine possession de ses moyens.

«Combien de fois est-ce qu’on a frappé le filet et eu une chance de marquer? Souvent. On ne fait rien de mal offensivement », a lancé P.K. Subban après la rencontre, lui qui a terminé la rencontre avec un impressionnant total de neuf tirs, son plus haut total jusqu’ici en séries éliminatoires. «Nous envoyions des rondelles au filet et les gars fonçaient. Il faut seulement tirer le maximum de nos chances. J’ai tiré quelques rondelles qui ont été déviées et qui ont frappé l’épaule de Lundqvist sans même qu’il le sache. Tu as seulement besoin d’un bond chanceux çà et là. »

Au total, les Canadiens ont atteint Henrik Lundqvist 40 fois au cours du duel, Max Pacioretty étant le seul à réussir à le déjouer en début de rencontre. Derrière le banc, Michel Therrien a pu assister aux efforts persistants de ses joueurs pour tenter de battre le Suédois de 32 ans, notamment lorsqu’il a décidé de retirer Tokarski au profit d’un sixième attaquant avec un peu moins de cinq minutes à faire dans le match.

«La raison pour laquelle on a perdu ce soir, c’est Lundqvist. Il faut vraiment lui rendre crédit. Il a volé ce match-là », a lancé le pilote des Canadiens, qui garde toujours confiance pour la suite des choses. «Avant de penser à gagner quatre matchs, il faut en gagner un. Le momentum peut changer rapidement dans les séries. J’ai aimé notre façon de jouer. On était engagés, on provoquait beaucoup de choses.

Les joueurs étaient très préparés, très motivés et très engagés pour jouer ce match. »

Et il y en avait un en particulier qui était plus motivé et plus engagé que tous les autres et il s’agit du gardien Dustin Tokarski, qui disputait son tout premier match en séries éliminatoires dans la LNH, venu en relève à Carey Price, qu’une blessure tiendra à l’écart pour le restant de la série.

«Le jeune a très bien fait ça ce soir.  Il a de la prestance. C’est un gagnant», a encensé Therrien au sujet du gardien de 24 ans qui disputait un quatrième match dans l’uniforme des Canadiens et un tout premier au Centre Bell.

«J’étais excité quand j’ai appris la nouvelle. Quand tu es jeune, tu veux toujours jouer dans les séries. Je suis vraiment content d’avoir cette chance, mais déçu du résultat, c’est certain», a lancé Tokarski, les étoiles toujours dans les yeux, à la horde de médias qui se retrouvait autour de lui après le match. «C’est certain qu’il y avait de la nervosité. C’est difficile de ne pas être nerveux quand tu joues dans cet aréna. Mais c’était du bon stress, du stress d’excitation. Nous les aurons la prochaine fois. »

En vrac: Tokarski
D’ailleurs Tokarski a eu la chance de faire tomber cette nervosité assez rapidement, alors qu’il a eu à se signaler dès son premier arrêt sur une manœuvre de Martin St-Louis.

«C’était bien d’avoir un arrêt difficile comme celui-là à faire tôt dans le match, histoire de plonger complètement dans la partie», a mentionné Tokarski qui a stoppé 27 des 30 tirs dirigés vers lui, mais qui a toutefois vu St-Louis trouver le fond du filet lors de son second tir. «J’ai l’impression d’avoir bien joué. Malheureusement nous avons perdu. Un arrêt ou deux de plus à des moments clés auraient pu changer le momentum du match. »

Maintenant l’équipe se prépare à remonter un déficit de 2 à 0, exploit qui a été réussi cinq fois par les Canadiens par le passé. Mais l’ampleur de la côte à remonter n’a rien pour effrayer les hommes en bleu-blanc-rouge.

«On va seulement devenir meilleurs », a souligné P.K. Subban. «Je ne crois pas qu’on a joué notre meilleur hockey jusqu’ici. Depuis que je suis ici, j’ai vu l’équipe tirer de l’arrière et revenir pour remporter la série. On n’a pas de pression en se rendant à New York, mais eux, ils en auront beaucoup, de pression. On est optimistes et nous allons être prêts à jouer. »

Les Canadiens ont peut-être un genou au sol, mais ça en prendra beaucoup plus pour mettre fin au parcours du Tricolore qui espère se relever à New York.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com

VOIR AUSSI
Le jeu des chiffres - Match #2 - 19 mai 2014
Faits saillants
Sommaire
Centrale des séries 2014

En voir plus