Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Laraque frappe à la porte

par Staff Writer / Montréal Canadiens
MONTRÉAL – Toujours le sourire aux lèvres, Georges Laraque était encore plus souriant, si cela est possible, après s’être entraîné avec ses coéquipiers pour la première fois en plus d’un mois.


« Ça fait du bien de revenir sur la glace », a expliqué Laraque qui est tenu à l’écart du jeu depuis le 26 décembre, ayant raté les 15 dernières parties des siens. « Ça faisait plus d’un mois déjà. Je me sentais comme un membre des médias à force de regarder mes coéquipiers jouer. Je ne serai pas de retour ce week-end. J'ai encore besoin de deux ou trois pratiques avec des contacts physiques avant de pouvoir disputer une partie. »

Tandis que l’équipe a baissé pavillon lors des quatre derniers matchs, Laraque s’est assuré que le climat soit néanmoins à la bonne humeur durant l’entraînement, en s’alignant à la ligne bleue en plus de s’amuser avec Alex Kovalev.

« Je pourrais être la clé sur le jeu de puissance, le prochain P.K. Subban », a lancé Laraque. « Je me suis aussi dit que si je me laissais déjouer par Kovalev quelques fois, ça lui donnera confiance et il va être épatant lors du prochain match. Au pire, ça fera des bons bloopers pour son prochain DVD. »

Tenu à l’écart du jeu pour 23 parties en raison de malaises à l’aine puis de maux de dos, Laraque se veut reconnaissant de la patience de l’état-major afin qu’il puisse retourner au sommet de sa forme pour aider l’équipe.

« La direction a pris la bonne décision en m'allouant tout le temps nécessaire pour revenir en santé », a poursuivi Laraque. « On voulait éviter à tout prix que je revienne au jeu pour un match et d'en manquer deux par la suite. »

Si le chemin de la guérison est long et ardu avec une telle blessure, passer sous le bistouri n’était pas au menu pour le dur à cuire âgé de 32 ans.

« À ce stade-ci de ma carrière, je ne crois pas que c'était une option », a renchéri Laraque. « Je ne dis pas si j'avais été plus jeune et toute ma carrière était devant moi. Nos physiothérapeutes sont les meilleurs au Canada et ils ont fait un excellent travail pour me remettre sur pied. »

Les autres équipes de la LNH n’ont qu’à bien se tenir.

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com
En voir plus