Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

La rédemption d'Alex

par Staff Writer / Montréal Canadiens
Alex Kovalev a retrouvé ses ailes aux côtés de Tomas Plekanec et Andrei Kostitsyn cette saison.
MONTRÉAL – Mal-aimé l’an dernier, adulé cette année, Alex Kovalev a montré tout au long de la campagne de quoi il était réellement capable.


Après une récolte de 47 points en 2006-2007, sa deuxième plus faible récolte en dix ans, et les Canadiens n’ayant pas participé aux éliminatoires, Kovalev avait beaucoup de matière à réflexion durant la saison morte, réflexion qui a été bénéfique pour lui et pour son équipe aux dires de l’entraîneur-chef.

« Je crois qu’Alex a connu une saison correcte l’an passé, mais sûrement pas à la hauteur de ses standards ou de nos standards », a indiqué Guy Carbonneau. « Le fait que la formation russe n’ait pas cru bon retenir ses services pour le championnat du monde l’a fait réfléchir cet été. »

Le Kovalev Nouveau n’a pas tardé à se montrer le bout du nez alors qu’après 19 matchs, le numéro 27 des Canadiens avait déjà franchi le cap des dix buts après avoir patienté jusqu’au match numéro 39 la saison précédente pour en marquer autant.

« En parlant avec Alex, il a profité de ce long été pour regarder des vidéos alors qu’il était jeune, qu’est-ce qu’il faisait auparavant et à quel point il aimait jouer au hockey », a poursuivi Carbonneau. « Je crois que c’était important pour lui de connaître un bon début de saison afin de démontrer que ce qu’il avait fait allait fonctionner réellement. »

Cette cadence, le patineur de 35 ans l’a conservé tout au long de la saison. Avec Tomas Plekanec et Andrei Kostitsyn comme fidèles complices pendant tout le calendrier régulier, Kovalev, avec encore cinq matchs à faire, a déjà connu la saison la plus productive pour un attaquant des Canadiens en plus d’une décennie. Ses 33 buts représentent le plus haut total depuis les 34 de Mark Recchi en 1996-1997 et ses 79 points le plus haut total depuis les 81 de Vincent Damphousse cette même année-là.

Et Kovalev ne s’est pas seulement occupé de noircir la feuille de pointage. Préoccupé également par sa défensive, lui qui fait désormais partie de la première unité en désavantage numérique, Kovalev affiche le meilleur différentiel plus/moins chez les attaquants du Tricolore depuis la saison 1995-1996 grâce à une fiche de +/- 17.

« Il a réévalué où il devait se situer, ce qu’il devait faire », a renchéri Carbonneau. « Je ne dirais pas que son attitude était différente ou meilleure, mais il est arrivé avec l’idée de prouver aux gens qu’il était meilleur que ça. »

La preuve est certainement faite… et les séries ne sont pas encore commencées.

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com
En voir plus