Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

La force tranquille

par Staff Writer / Montréal Canadiens

MONTRÉAL – Qui aurait cru que Mike Condon serait parmi les meilleurs gardiens de la LNH au mois de novembre?

Lorsque Michel Therrien a annoncé qu’il confierait le rôle d’adjoint de Carey Price au jeune gardien de 25 ans, plusieurs ont froncé les sourcils en se demandant qui était Mike Condon. Moins de deux mois plus tard, ces mêmes partisans scandent son nom chaque fois qu’il effectue un gros arrêt. Tout un contraste pour l’athlète qui a vu sa charge de travail augmenter soudainement en raison d’une blessure à Carey Price.

« Pour un gardien, être confortable est la clé; tu ne peux jamais jouer trop de matchs. C’est important d’aller sur la glace et d’acquérir cette expérience en tentant de t’améliorer chaque soir », explique celui qui bien qu’il s’attendait à un rôle d’adjoint, n’a pas eu peur en voyant sa charge de travail augmenter. « Bien sûr que non. J’ai joué dans la ECHL où tu peux parfois disputer cinq matchs en neuf soirs (rires). Il n’y a pas de semaine de cinq matchs dans la LNH et j’en suis très reconnaissant. Le voyagement est aussi un peu plus facile disons-le. »

Quand on se rend sur le site de statistiques de la LNH, c’est la figure de Mike Condon qui est en vedette sous la catégorie moyenne de buts alloués, lui qui a accordé en moyenne 1,5 but par match en six départs. Une statistique dont il est fier, mais pour laquelle il tient à accorder beaucoup de crédit à ses coéquipiers.

« Honnêtement, je crois que la moyenne de buts alloués est une statistique d’équipe. Un gardien est aussi bon que les attaquants et les défenseurs qu’il a devant lui », insiste Condon, qui a vu ses coéquipiers bloquer 209 tirs jusqu’ici en 2015-2016, au quatrième rang dans la LNH. «Nous avons un excellent système, de bons défenseurs et de bons attaquants qui sont prêts à se sacrifier. Tout le monde fait sa part et c’est amusant d’en faire partie. Les gars bloquent des tirs et sont très alertes dans notre zone. Ça rend le travail du gardien, mon travail, beaucoup plus facile. »

Pour son septième départ dans la LNH, Condon aura la chance d’affronter l’équipe qui se trouvait dans sa cour dans sa jeunesse, les Bruins de Boston. Même s’il assure qu’il n’était pas vraiment partisan des hommes en noir et doré, il avoue que la rivalité Canadiens-Bruins était quelque chose qu’il suivait avec passion.

« Je suis un partisan de la rivalité Canadiens-Bruins. J’ai regardé pas mal de ces affrontements dans ma jeunesse et je sais que ce sont des matchs remplis d’émotions et qui sont très divertissants», explique Condon, qui se souvient particulièrement du match numéro 7 de la série opposant les deux formations en 2011.

«Lors de mon 21e anniversaire, deux jours après avoir eu une double chirurgie à la hanche, mon frère a acheté des billets pour aller voir le match #7. J’étais en chaise roulante dans la section handicapé », s’est remémoré Condon. «Ça n’avait pas bien été pour les Canadiens ce soir-là, mais c’était un match incroyable. Je me souviens que P.K. [Subban] avait égalisé en troisième période. C’était un des matchs les plus fous que j’ai eu la chance de voir. »

Si Condon sait très bien que le match de samedi ne sera pas aussi fou que celui qu’il a eu la chance de voir, il risque de s’en souvenir bien longtemps, pour d’autres raisons.

«Ça va être un match empreint d’émotions. Je viens de là et j’ai regardé bien des matchs des Bruins dans ma jeunesse. Ça va être une expérience amusante», assure le natif de Needham au Massachusetts, à un peu moins d’une heure de route de Boston.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Les Canadiens dévoilent leur chandail pour la Classique hivernale de la LNH Bridgestone 2016
Contribution collective 
Une question de confiance
Les Canadiens de Montréal et Off The Hook s'allient pour la "saison 2" de CH X OTH 

En voir plus